Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > La vérité sur le mouvement de la “manif’ pour tous”

La vérité sur le mouvement de la “manif’ pour tous”

mardi 29 juillet 2014, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Par le Dr Thierry Ferjeux MICHAUD-NÉRARD, Pédopsychiatre, DEA de Psychologie clinique

Le mouvement de la “manif’ pour tous” est devenu une nouvelle puissance politique et sociale. Le mouvement de la “manif’ pour tous” est en réalité le centre de la résistance organisée aux empiètements de l’État-PS sur la vie des familles. Si les idéologues de la république socialiste qualifient ce mouvement de “réactionnaire”, c’est qu’ils nient les “actions progressistes” de la “manif’ pour tous” pour I’émancipation des classes moyennes, c’est-à-dire qu’ils nient toutes les formes d’opposition contre la tyrannie et le dogmatisme de l’État-PS. Ce qui fait la puissance de la “manif’ pour tous”, c’est qu’elle ne se limite pas à des débats et à des controverses contre les effets néfastes du régime socialiste existant. Le mouvement de la “manif’ pour tous” a décidé de travailler pour la transformation en profondeur de la conscience politique des classes moyennes et d’utiliser leurs forces organisées comme un levier pour l’émancipation de la société civile, c’est- à-dire pour abolir enfin la tyrannie de l’État-PS. Les coalitions d’intérêts des classes moyennes qui ont donné naissance au mouvement de la “manif’ pour tous” sont de la plus haute importance comme moyens d’organisation de la société civile dans la lutte politique contre l’État-PS. L’État qui, selon le suffrage universel, doit représenter “tous les Français”, a été transformé en État-PS, fondant la nouvelle “république socialiste”.
Le mouvement de la “manif’ pour tous” a été confronté au règne de la “police politique” qui avait pourtant disparu à la libération de 1945, après la tyrannie de la bureaucratie de Pétain. Cette nouvelle “police politique” a été restaurée par l’État-PS pour empêcher la liberté d’expression et I’émancipation des “citoyens”, c’est-à-dire toutes les formes d’action et d’opposition à I’idéologie socialiste. Aussi, la tyrannie de l’État-PS se manifeste par un appui soutenu accordé aux “associations d’activistes” qui agissent par la propagande pour servir le gouvernement socialiste. Quiconque est informé de la situation de la “propagande du genre à l’école” connaît d’avance l’insignifiance d’un pareil appui idéologique, totalement nul du point de vue scientifique.
Avec “Tous à poil” et “à poil la maîtresse”, avant “à poil le président”, la “propagande du genre à l’école” veut étendre le système de tutelle socialiste sur les familles et corrompre une partie des enseignants qui sont tentés par la “sexualité avec des enfants”. C’est pourquoi, à I’idéologie socialiste de “Tous à poil”, le mouvement de la “manif’ pour tous” répondra avec “le goudron et les plumes”, cette méthode qu’on réserve généralement aux tricheurs. Le gouvernement socialiste s’est déconsidéré et a provoqué sa lamentable déchéance politique actuelle en croyant qu’avec “l’ère nouvelle” de la “propagande inique du genre à l’école”, il pourrait faire diversion et masquer son incompétence et son amateurisme. Le gouvernement voulait croire que “la solution à la crise” lui serait gracieusement offerte, par “une grâce” tombée du ciel ! Quoi qu’il en soit, l’État-PS se discréditera beaucoup plus encore en s’imaginant que grâce à la “propagande pour l’égalité et la sexualité pour tous à l’école”, il pourra continuer à tromper les familles. Il est absolument hors de doute que la funeste illusion du gouvernement socialiste sera suivie d’une grave désillusion politique. La logique absolue de la “manif’ pour tous” exprimera l’honneur retrouvé de la conscience politique des classes moyennes.

Alors que le président de l’État-PS aurait dû être le président de “tous les Français”, le dogmatisme de l’État-PS ne peut jamais reposer sur des conditions équitables. La puissance sociale des classes moyennes est leur capacité de penser, de créer et d’entreprendre, plus que leur nombre ou l’effet de masse. Mais cette puissance a été rendue inefficace par la désunion. La dispersion des classes moyennes est la conséquence de leur concurrence inévitable dans la société libérale. Le mouvement de la “manif’ pour tous” est né des tentatives spontanées des familles qui ont décidé de lutter contre le despotisme de l’État-PS, pour supprimer ou atténuer les effets de cette tyrannie des idéologues de la république socialiste. Après cette proclamation absurde du candidat socialiste : “Je hais la finance”, la plupart des familles ont compris : “Je hais la puissance sociale des classes moyennes”. C’est pourquoi, pour obtenir des conditions de vie leur permettant de s’élever moralement et matériellement au-dessus de leur nouvelle condition d’opprimés, l’objectif immédiat ne peut plus se limiter à des revendications catégorielles. Le mouvement de la “manif’ pour tous” est donc le seul moyen de défense organisé contre les empiétements incessants de l’État-PS sur la vie des familles et sur l’éducation des enfants selon la doctrine socialiste de “l’école de type soviétique”. L’activité politique et sociale des classes moyennes n’est pas seulement légitime, elle est absolument nécessaire. La société civile ne peut s’en dispenser tant que subsiste le mode actuel de domination de l’État-PS. Au contraire, il faut la généraliser en créant partout des “manif’ pour tous” et en les unissant dans tout le pays. Le mouvement de la “manif’ pour tous” est devenu le foyer d’organisation des classes moyennes. Il est devenu la force politique et sociale organisée pour hâter l’abolition du système de domination idéologique de l’État-PS. La plupart des classes moyennes se sont tenues trop longtemps à l’écart des mouvements sociaux et politiques généraux.
Aujourd’hui, le despotisme de l’État-PS leur a permis de s’éveiller à la conscience politique. Et leur tâche historique est de se révolter contre la tyrannie et le dogmatisme de l’État-PS. Avec le soutien de la “manif’ pour tous”, les classes moyennes apprennent à agir de manière beaucoup plus consciente en tant que foyers d’organisation politique dans l’intérêt de l’émancipation complète des familles de la tutelle socialiste.
Le mouvement social de la “manif’ pour tous” traduit la conscience politique élevée des familles. Il se considère en soi comme le représentant actuel de la puissance sociale des familles, et de la société civile tout entière, en face des circonstances particulièrement défavorables du système de domination idéologique de l’État-PS qui veut enlever leur force de résistance aux familles et aux classes moyennes. En ce qui concerne la “manif’ pour tous”, elle est fondée par cette époque de “domination idéologique socialiste réactionnaire” de type soviétique. Le mérite de la “manif’ pour tous” est d’avoir ressuscité en France la conscience politique des classes moyennes qui ne doit pas se laisser dominer par les contingences immédiates de l’époque socialiste.
Si son opposition à la tyrannie de l’État-PS est le point de départ, I’émancipation politique des classes moyennes est le point central de son action. Près de considérer la tyrannie de l’État-PS comme rien d’autre qu’un pis-aller provisoire, le mouvement de la “manif’ pour tous” ne peut se justifier uniquement par son utilité immédiate. Il agit pour que I’émancipation de la conscience politique des classes moyennes se réalise.

Sous la pression de la conscience politique de la société civile, “I’État-PS” féodal se transformera inéluctablement en État moderne, authentiquement démocratique, comme en Suisse et en Angleterre.

Illustration : Eugène Delacroix, La liberté guidant le peuple


Voir en ligne : http://www.enquete-debat.fr/archive...