Accueil > Librairie > PMA, GPA, la controverse juridique

Dans un essai synthétique, facile à lire et accessible à toutes les bourses (7,90 €), elle met en garde contre la procréation artificielle. La PMA, qui autorise la conception d’un enfant en dehors de l’union sexuelle. La GPA, qui permet de faire porter un enfant par une mère porteuse. Ces pratiques « fabriquent des enfants délibérément privés de leur père ou de leur mère afin qu’ils puissent être adoptés par une deuxième femme ou un deuxième homme ». Elle pointe les contradictions qui découlent de la PMA de convenance.

Quand la filiation n’est plus fondée sur l’engendrement de l’enfant (biologique ou symbolique dans le cas d’une adoption), mais remplacée par une parenté « intentionnelle », l’imbroglio judiciaire devient insoluble. Statut des « tiers », accès à l’identité des donneurs de gamètes, régularisation des « bébés Thalys »… Sans parler de la question financière. Qui prend en charge l’insémination ? Qu’en est-il de l’exploitation des « ventres » loués – la GPA devenant de la « gestation pour achat  » ? Aude Mirkovic fournit ainsi de solides arguments à qui veut se battre pour « fonder la société sur le réel, et non sur l’utopie des désirs ». Son leitmotiv ? Protéger l’intérêt supérieur de l’enfant en préservant le lien structurant qui le relie à ses père et mère.

Olivia de Fournas


2740318510