Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > La rupture nécessaire avec la "social-médiocratie"

La rupture nécessaire avec la "social-médiocratie"

samedi 25 juillet 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

La critique de "limpérialisme idéologique" de la république socialiste est née, à l’époque actuelle, des luttes généralisées des copains pour l’appropriation des prébendes, des subventions et du butin de l’État-PS.

Elle s’est forgée dans une lutte politique contre les illusions et les "mystifications social-médiocrates".

La critique de "limpérialisme idéologique" s’applique aux justifications absurdes de l’égalitarisme pour tous, la mystification tyrannique des idéologues de la république socialiste. Ces justifications idéologiques absurdes sont destinées à "supprimer la dynamique élitiste" dans les grands corps de l’État.

Dans ce contexte du "socialisme des médiocres", écrasant les élites, le slogan est : "Les inégalités se creusent, supprimons les notes" à l’école de la république socialiste, et créons le droit au "bac pour tous".

Cette approche polémique de l’État-PS, dans sa plus profonde vérité social-médiocrate, est la cause de la lutte des "classes moyennes" pour la reconnaissance du mérite, à l’école et dans le monde du travail.

Les idéologues de l’État-PS apportent leur contribution à cette orientation mystificatrice nécessaire de la "social-médiocratie pour tous". En vérité, il est clair que la "volonté politique des sociaux-médiocrates" est de parvenir à empêcher les classes populaires d’accéder aux postes élevés des grands corps de l’État.

La dimension politique de la "social-médiocratie" doit, pour se protéger, réserver l’accès aux postes élevés de l’État aux seuls socialistes privilégiés, et aux copains de la bourgeoisie socialo-bobo-friquée.

Les "enfants très médiocres" de la bourgeoisie socialo-bobo-friquée doivent pouvoir bénéficier de tous les avantages de la nomenklatura de type soviétique, celle qui profite de la république socialiste de Hollande.

Ces avantages, qui dévoilent la corruption des fausses élites socialistes, résultent d’une large gamme de créations de postes réglementaires complexes, au seul profit de la nomenklatura. Ils incluent une gabegie socialiste organisée au profit des copains, comme les honteux frais de taxi de la dame Saal…

La découverte des frais de taxi exorbitants de l’ex-présidente Saal, de l’INA socialiste, en récidive des mêmes abus au détriment du Centre Beaubourg, a dû faire plaisir aux éleveurs en grande difficuté…

Le règne de la nomenklatura socialiste n’est autre que la continuation de la gabegie qui règne au sein des institutions de l’État-PS. Le Figaro a rapporté les multiples infractions présumées, reprochées à la dame Saal, touchant à la "probité publique". Les abus de la république de "l’incompétence irréprochable" ont été révélés par Anticor. La république socialiste de la gabegie est assurément la république de l’incompétence.

On comprend que les éleveurs, qui n’en peuvent plus des règles punitives écolo-bureaucratiques, des amendes et des taxes socialistes, dénoncent l’incompétence de "l’État de la gabegie" qui renonce à maintenir un ordre social minimal fondé sur la justice en prenant ainsi le risque de réduire le consentement à l’impôt.

La conception socialiste de l’impérialisme idéologique est étroitement liée à la culture des avantages et des dépenses somptuaires, réparties entre "amis socialistes" : "la gabegie, sur le dos des contribuables".

Pour paraphraser le grand Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine : "La social-médiocratie, stade suprême du socialisme de la misère" de Hollande et de toute sa clique infiltrée par les activistes du lobby GOF-LGBT.

La préparation de la fin logique et raisonnée de la république socialiste bourgeoise "socialo-bobo-friquée" a commencé avec une forte résistance économique des classes moyennes et des familles normales. C’est ce qui a précipité les confrontations sur les territoires, entre les catégories de travailleurs et l’État-PS.

Cette tyrannie idéologique du lobby GOF-LGBT prédomine dans les institutions socialistes. Elle a stimulé les ambitions de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école. On a constaté les effets de la propagande porno-gay, pour la conquête des esprits, et pour la colonisation de la laïcité à l’école.

Il fallait donc faire régner l’impérialisme idéologique décadent des "ABCD de l’égalité" à l’école. Il fallait déformer homosexuellement le modèle pédagogique et la réalité de l’enseignement des élèves de la république. C’est pourquoi, il fallait manipuler et instrumentaliser l’éducation des enfants des écoles, par la propagande socialo-populiste, contre l’avis et les convictions morales et religieuses des parents d’élèves.

La vieille association du socialisme archaïque de Hollande, avec le despotisme idéologique de la soi-disant libre-pensée anti-religieuse du lobby GOF-LGBT, annonce le déclin fatal de la république socialiste.

Et cela, au profit d’une reconnaissance, par les classes populaires, de la suprématie politique de la Nouvelle Droite Nationale. Après avoir occupé le terrain de l’idéologie stérile, Hollande devra laisser la place à la Nouvelle Droite Nationale qui s’imposera en 2017, après avoir forgé une Union des Droites Nationales.

La Nouvelle Droite Nationale constate le recul de la France de la république socialiste, qui contraste avec les progrès permanents de l’Allemagne. C’est ce qui a fait monter la méfiance des états européens vis-à-vis de Hollande et c’est ce qui a rompu l’équilibre du couple franco-allemand. Malgré cela, Hollande croit pouvoir influencer la dynamique de l’euro-zone, sans la moindre confiance des autres dirigeants européens.

Le déclin de l’UMPS met en lumière l’irruption d’un concurrent sérieux de la Droite Nationale, la seule organisation capable de mettre en cause la domination illégitime habituelle des profiteurs de l’UMPS…

C’est pourquoi la Droite Nationale remet en question des décennies de soi-disant stabilité politique, au seul profit de l’immobilisme corrézien des faussaires, les Chirac-Hollande qui ont tant profité de l’UMPS.

La concurrence de la Droite Nationale ne peut qu’accentuer les conflits, et les ambitions des copains, pour le partage des avantages, au profit exclusif des combinaisons politiciennes corrompues de l’UMPS.

Les élections à venir annoncent et préparent la voie à la conflagration générale des combinaisons des élus corrompus et de l’ordre politicien ripoublicaïn, c’est-à-dire faussement moralisant, de l’"UMPS".

C’est pourquoi des changements d’alliances "très nécessaires" interviendront au profit de l’Union des Droites Nationales. C’est ce qui imposera naturellement un réalignement politique des élus voulant participer au nouveau concert des Droites Européennes, pour le redressement du pays et de l’Europe des Nations.


Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://blogs.mediapart.fr/blog/regi...