Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Pourquoi le DSM n’est pas un outil de mesure de la valeur du (...)

Pourquoi le DSM n’est pas un outil de mesure de la valeur du diagnostic en psychiatrie.

vendredi 18 mars 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Le DSM, Diagnostic and Statistical Manuel of Mental Disorder, a été inventé pour classer les troubles mentaux, c’est-à-dire pour "classer les malades mentaux" dans des catégories statistiques impersonnelles.
Le DSM est un manuel publié par l’Association (syndicale) des psychiatres américains (APA) qui assure l’impérialisme psychiatrique "made in USA" partout dans le monde. C’est une hégémonie sans critique.
Le système de classification des maladies mentales du DSM est promu par la plupart des adeptes "pseudo-scientifiques" de la "psychiatrie biologique", des prescripteurs très dociles et soumis aux laboratoires pharmaceutiques qui financent les neurosciences, la "psychopharmacologie" et la psychiatrie biologique.
Si le DSM n’est pas un outil de mesure scientifique de la valeur du diagnostic en psychiatrie, c’est parce que les psychiatres utilisent le DSM précisément comme un "moyen de parvenir à une fin". C’est pourquoi le DSM n’est pas, et ne peut pas être, un outil de mesure scientifique du diagnostic en psychiatrie.
Les échanges médecin-"malade psychiatrique" ne sont pas des échanges volontaires. C’est pourquoi leur implication, pour justifier la valeur du diagnostic en psychiatrie, est contestable. Lorsque les deux parties se livrent à un "échange involontaire", chacune des deux personnes accorde plus de valeur à ce qu’elle pense intimement, alors que le diagnostic psychiatrique les sépare. Comme c’est le cas avec le DSM en psychiatrie, il n’y a aucune raison pour le médecin et le malade de procéder à un échange sincère, honnête et véritable.
Disons que les deux parties, médecin et "malade psychiatrique", procèdent à un "échange de pure forme", parce que cette inégalité dans les échanges, qui doit exister "de fait" et non de droit, est la condition pour que ce simulacre d’échange puisse se produire. Loin de "mesurer" la valeur du diagnostic psychiatrique fondé sur des échanges entre égaux, les deux parties, médecin et "malade psychiatrique", en arrivent souvent à des conclusions opposées. C’est ce qui ne serait pas scientifiquement possible, pour la comparaison des diagnostics des maladies physiques. En d’autres termes, il n’est pas possible pour le "malade psychiatrique" de s’en tirer avec les honneurs. Mais il est possible à chacun d’entre eux de maintenir pour soi la conviction à laquelle il accorde le plus de valeur : délire ou obsession pour l’un, diagnostic psychiatrique pour l’autre.
C’est bien là toute la réalité des échanges psychiatriques involontaires. C’est une proposition perdant-perdant. Les deux parties, médecin et "malade psychiatrique", ont mis en scène un simulacre d’échange, où le DSM intervient toujours en tiers, en tant que dogme prédominant. Quand les psychiatres accordent plus d’importance à la doctrine du DSM made in USA, il est clair que les soi-disant "malades psychiatriques" accordent plus d’importance à ce qu’ils pensent et à leurs croyances. Encore une fois, aucune vraie "mesure" de la réalité vécue par le "malade psychiatrique" n’est prise en compte par le diagnostic automatique du DSM. 
Chacune des deux parties, médecin et "malade psychiatrique", perçoit une inégalité de valeur dans les allégations de l’autre. C’est pourquoi le simulacre de l’échange démontre que la valeur objective du DSM, en tant que "diagnostic automatique" soumis à un dogme dominant en psychiatrie, à ce moment précis, n’a sûrement rien à voir avec la science, mais repose plutôt sur des préjugés pseudo-scientifiques.
Quand la vraie science repose sur la base d’observations très rigoureuses suivies d’une interprétation scientifique solide, le diagnostic automatique du DSM ne correspond en aucun cas à une "mesure scientifique réelle" du trouble psychiatrique allégué.


Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard




Voir en ligne : http://www.asso-aesp.fr/wp-content/...