Accueil > Veille "habitat, logement et collectivités locales" > Adef : les 30 ans de la revue "études foncières" et un débat : "doit on (...)

Adef : les 30 ans de la revue "études foncières" et un débat : "doit on financer le foncier du logement social"

vendredi 20 juin 2008

L’Adef a profité de son AG annuelle ce 17 juin pour fêter les 30 ans de la revue « Etudes foncières »... On y reviendra.

Un débat était organisé en fin d’après-midi sur le thème : « Doit on financer le foncier du logement social ? »

La question a été bien introduite mais très vite se sont opposées, assez classiquement, deux visions de la chose "logement" (ou foncière) : une vision privée et libérale et une approche institutionnelle publique.

Christian Julienne a fustigé les élus et a relativisé la place du logement public : 45.000 à 50.000 HLM livrées par an pour plus 2 millions de mouvements annuels dans le parc résidentiel français. Hélas, son discours, avec sa véhémence et une approche systémique personnelle, me semble affaiblir ce qu’il y a de juste dans son propos.

Le Mouvement HLM, bien représenté par Dominique Dujols et Jean Nika, a du se défendre d’attaques pas toujours totalement injustes... et je retiens surtout la préconisation de sa directrice aux relations institutionnelles d’une approche contracyclique (en clair et en résumé : profiter de la baisse des valeurs pour acquérir du foncier).

Aude Debreil (qui n’est plus au Ministère) est désormais (seule femme !) directrice du récent EPF des Yvelines a su illustrer, non sans malice, que son rôle était essentiellement de faire de la pédagogie auprès des élus et Alain Moittié, consultant indépendant en AMO/HLM a rappelé que la TVA perçue par l’Etat sur le foncier "du logement social" couvrait généralement la subvention versée au titre de la fameuse "surcharge foncière".

Les échanges avec la salle ont démontré que ce n’était pas tant le logement social qui était au coeur du problème, mais la production de logements en général.

Une touche optimiste pourtant en fin de réunion : une promesse de relancer la recherche universitaire sur ces thèmes ! A suivre, donc...

Cordialement,
Guy Lemée