Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Quand le non-"Sens commun" veut noyer le Poisson (...)

Quand le non-"Sens commun" veut noyer le Poisson !

vendredi 9 septembre 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Lu sur le Salon Beige : "Sens Commun vote François Fillon : incompréhensible pour nos lecteurs".
"Depuis l’annonce du ralliement (opportuniste politicien) de Sens Commun à François Fillon, Le Salon Beige reçoit moult réactions de lecteurs, écœurés par ce qu’ils considèrent comme une "trahison politique", bien loin du réveil des consciences et des "On ne lâche rien" (mouvement soutenu par Christian Scherer).
Le "Vieil Adage" prétend que le Bon Sens commun est si largement partagé, ce qui fait que le résultat en est que les gens en ont de moins en moins !
Selon Benjamin Leduc, sur le Salon Beige : "Christophe Billan, le nouveau président de Sens commun, défend le choix (opportuniste politicien de François Fillon) d’une façon surprenante.
"Il affirme : "On a cherché dans les candidats présidentiables celui qui était en capacité de le devenir".
"Christophe Billan déclare encore : "Il est normal qu’au moment d’un rendez-vous aussi important que la primaire nous assumions notre vocation qui consiste à influencer de l’intérieur la loi, la règle et la norme.
"M. Poisson n’est pas dans cette idée maîtresse, ce que je respecte entièrement. Le PCD [Parti chrétien-démocrate] est un parti frère qui se décline autour d’une autre approche : influencer de lextérieur".
"Le président de Sens commun prétend que ce choix est pris "pour demeurer fidèle à notre vocation et à nos valeurs", en reconnaissant que "François Fillon n’est pas en mesure de soutenir le mot abrogation".
"Dans le même temps, un compte officiel de Sens commun affirme : "Imaginons que Sens commun soutienne Jean-Frédéric Poisson, qui est le plus proche de nos convictions au niveau de la famille".
"Ce n’est pas un choix de valeur, mais un calcul (politicien), qui fera perdre le combat pour la famille."
La passion rend aveugle : "Christophe Billan affirme encore : "Nous avons été séduits par la posture dhomme dÉtat (de François Fillon) avec une vision beaucoup plus large qui transparaît dans son programme dont tout le monde reconnaît quil est le plus abouti". Le problème est que François Fillon n’a ni le caractère ni la stature d’un homme d’État. C’est un candidat non abouti, sans aucune aura, sans autre dimension que celle d’une vision politicienne bureaucratique, étroite et médiocre, mais "nullement visionnaire".
"Sans présumer une volonté de nuisance, l’action de Sens commun (est) comme (celle d’un) ver qui se nourrit de la Manif pour tous, comme (un ver) dans une pomme".
En clair, Sens commun est un parasite qui tente de détruire "la Manif pour tous de l’intérieur."
Lu sur le Salon Beige : "Saint-Thomas d’Aquin voterait… François Fillon"… Enfin, selon la théologie (opportuniste politicienne de) Sens Commun… "L’idée-maîtresse, cest de peser de lintérieur, cest dêtre le levain dans la pâte" (opportuniste politicienne). C’est notre modèle d’action tel qu’il a été défini lors de notre fondation. Il est normal qu’au moment d’un rendez-vous aussi important que la primaire, nous assumions notre vocation (opportuniste politicienne) qui consiste à influencer de l’intérieur la loi, la règle et la norme.
"Le PCD est un parti frère qui se décline autour d’une autre approche : influencer de l’extérieur. On a toujours été d’accord sur cette distinction… On se doit de respecter notre raison d’être.
"Mais on travaille de façon très cohérente dans les régions avec les élus PCD. C’est un parti frère".
Le problème, c’est que si on choisit ses amis, on ne choisit pas son frère !
"Par conséquent, conformément à notre idée originelle, nous devons "peser sur une personne" (???) qui soit en situation de devenir président de la République. On a cherché dans les candidats présidentiables celui qui était en capacité de le devenir, et qui avait à la fois des points de convergences et des points de cohérence… Dans le programme de François Fillon, il y avait suffisamment de points de convergences pour qu’on puisse travailler (???) avec lui… Nous pourrons peser (???) pour combattre des machines délétères qui sapent l’éducation de nos enfants, les fondamentaux de notre pays…
"Le lien entre le mariage et la filiation est l’aspect le plus toxique dans la Loi Taubira. On n’aspire pas à un changement immédiat de notre société, car ce n’est pas possible (???) Nous avons conscience que le contexte ne le permet pas, mais nous pensons que sur la filiation, Fillon est suffisamment convainquant…
"Je voudrais citer une phrase de Saint-Thomas d’Aquin, qui nous a guidés dans notre choix : "On ne peut pas imposer à un peuple des lois qu’il ne peut assumer, sinon vous le contraignez à pécher".
"Il y a eu un véritable affaissement culturel, intellectuel et spirituel de notre pays qui fait qu’aujourd’hui, "Fillon n’est pas en mesure de soutenir le mot abrogation". Pour qu’on puisse y travailler et y arriver à l’avenir (???), nous avons besoin de (temps ???). C’est notre vocation (opportuniste politicienne).
"M. Poisson fait le choix d’exiger l’idéalité immédiatement, sans prendre en compte le réel…" À en croire la vocation opportuniste politicienne de Christophe Billan : Fillon, "l’homme qui a refusé de manifester avec La Manif Pour Tous et, pire, a dénigré les Manifs pour Tous, serait... convaincant !" (le Salon Beige)
Lu sur le Salon Beige : "Le choix de Sens Commun : une décision prématurée". Communiqué d’Anne Lorne et de Hayette Hamidi, secrétaires nationales de Les Républicains et membres du comité stratégique national de Sens Commun : Primaires de la droite et du centre. Lors du comité stratégique national de Sens Commun du 31 août dernier, était à l’ordre du jour le vote d’une motion de ralliement à la candidature de François Fillon, pour le premier tour des primaires de la droite et du centre. En dépit des arguments du président de Sens Commun, nous sommes plusieurs membres du comité stratégique à avoir exprimé notre étonnement quant à la précipitation de cet engagement. Nous pensons que cette décision est prématurée".
Comme quoi réflexion et précipitation ne font pas bon ménage en politique opportuniste politicienne.
Jean de La Fontaine : "Rien ne sert de courir, il faut partir à point : "Le Lièvre et la Tortue en sont un témoignage. "Gageons, dit celle-ci, que vous n’atteindrez point sitôt que moi ce but. Sitôt ! êtes-vous sage ?"
Sens commun, "la Laitière et le Pot au lait". Sens commun, ayant sur sa tête un pot au lait, bien posé sur un coussinet, prétendait arriver sans encombre à la (primaire de la droite et du centre).
"Légère et court vêtue, elle allait à grands pas (se jeter dans les bras du sieur François Fillon).
"Ayant mis, pour être plus agile, cotillon simple et souliers plats, notre (Sens commun de) laitière ainsi troussée comptait déjà dans sa pensée tout le prix (opportuniste politicien de son forfait)…
"La chose allait à bien par son soin diligent." Perrette (Sens commun) là-dessus saute, transportée : Le lait tombe, sa fortune (opportuniste politicienne est) ainsi répandue : adieu veau, vache, cochon, couvée !
Notre Perrette Sens commun va devoir "s’excuser… en grand danger d’être battue."

Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://ripostelaique.com/soutien-de...