Centres d’hébergement : évitez l’infestation de punaises de lit



Le centre d’hébergement d’urgence est une résidence visant à accueillir les personnes sans domicile fixe dans un lieu confortable et convivial. Malheureusement, il peut arriver que les tristement célèbres punaises de lit fassent leur apparition. Même si elles ne sont pas source de maladies graves pour l’homme, ces insectes nuisibles peuvent rapidement proliférer et rendre la vie cauchemardesque pour les résidents. Piqûres irritantes, troubles du sommeil et anxiété sont autant de conséquences néfastes de la présence des punaises de lit pouvant priver les personnes logées de tout confort. Comment éviter l’infestation d’un centre d’hébergement par ces nuisibles ?

Centre d’hébergement : comment prévenir l’infestation des punaises de lit ?

Avant de parler des moyens de prévention, il est logique de présenter d’abord le mode de contamination. Les punaises voyagent généralement d’un lieu à l’autre de manière passive: trains-couchettes, cinémas, hôtels…

Dans les lieux infestés, elles nichent dans divers endroits comme des sacs, des valises, des vêtements, des canapés, des armoires, des rideaux… Les punaises en quête de nourriture (en l’occurrence le sang humain qu’elles apprécient tant) profitent ainsi du transport des objets contaminés pour se déplacer d’un lieu A vers un lieu B. Une fois dans leur nouvel habitat, elles recherchent les endroits sombres au niveau de la literie, des meubles et des fentes murales pour s’abriter et se multiplier. Le dégagement de CO2 que vous générez pendant la nuit est leur moyen de vous détecter !

Vérifiez les affaires apportées au centre par les usagers et les prestataires

Les meubles, livres ou accessoires de literie doivent faire l’objet d’une inspection minutieuse avant leur introduction dans les pièces du centre d’hébergement. On pourrait penser que les objets neufs n’ont pas besoin d’être vérifiés. Or il n’en est rien. Le fait qu’ils soient neufs n’élimine pas toute possibilité qu’ils soient des vecteurs de contamination.

Par ailleurs, si comme beaucoup de centres d’hébergement, vous disposez de mobilier de seconde main pour réaliser des économies, vérifiez-les de manière encore plus pointue.

Réduisez au maximum les endroits de refuge des punaises de lit!

Dans chaque pièce du centre d’hébergement, les affaires doivent être disposées de manière ordonnée afin d’éviter l’encombrement. Enfin, il faudra inspecter minutieusement les murs, les plafonds, les cadres de lit et les cadres de porte, afin d’identifier des crevasses ou fissures potentielles.

Si elles sont présentes, elles devront être comblées, car il s’agit de parfaites cachettes pour ces insectes. Les ouvertures murales réalisées pour le câblage ou la tuyauterie doivent être constamment vérifiées et bouchées.

Sensibilisez le personnel et les pensionnaires du centre d’hébergement sur le danger des punaises de lit

On ne peut parler de prévention sans parler de détection rapide des envahisseurs. En effet, quand on parle d’infestation, c’est que les nuisibles se sont déjà multipliés de manière exponentielle. Eh oui, la femelle pond 5 à 15 œufs par jour!

Au début, il n’y a que quelques individus dont l’élimination évitera une contamination de plus grande envergure. Les personnes concernées doivent alors savoir détecter au plus tôt la présence des punaises pour pouvoir adopter les bons gestes permettant de stopper la propagation:

La présence de petits points noirs sur un matelas ou lattes de sommiers sont signe de leur présence (déjections) ! L’aide d’une société spécialisée dans le traitement contre les punaises de lit peut s’avérer très précieuse pour détecter la présence de nuisibles. Selon les moyens de votre centre d’hébergement d’urgence, les professionnels vous donneront les indications nécessaires pour effectuer une détection visuelle ou canine efficace.

Après la détection des nuisibles, la démarche idéale à suivre sera également clairement explicitée par les experts. Par ailleurs, pour vous faciliter la tâche, vous pourrez confier la réalisation périodique d’audits techniques de prévention au prestataire choisi.

Les agents de nettoyage du centre pourront quant à eux mettre en place un protocole de contrôle et des mesures anti-punaises dans leurs tâches régulières.

Utilisation de terre de diatomée naturelle, lavage des équipements de chambre à très haute température, traitements réguliers à la vapeur sèche, le passage répété de l’aspirateur sur les canapés et les tapis sont autant de techniques qu’ils doivent maîtriser avant que l’infestation ne soit constatée.

