Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Quand les rats quittent le navire…

Quand les rats quittent le navire…

mardi 12 janvier 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Quand les rats quittent le navire, "le capitaine de pédalo continue à pédaler" dans la semoule. Quand "le vide se fait peu à peu autour de lui" et (quand) "il entend les derniers compagnons, les derniers hommes liges murmurer dans son dos", c’est que "l’hiver est bientôt là", écrit Dominique Jamet, sur Bd Voltaire.
Quand le bateau France fait eau de toutes parts, on ne perd pas de temps à se demander pourquoi le capitaine de pédalo coule le navire. On doit virer le capitaine de pédalo de l’incompétence et de l’amateurisme qui fait fausse route, après les mensonges de la campagne et les décisions socialistes absurdes de 2012.
Lu sur Le Point.fr : "Dans Libération, des intellectuels (bobos de gauche) comme Piketty, Wieviorka et Cohn-Bendit, lancent un appel pour une primaire "des gauches et de l’écologie" pour que l’élection de 2017 "contribue vraiment à la sortie de la crise politique et ouvre de nouvelles perspectives économiques, sociales, environnementales et démocratiques (avec) des choix et des alternatives clairs sur les enjeux majeurs (car) nous ne pouvons pas faire ce cadeau à la droite." En clair, c’est encore le front anti-National de Marine.
Le petit Laurent Joffrin de Libé soutient ses copains, les bobos de gauche : "Cet appel peut changer la donne de la présidentielle. Il peut surtout rendre au débat électoral sa pertinence et sa force démocratique".
C’est encore le "Sursaut" du petit Joffrin de Libé, après les farces grotesques des régionales 2015.
Le petit Laurent Joffrin de Libé, c’est ce nouveau modèle de "néant journalistique socialophile" !
Il faut agir sur "les causes du mal socialiste, pas seulement sur les symptômes" : telle est la mission urgente qui doit impliquer toutes les forces du pays, et surtout la ligne Bleu-Marine. Il n’y a rien de pire, après les résultats du second tour des régionales 2015, que de voir les bobos de gauche "compter cyniquement" sur la peur du FN, pour 2017. L’opinion attend une "incarnation de l’action de Marine", surtout au sein des classes populaires. L’usurpation des votes et "les manipulations de l’opinion" par les activistes des fraternités GOF-UMPS feront que la seule "ligne de défense efficace" des classes populaires, sera la ligne Bleu-Marine.
Elle sera la force vitale indispensable, avant la catastrophe prévue de la réélection rêvée de Hollande en 2017. La démagogie de la propagande socialo-populiste, et le "règne de la médiocrité" de la république socialiste, seront implacablement emportés par "Le Sursaut des classes populaires en 2017", malgré les mensonges anti-FN du petit Laurent Joffrin : "Cest pourquoi Libération a décidé de publier (le piètre baratin des bobos) en lui donnant tout la place qu’il mérite pour vivifier le débat civique en France
"La force du Front national a bouleversé les règles du jeu (des fraternités GOF-UMPS). Un tiers des Français environ le soutiennent : énorme succès pour Marine Le Pen, qui lui assure en principe la présence au second tour dune présidentielle. Comme la montré le scrutin des régionales (truqué par les manipulations de l’opinion par les fraternités GOF-UMPS), deux tiers des Français ne veulent pas dun exécutif lepéniste. Le premier tour de 2017 sera surdéterminé par ce refus inquiet (entretenu par les médias des bobos de gauche).
"Tout candidat minoritaire, toute voix discordante, sera suspecte aux yeux dune partie de lélectorat".
Pas de doute, le petit Laurent Joffrin de Libé prêche pour "l’avènement d’un état-policier socialiste" !
"Le "vote utile" se concentrera sur un candidat par défaut (comme Hollande en 2012), qui rendra la contestation oiseuse (selon les règles de la police de la pensée socialiste)… Et si le vote utile ne se manifeste pas, la gauche sera éliminée comme en 2002… Le camp qui se divisera au premier tour disparaîtra… Lappel pour une primaire à gauche que nous publions peut rétablir léquilibre" contre la ligne Bleu-Marine. "Divisée, la gauche court le risque d’être effacée demblée… Pour sauver la gauche… de lagressivité stérile de Jean-Luc Mélenchon… il faut une primaire de toute la gauche. Il ne sagit pas seulement de "logique" électorale…
"Dans un premier tour dominé par la "peur du FN" et le péril de lélimination, ce débat… doctrinal et programmatique… ne pourra avoir lieu. Pourquoi ne pas le faire au grand jour (manipulé par les fraternités GOF-UMPS) ? La question reste : pour Hollande, l’audacieux inutile, y a-t-il une vie après la mort politique ?
