Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Hollande, sors Delors si t’es un Homme !

Hollande, sors Delors si t’es un Homme !

mercredi 22 juillet 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

La lutte contre la politique "antisocialiste" de Hollande, disséquée par les frondeurs, les élus indignes du crétinisme parlementaire et des archaïsmes du Parti Socialiste, ne peut être dissociée de la lutte contre le fascisme idéologique de la gauche ultra. La force du citoyen, c’est qu’il sait voir la réalité, contrairement aux idéologues. La politique "antisocialiste" de Hollande est la caractéristique d’un système politique qui substitue, à la réalité de la politique sociale, des constructions verbales et morales à la télé et dans la presse, selon un rituel de la communication élyséenne mensongère, avec l’appui des phrases louangeuses du JDD.

Lu dans Le Point.fr : "Hollande souhaite un "gouvernement" de l’eurozone : "J’ai proposé de reprendre l’idée de Jacques Delors du gouvernement et d’y ajouter un budget spécifique ainsi qu’un Parlement."

Encore une diversion mystificatrice avec des paroles "verbales" creuses, enveloppées avec du rien !

La France de Hollande, qui ne respecte aucun de ses engagements budgétaires et qui est totalement discréditée auprès de ses partenaires européens "est prête à participer à une organisation renforcée de la zone euro et à constituer "avec les pays qui en décideront, une avant-garde" (des mauvais élèves), affirme le président français François Hollande dans une tribune publiée par l’hebdomadaire Le Journal du dimanche."

Hollande l’audacieux des médias hollandophiles poursuit : "La zone euro a su réaffirmer sa cohésion avec la Grèce… L’esprit européen a prévalu", indique Hollande l’audacieux dans le Journal du dimanche…

"J’ai proposé de reprendre l’idée de Jacques Delors du gouvernement de la zone euro et d’y ajouter un budget spécifique ainsi qu’un Parlement pour en assurer le contrôle démocratique"…

Ben voyons, encore une bureaucratie européenne onéreuse pour la gabegie socialiste avec ce soi-disant "Parlement pour en assurer le contrôle démocratique"… Un contrôle démocratique ? Mais Hollande l’audacieux ignore tout du contrôle démocratique ! Il croit que les magouilles socialo-partisanes vont pouvoir l’exonérer du fardeau de la dette, à la grecque, et se défausser des eurobons de la république socialiste qui deviendraient remboursables par les autres pays. Un vieil adage dit que les pires maladies ne sont pas les maladies mortelles mais les maladies incurables. L’incompétence et l’amateurisme de Hollande l’audacieux sont des maladies socialistes proprement incurables avec leurs dépenses pathologiques de l’argent public.

"C’est pas cher, c’est l’État qui paye". Entendez : "C’est pas cher, c’est le contribuable qui paye".

C’est ainsi qu’on atteint l’Apocalypse inégalée de la gabegie en matière d’incompétence budgétaire.

Le goût général pour l’inaction politique ne survit, sous le règne de Hollande l’audacieux, que dans des paroles "verbales" creuses, sans aucun début d’action concrète pour réformer la France, avant de vouloir réformer la zone euro, sans aucun soutien des autres pays qui gèrent au mieux leurs dépenses.

Et la mystification de Hollande l’audacieux continue dans le baratin-mélo du bateleur de foire :

"Partager une monnaie, c’est un choix… Ce choix appelle une organisation renforcée et avec les pays qui en décideront, une avant-garde. La France y est prête parce que, comme Jacques Delors l’a montré, elle se grandit toujours quand elle est à l’initiative de l’Europe…"

Dans ce numéro du JDD, "Jacques Delors juge que le système actuel de l’Union européenne et de la zone euro "n’est plus gouvernable"… Il faut refonder cette Union économique et monétaire… Il y a eu un vice de construction au départ. Il y a eu aussi des bêtises et une incapacité de l’eurozone à y mettre fin…"

C’est pourquoi Hollande l’audacieux doit apporter sa pierre à toutes ces "bêtises et incapacités" !

Pour Delors : "Dans la situation actuelle… l’Europe n’est pas une puissance morale, je dis morale au bon sens du terme. Il faut reconstituer cette puissance morale qui a fait la force de l’Europe…"

C’est pourquoi, avec ses petits bras, Hollande l’audacieux croit pouvoir reconstituer cette puissance morale ! Pourquoi, comment, nul ne le sait et Hollande l’audacieux ne le sait pas non plus.