Installez des accessoires ou des produits anti-punaises au niveau des points stratégiques

Entre le matelas et le sommier, on peut par exemple poser du scotch double face permettant de coller les premières puces de lit. L’usage de la terre de Diatomée à titre préventif au niveau de la literie et des meubles est aussi conseillé. Pour piéger les parasites, on peut également utiliser des housses spéciales à mettre sur les oreillers, les sommiers, les canapés ou les matelas.

punaises de lit

Centre d’hébergement : comment éradiquer les punaises de lit ?

Malgré la diversité des méthodes de prévention, le risque zéro n’existe pas quand on a affaire à ces insectes. Le centre d’hébergement pourrait donc faire face à un cas d’infestation relativement grave. Il faudra alors prendre des mesures adaptées afin d’exterminer complètement les envahisseurs. Cela est indispensable pour continuer l’accueil des personnes sans abri dans un environnement confortable et sain.

L’intervention d’une société spécialisée dans le traitement contre les punaises de lit est alors obligatoire pour des résultats efficaces et efficients.

Les professionnels disposent en effet d’un matériel de bonne qualité et du savoir-faire, et d’une certification certibiocide requis pour réaliser un excellent travail.

Avant le traitement proprement dit, le linge, les vêtements, les draps et rideaux sont isolés dans des sacs hermétiques. Ils seront désinfectés grâce à la chaleur (60 degrés Celsius minimum) ou au froid (entre -10 et 0 degré Celsius). Ensuite, les murs seront dégagés et les têtes de lits, plinthes au sol, appliques murales ou encore sommiers à lattes seront démontés. Certains professionnels préconisent également à une aspiration des œufs avant le traitement chimique.

Le Ministère de la Santé préconise donc 2 interventions minimum sous 10 à 15 jours d’intervalle.

Le traitement chimique

Ce mode d’éradication est très plébiscité, car il est relativement efficace si bien choisi.

Un puissant insecticide chimique à effet-choc pour la 1re intervention et rémanent pour la seconde agira sur le système nerveux et provoquera la paralysie des punaises.

Il doit bien entendu être homologué par les autorités sanitaires (insecticide biocide) pour ne présenter aucun danger pour les êtres humains, mais aussi les animaux de compagnie. Trois modes d’aspersion de l’insecticide se présentent : l’atomisation, la fumigation et la pulvérisation.

La pulvérisation est fortement conseillée puisqu’elle permet une application ciblée.

Les occupants doivent quitter la pièce pendant 4 heures après le traitement. Avant de la réintégrer, il faudra aérer la pièce concernée durant au moins 1 heure en ouvrant les portes et les fenêtres. Les accessoires présents qui auraient pu être recouverts du produit doivent nécessairement être lavés avant toute utilisation future.

Dix à quinze jours après le premier passage, un second passage est effectué pour compléter le traitement, avec un insecticide plus persistant dans le temps cette fois. Les insectes adultes sont ainsi complètement détruits.

désinsectisation

Le traitement thermique

Relativement coûteux, il n’est proposé que par un nombre réduit de professionnels, puisque le coût est élevé. La température de toute la pièce est ainsi élevée à plus de 60 degrés Celsius pendant 3 à 4 heures. L’objectif est de déshydrater le parasite pour le tuer. Le démontage des meubles n’est pas nécessaire ici et le procédé est respectueux de l’environnement.

Vous savez sans doute que les fortes hausses de températures ainsi que les fortes baisses de température ont un effet létal sur les punaises de lit.

Le traitement par la chaleur

Il est possible d’utiliser un appareil à vapeur sèche, qui projette de manière permanente et uniforme un air sec très chaud sur le mobilier, plinthes… agissant sur les œufs de punaises de lit, là où la chimie montrera ses limites.

traitement anti-punaises de lit

Le traitement par le froid

Il consiste en la projection sur les zones contaminées à -78 degrés Celsius. La glace sèche envoyée sous haute pression permet de congeler et de détruire instantanément les œufs, ainsi que les punaises jeunes et adultes. Cette méthode séduit parce que peu importe la matière désinfectée, la neige carbonique ne cause aucune dégradation. Elle est d’ailleurs inodore.

De plus, une fois le traitement terminé, les occupants peuvent regagner immédiatement les lieux. Enfin, tout comme avec la chaleur, la cryogénisation élimine tout risque de survenance d’allergie ou d’irritation due aux insecticides chimiques.

Cependant, peu d’entreprises de désinsectisation de punaises de lit utilisent ce procédé.

Pour lutter efficacement contre les punaises de lit, les centres d’hébergement d’urgence peuvent compter sur plusieurs dispositifs de prévention faciles à mettre en place. Qu’il s’agisse de la prévention ou de l’éradication curative de ces parasites, ces structures d’accueil temporaire peuvent faire appel à des sociétés spécialisées dans l’extermination des punaises de lit pour obtenir un service efficace et durable.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.