Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > La révolte des jeunes djihadistes face à la décadence de l’Occident

La révolte des jeunes djihadistes face à la décadence de l’Occident

samedi 22 novembre 2014, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Comment ignorer aujourd’hui l’idéalisme radical et mortifère des jeunes Français djihadistes face aux "lois LGBT iniques de la république socialiste" ? Comment peut-on réagir devant les mensonges de la télé, les mystifications des politiciens professionnels, le cannabis "pour tous", selon Vincent Peillon, les tournantes dans les caves, les "tweet" qui tiennent lieu de discours et les supporteurs alcooliques des "milliardaires du football " ? Cazeneuve pourrait-il empêcher les Français et les binationaux djihadistes d’accomplir leur djihad, et de franchir nos frontières ? On veut nous faire croire que "Beauvau" serait encore le lieu du pouvoir virtuel de police de la république socialiste. Mais, contre la véritable menace des "lois iniques de l’État-PS", face à la déchéance morale des lois sur le mariage homosexuel et la GPA, ou de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école, qui veut mettre fin à la laïcité en tant que principe consacré de la vie scolaire, police et justice de la république socialiste sont totalement impuissantes, comme face aux jeunes djihadistes.

Voici que l’État-PS se découvre enfin atteint d’un cancer monstrueux : les Français et les binationaux sont devenus terriblement djihadistes, cruels et oppressifs. Ce sont eux qui menacent d’anéantir réellement les "lois iniques de la république socialiste".
C’est pourquoi tous les mouvements djihadistes doivent retenir notre attention. Voici un exemple de la décadence LGBT de l’Occident : On lit dans la presse : "Le 5 décembre 2012, le Parti Socialiste co-organisait à Sciences Po Paris, avec diverses associations "très à gauche", une conférence pour "l’égalité entre couples LGBT et hétéros". (Mais) le masque tombe (avec la) censure des opposants à la dénaturalisation du mariage, que Borrillo (peut) traiter d’homophobes et comparer aux nazis… L’argentin, qui fait l’unanimité au sein du lobby homosexuel, s’en prend même à "l’homophobie du Président de la République" !"

La république socialiste doit se demander pourquoi de nombreux jeunes européens, de "citoyenneté" souvent binationale, ont quitté "un pays qui n’est plus le leur", pour aller rejoindre "le djihad et ses valeurs", réelles ou supposées, selon les critères de l’islamisme radical. Tariq Ramadan tente de nous éclairer.

Il a ainsi déclaré au Point : "Cet appel au djihad, tel qu’on le voit aujourd’hui… Tout dépend du message que l’on fait passer… encore faut-il livrer une analyse claire et constructive. […] Lorsqu’on prend position sur le plan éthique, moral, il faut faire très attention à ne pas prêter le flanc à un positionnement politique flou. Lorsqu’on condamne de tels actes de barbarie, on se doit de chercher les responsabilités… La politique européenne n’a jamais été très soucieuse, ni très respectueuse, de la liberté des peuples. La France ne peut pas crier qu’elle se bat pour la liberté aussitôt que l’un de ses concitoyens est tué… Aujourd’hui, le meilleur djihad pour un (jeune) "Français de confession musulmane", c’est… de se battre pour faire régner la justice… à la lumière de ce que ses propres valeurs lui disent… Je crois qu’il y a un vrai djihad… à mener : être la voix des sans-voix au cœur de l’Occident…" Pour le journaliste du Point, les déclarations de Tariq Ramadan sont "ambiguës, entre condamnation du terrorisme, renvoi de la responsabilité sur l’Occident et appel au djihad, interprété comme un combat pour faire respecter les "valeurs de l’islam" en Occident".


Voir en ligne : http://admi.net/cgi-bin/wiki?Merah