L’expérience funeste de la république socialiste est le signe de l’éternelle condamnation des citoyens, du fait de la médiocrité, de l’incompétence, de l’impuissance et de l’amateurisme de Hollande, l’audacieux !
Aujourd’hui, vis-à-vis de Hollande, l’audacieux incompétent et inutile, les citoyens électeurs sont tous devenus des "adeptes de Saint Thomas". Ils ne veulent plus croire aux fausses promesses, aux mensonges, aux prédictions de Nostradamus sur la courbe du chômage, s’ils ne voient pas de résultats concrets.
Pendant ce temps, un drôle de Marc Vignaud écrit encore un conte de Noël : "Le Conseil national du numérique ( ?) propose au gouvernement de réfléchir à la mise en place d’une allocation inconditionnelle, un revenu de base pour tous. L’idée peut paraître utopique, mais elle est de plus en plus évoquée dans le débat public… dans un rapport très sérieux ( ?) sur l’avenir du travail et de l’emploi commandé par l’ancien ministre du Travail Rebsamen et remis à son successeur, Myriam El Khomri".
En clair, faut-il verser à chaque Français et donc à chaque migrant, à chaque clandestin et à chaque sans papier, sans aucune condition, un revenu de base de 450 à 1 000 euros, prélevé sur la population qui travaille et les classes moyennes ? C’est le comble de la propagande socialo-populiste de l’incompétence !
"Pour les défenseurs (nostalgiques du système soviétique) de l’allocation universelle inconditionnelle, celle-ci doit être la "juste" ( ?) distribution d’un "dividende social" ( ?) généré par la société qui, au travers de l’accumulation de son capital ou son système éducatif, permet à certains d’être très productifs", quand "ceux qui ne font rien" sont les assistés improductifs de la république socialiste d’obédience GOF-post-soviétique.
Selon cette mystification des gauchistes libertaires, "ce serait un moyen de partager l’emploi" ! Ceux qui ne voudraient pas travailler décideraient de ne rien faire, pour se reposer, et "libéreraient des places pour les chômeurs" qui seraient assez cons pour vouloir travailler à leur place. Coluche avait dit que les chômeurs seraient satisfaits de recevoir un salaire, sans pour cela être obligés de se lever tôt pour pointer et travailler !
Mais il y a une morale : "Le vote FN progresse chez les fonctionnaires", lit-on sur le figaro.fr : "Le vote FN est en forte progression au sein des différentes fonctions publiques, dans la police et l’armée, selon une enquête du Cevipof. Si la "pénétration" du vote FN s’était affirmée à l’élection de 2012, le "mouvement s’est sensiblement accéléré, notamment chez les fonctionnaires de catégorie C (postes moins qualifiés ( !) )."
"En 2012, 16% d’électeurs issus de la fonction publique de l’État avaient voté FN. 22,7% exprimaient avant les régionales de décembre 2015 leur intention de voter pour le parti présidé par Marine Le Pen. Ce phénomène, qualifié de "tournant historique", concerne, selon le Cevipof, les trois fonctions publiques (d’État, territoriale et hospitalière). "Si l’on ne prend que les actifs certains de voter, le niveau de vote FN grimpe chez les fonctionnaires de catégorie C : 39% pour les agents de la fonction publique d’État (FPE), 28,8% pour ceux de la FPT (territoriale) et 44,7% pour ceux de la FPH (hospitalière)", écrit le Cevipof. "Il faut souligner que si l’on écarte du calcul les fonctionnaires membres du monde enseignant "au sens large" (les enseignants des premier et second degrés, du supérieur, comme les personnels de direction des établissements), le vote FN atteint 30,5% des suffrages exprimés au sein de la FPE et 15,8% au sein de de la seule catégorie A (cadres)".
"Le FN obtient des scores appréciables au sein du monde enseignant : 9,4% dans l’ensemble, 9,8% chez les instituteurs et professeurs des écoles, 9,2% chez les professeurs du second degré et 8,4% chez ceux du supérieur", détaille le Centre de recherches politiques de Sciences Po. Chez les policiers et militaires, les intentions de vote fin 2015 atteignent 51,5%, contre environ 30% en 2012.
"Cette évolution est sensible depuis l’élection de Hollande".
"Voilà pourquoi cet appel peut changer la donne de la présidentielle", selon le petit journaleux Laurent Joffrin de Libé : "Décidément, il faut une primaire de toute la gauche", même si ce sera "une humiliation pour le Président" normal trahi par ses copains, les bobos de gauche ! En clair : les rats quittent le navire…

Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://ripostelaique.com/le-petit-j...