Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > La Raison d’État, les migrants et l’impuissance absolue des discours de (...)

La Raison d’État, les migrants et l’impuissance absolue des discours de condamnation

samedi 9 janvier 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

"Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a "condamné sans équivoque" l’annonce par la Corée du Nord d’un essai de "bombe à hydrogène". Il réclame que Pyongyang "cesse toute activité nucléaire".
"Le maire FN de Beaucaire, devant la justice, pour discrimination". Estelle Gross a écrit sur L’Obs de gauche : "Six commerçants (manipulés par la gauche) d’origine maghrébine et de confession musulmane s’estiment discriminés par deux arrêtés municipaux qui les contraignent à fermer à 23 heures".
"Julien Sanchez, le jeune maire FN de Beaucaire, est poursuivi par six commerçants de sa ville pour discrimination. Le tribunal correctionnel de Nîmes doit rendre son verdict le 7 janvier. En cause, deux arrêtés municipaux (de police) pris par Julien Sanchez à l’encontre de plusieurs commerces (pizzeria, snack, épicerie ou kebab), la plupart installés dans la rue Nationale, jadis grande rue animée de la ville, contraints de fermer leurs portes après 23 heures, jusqu’à 5 heures du matin. Les deux textes visaient la vente d’alcool et le stationnement en réunion. Raison invoquée : les "nuisances" causées par la clientèle de ces établissements".
Pour les activistes gauchistes, les "arrêtés de police municipale", pris par le premier magistrat FN de la ville, seraient en réalité : "Une politique raciste". Dans un courrier adressé au maire, le préfet du Gard soulève la question de forme et le caractère "illégal" et "disproportionné" des arrêtés. Julien Sanchez abroge alors les arrêtés et les remplace par deux autres, ce qui rend la procédure devant le tribunal "caduque".
On comprend l’absurdité des deux termes : légal pour "illégal" et moral pour "disproportionné".
Pendant ce temps, selon le principal du collège Vinci à Saint-Brieuc, "la quasi-totalité des collégiens sont aujourd’hui équipés d’un téléphone portable ou smartphone. Le collège Vinci autorise lutilisation des téléphones portables et organise des cours autour du numérique". Au collège Le Braz, la question fait débat.
Pour réagir, on annonce : "Une pétition des parents pour l’interdiction !"
Il y a eu de nombreux commentaires sur "la plaque, calamiteuse", inaugurée par Hollande et Hidalgo, en mémoire des personnes assassinées à Charlie Hebdo. Le fait d’avoir écrit Wolinsky et non Wolinski est "condamnable et il a donné naissance à un mouvement d’indignation" ! Ben voyons ! Et Ban Ki-moon ?
"Les femmes agressées à Cologne sont les premières responsables !" Suite aux violences, le maire de gauche de Cologne, Henriette Reker, a conseillé aux femmes de mieux se tenir… "L’Allemagne découvre les joies du vivre-ensemble", avec les milliers de migrants en forme de prédateurs oisifs. On lit dans la presse que "les vœux (très chrétiens) sous-titrés en arabe" d’Angela Merkel n’y auront "pas changé grand chose".
Kein Amalgam ! Henriette Reker : "Rien ne permet de penser que des demandeurs d’asile seraient impliqués". Si les faits sont excusables, la discrimination est condamnable. La faute incombe à la victime !
Que de conneries écrites et proclamées pour vendre le "Padamalgam" immigrationniste forcené !
C’est ce qui confirme, aux yeux des européens, "le statut immoral de l’État-voyou" contre le peuple.
Aux USA, la chanson est tout autre. Philippe Boulet-Gercourt : "Encouragées par une droite de plus en plus hostile au gouvernement, les milices anti-fédérales tentent un nouveau coup de forces dans l’Oregon.
