Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Que vaut le produit Hollande sur le marché de la réélection ?

Que vaut le produit Hollande sur le marché de la réélection ?

samedi 28 février 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

L’invraisemblance du "candidat-président en campagne" domine sur toutes les télés obéissantes et sur tous les médias soumis aux subventions généreuses de l’État-PS "confiscalisées" sur le dos des familles et de la population qui travaille. L’idée centrale de Hollande, l’invraisemblable candidat-président, c’est que la théorie de la répétition, en forme de "matraquage massue", de la propagande publicitaire sur toutes les télés, par les répétiteurs-journaleux du vide, et la campagne sur le marché de la réélection, sont inséparables.

La théorie politique de la "marchandisation" du produit Hollande sur le marché de la réélection clôt, au moins à l’état implicite, tout débat sur la perception des besoins du monde social réel. La "marchandisation" du produit Hollande sur le marché s’organise selon des mystifications analogues à celles que l’on perçoit dans les publicités commerciales mensongères, seulement destinées à créer la confusion dans les esprits pour abrutir les oppositions naturelles des gens. Dans ce cas, on propose généralement une théorie empiriste de la communication publicitaire en faveur de la promotion d’un produit politique devenu obsolète, dont personne ne veut plus, et qui "reste sur les étagères", théorie selon laquelle il faut "faire de la place dans les rayons".

La publicité commerciale de la "marchandisation" du produit Hollande sur le marché doit influer sur la perception des gens. La propagande politique, sur toutes les télés obéissantes, pour la réélection virtuelle de Hollande, emprunte à la réalité mensongère de la communication publicitaire une mystification de l’opinion en faveur du changement du produit Hollande, c’est-à-dire un produit soi-disant nouveau sur le marché. Ce n’est pas par hasard si Hollande fait le tour du monde, avec les intermittents du spectacle médiatique, pour faire la promotion d’un produit socialiste frelaté sur toutes les télés, à déduire de ses frais de campagne électorale !

La publicité commerciale, pour la promotion du produit Hollande, est fondée sur le "déni de la réalité". Elle ignore tout du problème des charges sociales qui pèsent sur les petites entreprises, la compétitivité et les emplois, sur les causes réelles du chômage de masse. Tout ce qui concerne la perception politique du monde social réel, et les oppositions à propos du produit Hollande sur le marché de la réélection, est nié.

La publicité commerciale, pour la promotion du produit Hollande, est fondée sur la "simplicité brutale" que toutes les télés obéissantes doivent asséner, pour abrutir les gens et créer la confusion dans les esprits.

La publicité commerciale de la "marchandisation" du produit Hollande invente une "nouvelle réalité", qui ne fait pas débat, et que les électeurs robotisés doivent seulement "enregistrer". Pas de débat possible, mais seulement un constat : celui des "constructions publicitaires mensongères", fabriquées par des médias dociles, qui veulent nier la misère de l’existence des familles, des masses et de la population qui travaille.

La publicité commerciale mensongère doit nier que la misère de l’existence des familles est le produit de l’incompétence, de l’impuissance et de l’amateurisme de Hollande et de sa politique socialiste ubuesque.

Il n’y a de tyrannie idéologique de l’État-PS que parce qu’il y a des idéologues du lobby LGBT et de l’État-PS pour les échafauder. Il est clair que la "conscience abstraite" des idéologues ignore tout de la vraie conscience commune. Les idéologues imaginent un monde virtuel tel qu’il devrait être, selon la foi socialiste.

Les empiristes pragmatiques de la réalité concrète voient le monde réel "tel qu’il est". C’est pourquoi les idéologues croient pouvoir "changer un monde imaginaire", alors que les empiristes pragmatiques veulent seulement changer "le monde réel". L’acte de construction publicitaire du produit Hollande, est-il le fait des idéologues du vide de l’État-PS et des idéologues et militants activistes du lobby LGBT, relayé sans cesse par toutes les télés officielles ou soumises, dignes des "JT de la Corée du Nord" ?

