Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Enfin un miracle socialiste : Hollande, c’est fini !

Enfin un miracle socialiste : Hollande, c’est fini !

mardi 3 mai 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Hollande a tenté de "renouer le monologue" avec les Français, lors d’une émission-soumission sur France 2 à la télé de gauche, mais personne ne croit plus au vide de la pensée de Hollande. En clair : "Le film de la propagande socialo-populiste de l’État-PS, et les "lois iniques de la république socialiste", c’est fini..."
Le chef de l’État-PS a sombré, jeudi soir, au plus profond de la suffisance et du vide, alors qu’il est au comble de l’impopularité. Hollande s’égare depuis toujours dans la politique politicienne. Ses copains intellos-bobos de la médiacratie ne peuvent plus rien faire pour le sauver de lui-même.
Hollande, le spécialiste du fait accompli, avance des explications totalement fantaisistes et surtout des explications qui n’en sont pas, pour faire diversion et tenter de faire oublier son quinquennat calamiteux, afin de ne pas affoler les électeurs de sa re-présidentielle imaginaire. Pendant ce temps, face à la médiocratie des profiteurs et des planqués de l’UMPS, qui sont des endormeurs et des songe-creux, la Présidentielle en Autriche va peut-être les réveiller quand on lit dans la presse collabo que les partis seraient sortis "groggy après le tsunami d’extrême droite" ! En clair, l’Autriche est l’exemple le plus récent de la montée des soi-disant populismes pourtant si populaires en France et en Europe. En conséquence, la "Morale de l’histoire finie" des UMPS amuseurs endormeurs, c’est que la droite nationale est arrivée en tête avec 36 % des voix !
Hollande ne sait pas où il va. C’est pourquoi il n’est sûrement pas un guide sage et inspiré pour diriger le pays. Ce que la caste politico-médiatique de gauche a eu l’occasion de constater, une nouvelle fois à la télé sur France 2, ce que les électeurs du pays réel n’ignorent plus, à savoir que la France est abandonnée à la dérive par un président "moralement et électoralement moribond" dans ses sondages d’impopularité. C’est surtout ce qui inquiète tous les médiocres profiteurs du régime, quand les urnes parleront dans un dramatique contexte économique et social, aggravé par le chômage et l’effondrement de l’économie réelle, façon Tsipras.
Le pays assiste médusé, mais avec un espoir de renouveau à court terme, à l’agonie de la république socialiste, avec les mensonges de la propagande pour la campagne rêvée, et les tractations politiciennes de tromperie re-présidentielle, qui sont ressentis comme le mépris du pouvoir socialiste et une humiliation. De plus en plus nombreux sont ceux qui constatent la vacance et l’inanité du pouvoir du président pour les nuls.
Pour l’entourage de Hollande, la situation est de plus en plus intenable. Le capitaine de pédalo est incapable de diriger le bateau ivre de la propagande gay-mondialiste, et des mystifications socialo-populistes, soutenu par l’aberrant lobby GOF-LGBT qui infiltre tous les rouages de l’État-PS. La gabegie de "Hollande en fin de règne" continue, dans le fallacieux espoir de pouvoir acheter la paix sociale, ce qui ne l’empêchera pas de subir les conséquences politiques de son incompétence et de son amateurisme toujours auto-satisfaits.
Hollande, avec ses copains de la caste politico-médiatique, a la tendance fâcheuse de vouloir réduire la politique à un concours de bavardages à la télé de gauche et à un spectacle pour socialiste intermittent, et surtout très largement bénéficiaire des rentes de la politique. Même si la corde est durablement et bien usée, tout cela, bien sûr, reste à l’avantage bien compris de l’hôte socialiste "très provisoire" de l’Élysée.
Hollande, et ses copains de la caste politico-médiatique, ont soumis la France libre en luttant par tous les moyens contre la liberté d’expression et en croyant pouvoir échapper à la critique de l’opposition nationale. Et Hollande croit pouvoir échapper à l’alternance démocratique, ce qui lui fera comprendre que le pouvoir de la république socialiste, et de l’État-PS, n’était rien d’autre qu’un vain mot, et une "vanité très provisoire".
Le socialisme est-il dangereux ? Même si Hollande a seulement régné pendant un temps sur la ferme des animaux de George Orwell, les dégâts sont considérables. Depuis l’époque soviétique anti-démocratique, on sait que le socialisme est souvent compris comme l’abus de pouvoir d’une idéologie absurde, imposant ses valeurs faussées, avec ses conséquences odieuses en matière d’immoralité et d’inhumanité, pour aboutir à la "destruction socialiste de la famille" traditionnelle normale, celle qui défend les valeurs morales et religieuses.
Le socialisme de Hollande consiste à utiliser la propagande porno-gay, et toutes les mystifications de l’idéologie, pour détruire les vraies valeurs religieuses et morales qui fondent le bien commun de l’humanité. Il est clair que l’idéologie socialiste de Hollande ne peut en aucun cas imposer une immoralité particulière à la société, car il est absolument impuissant à concevoir la moindre décision politique saine. Un des problèmes majeurs du socialisme de Hollande est précisément qu’il est guidé par le refus libertaire de tout sens moral. De là, son effet trompeur pour des gens mal informés, et son effet véritablement destructeur sur le lien social.
La politique socialiste de Hollande est la politique du vide. La vérité est que Hollande n’a aucunement le désir de changer sa conception de "la vie de président de la normalitude oisive". C’est pourquoi, tôt ou tard, des discussions débuteront avec les créanciers du pays, l’Union européenne et le FMI. L’objectif que Hollande a voulu éviter à tout prix, avec la "confiscalisation" abusive et insupportable, qui étouffe les classes moyennes et la population qui travaille, espérant trouver un "accord politique" illusoire avec les syndicats mafieux, ce sont les réformes refusées et qui auraient dû être menées à bien "en urgence" par le gouvernement socialiste.
Voilà pourquoi le Point note : "Un sondage TNS Sofres OnePoint, réalisé pour RTL-LCI-"Le Figaro", donne l’actuel président perdant au premier tour, quels que soient ses adversaires". Le Parisien écrit : "Présidentielle 2017 : un sondage écarte Hollande du second tour. Il ne recueillerait que 13% des voix, en net recul par rapport à décembre. Hollande devancerait de très peu Jean-Luc Mélenchon (12%, +1 point)."
Gil Mihaely, de Causeur, conclut sur le désastre de Hollande à la télé de gauche : "Cent minutes pour convaincre. Face au Président, (c’est) la foire aux egos ! En m’infligeant hier soir (la foire au mensonges de Hollande), je me suis rappelé le vieux sketch des années 1960 d’un comique israélien jouant un professeur d’anglais (qui) explique à ses élèves la différence entre un dialogue et un monologue  :
"Un monologue, dit-il, c’est quand une personne se parle à elle-même, tandis que dans le cas d’un dialogue… c’est deux personnes qui se parlent à elles-mêmes  !" Avec Hollande, cherchez l’erreur !
Voilà pourquoi, selon l’enquête TNS Sofres-OnePoint, le Figaro, LCI et RTL, Hollande ne passerait pas au 2ème tour de la présidentielle en 2017, "quelle que soit la configuration envisagée". En conséquence, la chasse aux sortants et aux perdants est désormais lancée. Merveille ! Yapuka aller bien voter !


Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://ripostelaique.com/enfin-mira...