Hollande, l’audacieux théoricien de l’inaction corrézienne façon Chirac, entend "continuer d’afficher le rôle moteur de la France dans la zone euro". Pourquoi, comment, nul ne le sait ! Hollande l’audacieux est loué dans la presse : "Hollande s’affiche en européen convaincu, qui s’inquiète de voir l’Europe piétiner depuis trop longtemps. Ce qui nous menace, ce n’est pas l’excès d’Europe mais son insuffisance…"

La suite de cette attitude de prestance et de ce bavardage auto-satisfait est d’une extrême confusion :

"Pour préserver "l’esprit européen", la zone euro doit être plus politique (c’est-à-dire dépensière) et moins réglementaire". Encore des paroles "verbales" creuses, enveloppées avec du rien !

Le commentaire suit : "Le chef de l’État reste en revanche très flou sur les contours de cette nouvelle gouvernance souhaitée, il n’en précise ni le périmètre, ni le calendrier, ni le fonctionnement institutionnel".

Pourquoi, comment, nul ne le sait et Hollande l’audacieux ne le sait pas non plus.

"En mai, dans un document adressé au président de la commission Jean-Claude Juncker, Angela Merkel et… Hollande se disaient favorables à la mise en place d’un gouvernement économique de la zone euro. Une contribution commune laissée pour l’heure lettre morte…"

"Lettre morte", ce sera sûrement le fabuleux destin de ce bavardage auto-satisfait dans le JDD.

C’est pourquoi Jean-Pierre Raffarin rappelle que cette proposition "est refusée par nos partenaires".

La communication élyséenne mensongère a consisté en une "propagande incessante" qui met en scène le personnage audacieux du Hollande des médias hollandophiles, avec la plus grande malhonnêteté.

Sans la moindre probité intellectuelle, la communication élyséenne mensongère doit faire preuve d’un optimisme béat en passant l’incompétence, l’impuissance et l’amateurisme de Hollande sous silence. Il lui faut mettre en scène toutes sortes d’illusions trompeuses, dans l’incapacité intellectuelle où est Hollande d’utiliser la moindre méthode d’analyse scientifique pour tenter de comprendre les questions politico-économiques de notre époque. Malgré cela, tout va très bien Madame la Marquise ! Pourvu que ça dure !

Aucun terme politique ne traduit ce mélange durable, et propre à Hollande l’audacieux, de résignation politique et de délectation de l’échec. De là, la question fondamentale du hollandisme décadent est celle qui repose sur l’absence totale de méthode politique et le bavardage auto-satisfait au JDD. Le social-libéralisme mondialiste de Hollande signifie le reniement de l’action politique, et aussi la pire parodie de celle-ci.

Le JDD veut nous faire croire en la Providence divine qui doit faire de Hollande l’audacieux un héros populaire pour les enfants, célébré par la clique des médias inféodés à la république socialiste, ainsi que par les feuilletonistes en mal de copie, pendant les vacances, qui ont repris les bavardages de Hollande au JDD.

L’Autriche, dans l’empire des Habsbourg, a inventé le nom de Schlamperei, synonyme de laxisme et de pagaille, pour désigner l’incurie de l’État qui s’accompagnait d’une complaisance à contourner les règles… Hollande l’audacieux a su s’inspirer des Habsbourg, où la Schlamperei était tout le contraire de l’efficacité.

Dans une lettre adressée à Winnie, datée du 23 juin 1969, publiée dans "Conversations avec moi- même", Éditions de la Martinière, © 2010, Nelson Mandela écrit : "Ceux qui nont pas dâme, pas le sens de lorgueil national et aucun idéal au nom duquel ils pourraient se battre, ceux-là… qui ne sappuient pas sur une culture nationale, nont pas de mission sacrée, ils ne peuvent devenir… des héros

"Le nouveau monde ne sera pas construit par ceux qui restent à lécart les bras croisés…

"Lhonneur appartient à ceux qui jamais ne séloignent de la vérité… ceux qui essayent toujours et qui ne se laissent pas décourager… Depuis laube de lhistoire, lhumanité a toujours honoré et respecté les êtres courageux et honnêtes…"

Dr Thierry-Ferjeux Michaud Nérard