Widgets Amazon.fr

Accueil > Veille "habitat, logement et collectivités locales" > Etalement urbain : théorie de l’accessibilité et modélisation

Etalement urbain : théorie de l’accessibilité et modélisation

mardi 9 décembre 2008

On est un peu désolé de leur faire (un peu) de publicité sans leur accord, mais le Groupe Vinci, dans le cadre d’une sorte de cercle de réflexion modestement nommé " La fabrique de la Cité" , a développé un modèle qui doit, selon ses promoteurs, quantifier les effets des infrastructures nouvelles sur les grands équilibres urbains des agglomérations importantes. C’est le modèle Pirandello (non, ce n’est pas une marque de poupées en bois italiennes, mais un auteur célèbre est connu sous ce nom !)

Il y a des choses vraiment intéressantes qui sont mises en lumière.
Par exemple, jetez un coup d’oeil à ce diaporama (suivez le lien).

C’est un peu le retour de la théorie de l’accessibilité ... (a-t-elle servi à cautionner le "tout autoroute en France ?)

Bref un tel outil ne permettra certainement pas de "maximiser le bonheur des administrés" (sic) comme le propose un peu vite Vinci mais il s’agit d ’une indéniable contribution à la réflexion, non ?

Voici aussi ce qu’en dit l’un de ses géniteurs, un cadre du Groupe Vinci, Vincent Piron

(citation extraite du compte rendu-Les débats de la Revue Parlementaire, 18/11/08 - Quels rôles pour les élus locaux dans la conduite des PPP ? -reproduit sur le site http://www.partenariats-public-prive.fr )


Vincent PIRON (directeur de la stratégie et des investissements, Vinci Concession)

V.PIRON est intervenu en début de séance pour expliquer et présenter l’intérêt de l’outil d’aide à la décision pour les élus qu’il a conçu avec son équipe : PIRANDELLO.

Cet outil n’en est encore qu’au stade embryonnaire et n’a pas encore été utilisé pour conseiller le choix d’une infrastructure réelle. Cependant ses méthodes de calcul viennent d’être validées par différentes universités parisiennes et de nombreux protagonistes s’intéressent à ce projet.

L’idée maîtresse qui a guidé la réalisation de cet outil a été de mettre en place un modèle qui analyse l’intérêt pour des élus, de réaliser ou non, un projet d’infrastructure. Le logiciel intègre nécessairement des composantes complexes comme celles propres à « l’économie des transports », mais ne se limite pas à cela et prend en compte un ensemble de paramètres qui concerne le projet.

Cette initiative part d’une série de constat qui démontre l’intérêt d’un tel outil pour aider les décideurs publics. Parmi ces constats, on trouve notamment :
• La complexité des infrastructures urbaines ;
• L’incapacité des planificateurs à agir in concreto ;
• L’interaction de sujets multiples ;
• Les financements croisés ;
• Un public de plus en plus informé qui nécessite prudence et professionnalisme ;
• …

(...)

PIRANDELLO se base sur la théorie de l’accessibilité , qui a pour but de présenter un projet en fonction des questions suivantes : combien de services pour combien de temps et à quel prix ?
Dans le milieu urbain il existe deux forces qui s’opposent qui sont :
• Pour ceux qui habitent en périphérie des villes : la volonté de migrer vers le centre ;
• Pour ceux qui augmentent leurs niveaux de vie : la volonté d’augmenter la surface de leur habitation. Dans certaines villes comme Paris, cela veut dire migrer vers la périphérie.

Le modèle PIRANDELLO cherche également à prendre en compte le fonctionnement de l’administration publique.

En confrontant l’ensemble des données on cherche à maximiser le bien-être des administrés et des administrateurs.

Le modèle dispose de plusieurs « INPUT » (population, emplois, caractéristiques de la ville). Sur cette base, une multitude d’évaluations sont possibles : le différentiel du bien-être induit par un projet donné, le PIB généré, le CO2 produit,…

(...)


(fin de citation)

Rappel : selon la formule consacrée (et ici particulièrement adaptée), "le texte reproduit et cité ne reflète pas forcément nos propres opinions, etc..."