Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Quand les bobos de la gauche médiatique dénoncent l’indignation (...)

Quand les bobos de la gauche médiatique dénoncent l’indignation sélective

lundi 18 janvier 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Clémentine Autain se présente comme "Femme politique" sur L’Obs le Plus de gauche et dénonce la : "Manifestation contre les agressions sexuelles de femmes à Cologne et leur instrumentalisation raciste"…
Une sorte d’indignation sélective "politiquement condamnable", après les violences faites aux femmes le soir du 31/12/2015, lors des agressions islamistes de Cologne : "Condamnons ce qui doit l’être" !
À propos des violences faites aux femmes, Clémentine Autain écrit : "Plus de 500 femmes ont subi des agressions, souvent sexuelles, dans la ville allemande de Cologne lors de la nuit du Nouvel An. Parmi les suspects identifiés figurent de nombreux réfugiés. Une information que n’a pas manqué d’instrumentaliser l’extrême-droite", dont Clémentine Autain dénonce l’indignation sélective. Elle met arbitrairement en cause, et sans aucun fondement, "la Manif pour tous" ! Et elle évoque crânement la "peste brune", pas moins !
"J’ai pris la mesure de la confusion dangereuse qui se propage "par ces temps brunis" : "Cologne. Animalité des migrants. Où sont les féministes ?". Même si le vent souffle plutôt du côté de la Manif pour tous, nous sommes mobilisées loin des instrumentalisations racistes… Ces violences possèdent une même racine ( ?) : les rapports sociaux entre les hommes et les femmes." Ach ! Enkor zé vieilles rengaines marxzistes !
"516 plaintes ont été déposées. Ces violences furent organisées. La méthode relève de la violence sexiste de masse préméditée. "L’héritage historique pèse de tout son poids" pour conférer un statut d’objet sexuel aux femmes. "On ne comprend rien à ces actes" si on ne les raccorde pas au contexte d’oppression historique d’un sexe sur l’autre." Voilà pourquoi les violences islamistes à Cologne s’inscrivent dans ce rapport marxiste. À croire que les migrants islamistes ont lu Marx et le Kapital ! Le problème de Clémentine Autain se résume à "tout ce qui façonne les inégalités hommes/femmes". Pour la rhétorique marxiste, ces violences sexistes sont moins importantes à dénoncer que "l’instrumentalisation d’actes odieux à des fins xénophobes".
C’est pourquoi la rhétorique marxiste spécifique exige une bataille acharnée contre les auteurs et les propagateurs de ces informations et l’instrumentalisation d’actes odieux à des fins xénophobes : "Voilà ce qui intéresse la droite extrême pour instrumentaliser ces actes odieux à des fins racistes et sécuritaires. Son indignation est sélective, car elle n’entend pas toucher au sexisme mais alimenter son discours xénophobe".
Clémentine Autain dénonce encore, sur L’Obs le Plus de gauche : "Cette droite dure ne mène aucun combat contre les violences faites aux femmes. Pire, elle se mobilise contre les avancées possibles. Il n’y a qu’à lire le dernier best-seller d’Éric Zemmour pour saisir "l’attachement viscéral de la droite réactionnaire" aux "normes sexistes traditionnelles". En revanche, la droite extrême ne rate aucune occasion de se trouver subitement une âme pseudo-féministe dès lors que les auteurs des violences sexistes ne possèdent pas les "racines blanches et chrétiennes" conformes à leurs rêves de repli réactionnaire… Si l’extrême-droite s’est saisie de cette affaire, c’est pour "stigmatiser" les populations immigrées et issues du monde arabe.
"L’animalité" des migrants n’aurait-elle rien à voir avec celle (des) "français de souche"… ou celle de "grands bourgeois bien blancs" qui procéderaient à des viols collectifs ? Toujours plus fort, Clémentine !
"Les agressions sexuelles ne relèvent pas de la pulsion animale, mais de l’histoire humaine. (Il faut) mener un combat politique ensemble, en refusant les violences sexistes et la stigmatisation des immigrés".
Un certain Chevalier (blanc ?) a posté ce commentaire ironique : "C. Autain, toujours prête à donner des leçons, est écartelée entre ses "dogmes" féministes et respect des minorités, donc de l’immigrant, c’est pas facile d’être cohérent en ménageant le politiquement correct à toutes les sauces…" Ben voyons !
Maurice Szafran en remet une couche sur Challenges de gauche : "Quand Marine Le Pen s’affiche en étendard du féminisme : Sous le prétexte dinstrumentaliser les agressions sexuelles commises à Cologne pour mieux dénoncer limmigration, la chef du FN n’hésite pas à exploiter le féminisme, thème avec lequel son parti n’a pourtant jamais fait bon ménage… La présidente du Front National ne se contente pas d’élargir son argumentaire conceptuel pour "ouvrir" sa base électorale, le jeu (à peu près) normal de la politique, elle va plus loin, s’appropriant les concepts les plus étrangers à sa matrice, l’extrême droite. Qui défend aujourd’hui avec le plus de vigueur les "valeurs" de la République ? Le FN, selon Marine Le Pen… alors que les racines historiques de cette entreprise familiale puisent dans une virulente dénonciation de la Révolution française.
"Qui a su convaincre la société française qu’il était indispensable d’en revenir à une conception stricte de la laïcité, à une application sans faille de ses règles et obligations ? Le FN toujours ! Et l’aile catholique de l’extrême droite, et son nouveau leader, Marion Maréchal Le Pen… Marine Le Pen a signifié, faisant référence aux agressions sexuelles de Cologne, sa "peur que la crise migratoire (ne) signe le début de la fin des droits des femmes". Marion, figure de proue de l’extrême droite identitaro-catho, d’ajouter : "Nous sommes face à un phénomène d’émeutes sexuelles de masse dans plusieurs pays européens". Réplique de Florian Philippot : "Les agressions et les viols à Cologne indiquent toute laviolence du multiculturalisme imposé aux peuples".
"La gauche de pouvoir et la droite républicaine ayant, l’une et l’autre, renoncé à se mesurer avec Marine Le Pen "sur le terrain des valeurs", toute opération de détournement lancé par le Front National peut donner quelques résultats, convaincre quelques esprits à l’abandon. Et pour le Szafran : "Trop, c’est trop !"
Vous reprendrez bien un coup de "féminisme instrumentalisé par le FN" par Dominique Albertini !
"On ne déniera pas au Front national son sens des opportunités. Que souvre un débat sur les manifestations publiques de lislam, et le parti professe un intransigeant laïcisme. Quà Cologne des immigrés agressent sexuellement de nombreuses femmes, et le voilà féministe. Dans une tribune publiée sur le site de lOpinion, Marine Le Pen dénonce les exactions de "mâles déchaînés" dorigine étrangère. Croyant discerner à gauche un "assentiment tacite" à ces violences, pose son parti en "bouclier des libertés de la femme"…
En décembre 2010, dans un discours, Marine Le Pen révélait : "Dans certains quartiers, il ne fait pas bon être femme, ni homosexuel, ni juif, ni même Français ou blanc". Le discours de Marine Le Pen changeait la donne. Le FN serait désormais le protecteur des femmes et des minorités contre (le) "totalitarisme vert". Il défendrait le (pays) menacé par les masses afro-orientales. Des frontières permettraient aux (Français) de jouir en paix de leurs libertés traditionnelles". Le FN n’a pas besoin de plus d’alliés pour faire sa propagande !

Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://ripostelaique.com/quand-les-...