Ils croient, comme Peter Pan, pouvoir créer un "nouveau monde imaginaire" de l’enfance, grâce à la conscience socialiste immature et infantile, soumise aux effets délétères de la propagande socialo-populiste !

L’information, sur toutes les télés officielles ou soumises, est transformée en propagande publicitaire pour la promotion, en tête de gondole, du produit Hollande obsolète.

C’est pourquoi, dans la pratique de la propagande, toutes les catégories médiatiques de mise en scène de l’information, que mettent en œuvre les télés officielles, ou soumises aux idéologues du vide de l’État-PS, sont perçues par les "électeurs normaux" comme des publicités commerciales mensongères.

On comprend que toutes les télés officielles, et les télés obéissantes, et tous les médias soumis aux subventions généreuses de l’État-PS, se comportent comme le fait "l’agent électoral socialiste de base", comme le "militant-colleur d’affiches" ordinaire !

La question est : Comment le monde politique des idéologues est-il perçu par les électeurs et quel est l’effet de la propagande publicitaire pour la promotion commerciale du produit Hollande sur le marché de la réélection ? La publicité commerciale mensongère est contraire à la connaissance, qui doit rendre compte du fait que nous percevons le monde réel "tel qu’il est". La théorie réaliste dira que les problèmes du monde réel devront être résolus dans la réalité et que les solutions politiques se mesurent sur des preuves objectives. La principale objection faite à la "théorie socialiste imaginaire irréaliste" réside dans le fait que la réalité est niée.

Grâce à la propagande socialo-populiste, il n’y a jamais de réalité objective en politique socialiste. Avec l’idéologie des "ABCD de l’égalité" et la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école, il est manifeste que les idéologues du lobby LGBT nient la réalité objective de la différence des sexes, comme la plupart des propriétés sociales que l’on peut attacher aux personnes réelles et aux familles réelles !

Or, la construction idéologique nie la perception ordinaire de la population qui travaille. Par exemple, il est évident que d’un point de vue strictement idéologique, il est impossible de dire si Hollande haït ou s’il aime les pauvres. Mais on sait où commencent les mystifications de l’idéologie socialiste.

Si la conscience socialo-populiste commune pense qu’il faut lutter contre la pauvreté, ce qui est vrai et on l’a souvent constaté, c’est qu’il y a des hommes politiques pour qui la haine de la pauvreté est plus forte que tout, si ce n’est la haine qu’ils ont pour les pauvres, c’est-à-dire les "sans-dents" !

Quoi qu’il en soit, la théorie politique de la "marchandisation" du produit Hollande, sur le marché de la réélection, doit faire en sorte que la propagande publicitaire, pour la promotion commerciale du produit fade et sans saveur, crée un produit passe-partout, qui doit pouvoir plaire à tout le monde et ne déplaire à personne !

Le produit publicitaire Hollande doit "représenter tout pour tout le monde, ce qui veut dire n’être rien pour personne". En d’autres termes, le produit publicitaire Hollande doit "parvenir à le faire réélire".

John Quincy Adams a décrit ainsi l’attitude du candidat-président des États-Unis Martin Van Buren :

"Ce qui occupe ses pensées, c’est de représenter tout pour tout le monde, c’est-à-dire n’être rien pour personne !" John Quincy Adams est un ancien président des États-Unis d’Amérique, un ancien avocat qui a été ensuite le député d’une circonscription du Massachusetts, à la Chambre des représentants.

Dans le film Amistad, de Steven Spielberg (1997), le président, Martin Van Buren, est montré comme un être hésitant, médiocre, lâche, falot et inconsistant, qui ne pense qu’à sa réélection. Il sera battu.

En termes de principe politique de la réélection, la vraie question est :

Connaissons-nous le monde social par la construction d’un monde imaginaire, selon la propagande socialo-populiste des idéologues du lobby LGBT et de l’État-PS, ou par un constat objectif de la réalité sociale concrète, afin de pouvoir changer le monde réel, tel qu’il est, et dans lequel nous vivons ?

Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://www.lexpress.fr/actualite/po...