Les 4 principaux risques auxquels sont confrontés les travailleurs isolés (et comment les gérer)

risques-travailleurs-isoles


Plus de la moitié des accidents du travail sont dus à quatre causes principales : les chutes ; le fait d’être frappé par un objet ; l’électrocution ; et le fait d’être pris dans des équipements liés à l’industrie. Chacune de ces menaces présente des dangers importants sur le lieu de travail – mais pour les travailleurs isolés, ce risque est amplifié.

Voici les quatre risques les plus courants auxquels sont confrontés les travailleurs isolés et ce que peuvent faire les employeurs pour atténuer ces dangers.

Qui sont les travailleurs isolés ?

La définition de « travailleur isolé » couvre de nombreux postes dans la fabrication, la maintenance, le travail en laboratoire, ainsi que les employés qui interagissent avec le public, comme les opérateurs de magasins de nuit. Les risques accrus auxquels les travailleurs isolés sont confrontés résultent d’un manque de supervision fréquente ou directe.

Il n’existe pas de statistiques nationales sur les travailleurs isolés en France. Mais les statistiques du Royaume-Uni offrent un aperçu de la situation : les travailleurs isolés représentent jusqu’à 20 % de la main-d’œuvre, dont un nombre inquiétant est exposé à un risque accru de blessure. Nous allons examiner ici certains de ces risques.

Les 4 principaux risques pour les travailleurs isolés

1. Violence sur le lieu de travail

Les travailleurs isolés qui sont en contact avec le public ou qui travaillent dans des zones reculées sont particulièrement vulnérables à la violence au travail. Il s’agit d’un problème particulier dans les services de santé, où les travailleurs isolés représentent 9 % de la main-d’œuvre et où 6 % d’entre eux déclarent avoir été victimes de violence au travail.

2. Chutes

Le risque de chutes, de glissades et de trébuchements est, naturellement, beaucoup plus important pour les travailleurs isolés. Si un travailleur perd connaissance ou est immobilisé suite à une chute, il peut ne pas être en mesure d’appeler à l’aide – même s’il porte un appareil de communication. Un accident peut passer inaperçu pendant des heures, voire des jours, si des contrôles réguliers ne sont pas organisés.

3. Heurté par des objets en mouvement

Cela inclut le fait d’être frappé par des objets qui tombent, d’être pris dans un équipement et d’être coincé entre des structures qui s’effondrent. Comme pour les autres risques encourus par les travailleurs isolés, les victimes de ces types d’accidents peuvent ne pas être remarquées et ne pas être en mesure d’appeler à l’aide si leurs mouvements sont entravés ou si elles sont incapables de se déplacer.

4. Arrêt cardiaque

Pour les travailleurs isolés, les arrêts cardiaques sont littéralement une question de vie ou de mort. En fait, de nombreux travailleurs isolés sont confrontés à un risque accru du fait qu’ils travaillent avec de l’électricité ou dans des espaces confinés et dangereux.

Comment protéger les travailleurs isolés de ces dangers ?

Contrôles réguliers

Les superviseurs doivent vérifier le bien-être des travailleurs isolés à des intervalles adaptés à la tâche effectuée. Une courte période de travail isolé à proximité peut ne nécessiter qu’un seul contrôle, tandis que des périodes plus longues nécessiteront des contacts réguliers. Naturellement, cela signifie que les travailleurs isolés devront être équipés de dispositifs de communication extrêmement fiables. Les téléphones portables ne rempliront pas leur fonction ici, d’autant plus que de nombreux travailleurs isolés opèrent dans des zones qui peuvent ne pas bénéficier d’une couverture adéquate.

Analyse des risques

De nombreuses organisations employant des travailleurs isolés sont tenues d’effectuer une évaluation des risques pour prouver que les travailleurs isolés ne seront pas confrontés à des dangers plus importants que les travailleurs non isolés. Les questions à poser sont les suivantes :

  • En cas d’urgence, en combien de temps les secours pourraient-ils atteindre le travailleur ?
  • Le travailleur serait-il plus en sécurité s’il n’était pas seul ?
  • Le travailleur peut-il soulever seul toutes les charges nécessaires ?
  • Le travailleur peut-il utiliser seul les structures d’urgence comme les échelles et les échafaudages ?
  • Le travailleur présente-t-il des conditions qui l’exposeraient à un risque accru ?

Systèmes d’alerte pour les travailleurs isolés

De nombreuses technologies ont été développées pour protéger les travailleurs isolés.

L’omniprésence des appareils intelligents fait que les applications semblent être une bonne idée, mais elles présentent de nombreux inconvénients. Les smartphones sont limités par la réception Wifi et cellulaire, alors que de nombreux travailleurs isolés opèrent dans des espaces éloignés ou confinés (sans parler des travailleurs qui épuisent leurs batteries dans le cadre de leurs fonctions normales.) De plus, les victimes d’accidents peuvent être immédiatement incapables d’accéder à leurs appareils.

La meilleure assurance en matière de sécurité des travailleurs isolés consiste à utiliser des appareils dédiés comme les dispositifs DatiPlus, qui peuvent alerter les superviseurs en cas de problème potentiel, sans que le travailleur n’ait besoin d’intervenir. En effet, la perte de verticalité est détectée par le dispositif qui déclenche une alerte sous forme d’un appel à une personne définie ou à une plateforme de télésurveillance. Cette dernière peut ainsi rappeler le travailler pour lever le doute ou alerter les secours si l’alerte est confirmée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.