Crédit immobilier : les non CDI sont en difficulté

credit-non-cdi


La crise sanitaire de l’année dernière a mis au ralenti beaucoup d’activités. Certains acteurs du monde de l’immobilier, notamment les emprunteurs principaux en dehors des CDI, se retrouvent face à d’énormes difficultés.

Force est de constater que depuis la fin de l’année 2019, les conditions à remplir pour bénéficier d’un crédit immobilier sont moins accessibles aux travailleurs sous contrat à durée déterminée. Même si les décisions sorties au début de cette année semblent leur avoir été profitables, il n’en est pas concrètement le cas d’après les statistiques.

Les conditions d’octroi des crédits immobiliers défavorisent plus d’un, surtout les CDD

Selon des chiffres rendus publics par le courtier Vousfinancer, il y aurait eu, depuis 2018, de moins en moins de CDD comme emprunteurs principaux : 1,7 % en 2018, 1,3 % en 2019, et 1,2 % l’année dernière. Bien évidemment, ces chiffres ne sont pas banaux.

En réalité, pour un emprunt à deux, les CDD ont nécessairement besoin d’un CDI. Résultat, leur part est plus importante. De plus, ils obtiennent rarement des prêts : en 2020, 0,2 % seulement des emprunteurs chez Vousfinancer sont CDD. Ces taux suivent une tendance de baisse, car ils étaient 0,90 % en 2017. En 2020, dans cette même boîte, 79 % des co-emprunteurs sont en CDI contre 3,2 % en CDD. Le triste constat est que là également, on observe une baisse d’année en année : 4,90 % en 2018 et 5,2 % en 2017).

Au vu de tout ceci, il est évident que les salariés en CDD ont de sérieuses difficultés pour bénéficier d’un crédit. Mais croyez-le, les indépendants et les autoentrepreneurs éprouvent encore plus de difficulté pour avoir un prêt immobilier. En effet, pour que ces derniers bénéficient d’un emprunt auprès d’une banque, celle-ci leur exige 2 à 3 ans de bilan. Et donc, pas question d’être considéré pour un prêt si un entrepreneur existe depuis moins de trois ans. La conséquence de toutes ces exigences se lit dans le pourcentage d’emprunteurs indépendants qui est passé de 6 % à 5,1 % entre 2018 et 2019. 

En 2021, le changement ne s’annonce pas si évident. La majorité des courtiers témoignent de la réticence accrue des banques à l’égard des salariés non CDI. Seulement, un petit nombre pense observer un changement au cours de cette année. Mais attendons bien de voir en fin d’année pour faire le bilan.

Que faut-il savoir sur l’assurance emprunteur ?

Dans le cas d’un emprunt, vous aurez l’obligation de souscrire à une assurance emprunteur proposée par la banque ou l’organisme d’assurances. Il vaut mieux prendre en compte quelques éléments avant de signer votre contrat.

Quelle est la définition de l’assurance emprunteur ?

L’assurance emprunteur permet à la banque de se couvrir en cas d’incapacité de l’emprunteur de rembourser son prêt pour des imprévus. La compagnie d’assurances s’engage alors à rembourser une partie ou l’intégralité du prêt pour soulager financièrement la famille de l’assuré qui subit l’imprévu. À la question est-il obligatoire de prendre une assurance pour un crédit immobilier ? La réponse est oui puisque de nombreux événements malencontreux comme un décès ou une perte de validité peuvent empêcher l’emprunteur de payer ses mensualités ce qui met en danger la banque à l’origine du prêt.

Comment bien choisir son assurance emprunteur ?

La banque à l’origine du prêt propose souvent une assurance emprunteur fournie par un organisme attelé à l’établissement. Pour vous assurer que le contrat offre des garanties suffisantes, vous pouvez vous tourner vers un site de comparatif d’assurances. Vous disposerez alors de toutes les informations utiles comme les garanties et ses exclusions, les frais de dossier, les modalités d’application du contrat et le coût final de l’assurance.

Une fois ceci fait, vous n’aurez plus qu’à contacter l’organisme pour disposer d’un contrat à étudier en détail afin de veiller à ce que les garanties obligatoires pour votre profil soient présentes. Un état de santé dégradé peut impliquer une surprime de la part de l’établissement.

Comment changer d’assurance emprunteur ?

La loi Hamon permet à tout souscripteur de résilier son contrat et de se tourner vers un autre établissement dans les 12 mois qui suivent la souscription du premier contrat. La loi Sapin II améliore ce premier système en offrant la possibilité d’annuler son contrat chaque année. La seule condition à remplir est que le nouveau contrat d’assurance emprunteur mette à disposition de l’assuré les mêmes garanties ou des garanties supérieures à l’ancien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.