"Les occupants du refuge, un groupe de squatters, sont emmenés par Ammon Bundy, l’un des fils de Cliven Bundy, un "rancher" du Nevada dont le bras de fer avec les "Feds" avait fait la une de l’actualité. Bundy avait refusé de régler au gouvernement fédéral plus d’un million de dollars d’impayés de droits de pâturage, expliquant que la Constitution américaine ne mentionnait nulle part l’existence de terres publiques fédérales. Le gouvernement avait fini par battre en retraite et Bundy est devenu une sorte de héros conservateur…"
"Lamour des ennemis (Matthieu 5. 44) est un défi impossible à chacun de nous. Mais le travail de la grâce, au rythme de la patience de Dieu, nous découvre un chemin de lumière". En même temps, l’amour des migrants, par le travail politique de la propagande socialo-populiste de Merkel-Hollande, relayée sans cesse par toutes les télés officielles, au rythme de la patience des peuples, nous "découvre un chemin de misère".
Écoutons la fille de pasteur : "Je vous le dis, aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, priez pour ceux qui vous maltraitent" et vous irez au paradis !
La Raison politique d’État doit démontrer, non pas la fausseté du dogmatisme, mais sa légitimité. C’est la condition d’existence en Europe des "agrégats de migrants". Il faut faire passer les idées reçues pour des contre-vérités. La réalité de la Raison d’État n’est pas "vrai ou faux" mais "politiquement concevable ou non réalisable". La Raison d’État justifie "le mensonge et l’illusion politiques" comme "constitutions officielles" de la nouvelle réalité politique. L’illusion et le mensonge du discours politique prennent la place de la vérité.
"La Raison d’État agit contre la vérité en politique". Il s’agit d’abord d’accueillir les gentils migrants islamistes et de les transformer en gentils chrétiens, comme on a transformé le père Fouettard en père Noël, et le couple islamophile, Merkel-Hollande, en père et mère Ubu ! La science de la Raison politique d’État se transforme, avec le pape François, en "science impénétrable des volontés immigrationnistes célestes" !
La tribu des socialistes islamophiles, Merkel-Hollande, ne peut pas se limiter à prêcher dans le désert moral des peuples. Nombre d’indécentes phraséologies des Merkel-Hollande-Ban Ki-moon, dont personne n’est sûr qu’elles sont vraiment utiles à la politique immigrationniste, doivent verser dans les mensonges et le mélo compassionnel. Elles sont I’exemple, en matière de conduite des affaires publiques, de l’incompétence, de l’impuissance et de l’amateurisme des dirigeants des État européens. L’amour des ennemis prime la loi et la règle. La Raison d’État se confond avec l’exception culturelle favorable aux migrants, "interdisant de ce fait toute critique de l’illogisme des socialistes islamophiles", Merkel-Hollande, la critique étant forcément islamophobe.
La Raison d’État est une "tartarinade rationnellement inconsistante et logiquement injustifiable". Les Merkel-Hollande-Ban Ki-moon, phraséologues et animaux communicatifs, sont souvent conduits à proférer des idioties. La communication de "la classe dominante du moment" est donc réduite à néant. Ban Ki-moon, ce monsieur-tout-le-monde, atteste de son incapacité à jouer un rôle politique et à choisir son camp, sinon par des bavardages à sa façon. Les prête-noms, Merkel-Hollande-Ban Ki-moon, ne sont que des phraséologues "capables de mentir dans toutes les situations". Mais parce que c’est une évidence, cette vérité va sans dire.
Il n’est pas indifférent que la devise suprême de l’action morale ait été appelée "amour des ennemis".
Suprêmement exemplaire est l’action politique et idéologique déterminée des droites nationales, qui résisteront à l’épreuve de l’illogisme de la Raison d’État des socialistes islamophiles. Si les médias, à propos des femmes victimes agressées à Cologne, ont fait du bruit, les "tentatives de discrimination" des gentils migrants ne peuvent venir que des méchants réactionnaires, de type Pegida, "évidemment islamophobes".

Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://www.enquete-debat.fr/archive...