Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Peut-on aujourd’hui être un intellectuel de droite ?

Peut-on aujourd’hui être un intellectuel de droite ?

lundi 11 juillet 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Comment un intellectuel de droite peut-il dénoncer les néofascismes occultes de la gauchosphère ? Comment un intellectuel de droite peut-il se présenter comme un défenseur des valeurs de la famille et de l’Occident chrétien ? L’existence d’un "fascisme gauchiste" est une réalité de tous les jours, visible à la télé de la propagande de gauche avec les casseurs impunis, infiltrés dans les manifestations de rue, encouragés par l’incompétence, l’impuissance et l’amateurisme du gouvernement de la république socialiste de Hollande.
Il est certain que des études intéressantes comme "La Sociologie de la gauchosphère" manquent à notre culture politique moderne sur les "néofascismes occultes des verts, d’Act Up et de la gauche ultra" et sur ces maoïstes soixante-huitards recyclés dans les médias et les partis politiques de la gauche extrême.
Outre l’intérêt politico-historique de la présentation détaillée des activistes anarcho-syndicalistes et des mouvements de la gauchosphère qui sont aussi dangereux que les fascismes totalitaires du passé, les leçons politiques qui s’en dégagent sont importantes à connaître pour combattre la tyrannie idéologique de l’État-PS qui se répand et s’impose en prenant place au sein des mouvements des frondeurs de gauche.
Comment un intellectuel de droite peut-il vouloir comprendre la politique moderne de déconstruction qui vise à la "destruction socialiste de la famille" et des valeurs fondamentales de l’Occident chrétien ? Il est vrai que les intellectuels "de droite", il y en a peu aujourd’hui qui puissent s’exprimer librement et impunément.
Si on veut paraphraser la formule de Lyautey, adressée à la princesse Bibesco : "Je suis légitimiste, ce n’est pas une opinion, c’est une fleur ; il n’y en a plus" (cité par Marcel Signac, Rivarol du 26 juin 1969), on peut écrire : "Je suis souverainiste, ce n’est pas une opinion, c’est une valeur patriote ; il n’y en a plus".
Comment peut-on être un intellectuel de droite, de nos jours, quand être un intellectuel signifie être un intellectuel encarté à gauche ? Même si les intellectuels de gauche sont de plus en plus détestés et décriés pour répandre sur tous les médias collabos leur tyrannie idéologique mensongère, un intellectuel de droite ne trouve pas facilement sa place parmi un certain public de droite pour qui les "intellectuels" sont très justement méprisés. Pour ce public de droite, un intellectuel est une espèce liée aux "néofascismes occultes des verts, d’Act Up et de la gauche ultra", pour répandre dans les esprits le "poison rouge" des Khmers roses en service commandé et pour propager la contagion néo-marxiste des peuples européens par la peste socialiste.
Comment espérer retrouver l’eau fraîche de la spiritualité, l’eau limpide de l’intelligence des peuples ? Qui peut prétendre annexer les idées à la gauche qui se revendique de la Libre Pensée totalement aliénée ou à la droite qui se méfie des idées en général. On sait seulement que la tyrannie idéologique mensongère de la gauche socialo-communiste a étouffé toute forme de vie intellectuelle en France. C’est pourquoi, ce sont les mensonges éhontés de la gauche ultra qu’un esprit normal, libre et indépendant, est obligé de dénoncer.
Avec les mensonges de Hollande et les mystifications des idéologues de la république socialiste, toute la pseudo-pensée de la gauchosphère contemporaine est impitoyablement démasquée et renvoyée au rang des contes de fées, avec Hollande comme "Alice au pays des merveilles socialistes"… 
Parmi les motifs les plus cruels et les plus justes pour dénoncer l’enfumage des esprits par la soi-disant pensée de gauche, on voudrait pouvoir citer tous les bobards de Hollande l’audacieux de la rue du cirque pour la télé du 14 juillet. Le néofascisme des activistes de la gauchosphère qui a répandu tant de stupidités politiciennes n’est pas un phénomène original. Ce n’est qu’une forme de dogmatisme de la gauche déboussolée des frondeurs abandonnés dans la confusion de l’empirisme de la société post-marxiste. Il n’y a pas de doctrine néofasciste construite, tout au plus quelques activistes de la gauchosphère désemparés.
Et l’anti-Hollandisme primaire des frondeurs n’est qu’un accidentau pays des merveilles socialistes.
Tout cela, la Droite Nationale ne le dénonce pas seulement, elle le met en évidence, malgré ceux des fraternités GOF-UMPS que ces vérités risquent de gêner dans leur langue de bois politiquement correcte.
Le Brexit du Royaume Uni face à l’impérialisme made in USA et au colonialisme bureaucratique de l’Union Européenne n’est pas seulement le stade suprême de la résistance des peuples. Il affirme la fierté des peuples qui refusent la soumission anti-nationale au capitalisme mondialiste, ultra-libéraliste et libertaire.
Le vrai peuple de France s’y est souvent opposé par le passé. Le Gaullisme en est la démonstration historique irréfutable qui a su régler la question coloniale comme suite de l’expansion française en Afrique.
Le néofascisme des activistes de la gauchosphère prône une censure de la liberté d’expression en régime socialiste anti-démocratique et une obligation de parler la langue de bois politiquement correcte.
Ce néofascisme de l’idéologie des "ABCD de l’égalité" et des tabous du culte officiel du Gender, de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby GOF-LGBT à l’école, contre le principe républicain de la laïcité, impose la résistance des familles, des parents d’élèves et des classes moyennes en tant que telles.
Face à la censure anti-démocratique et à la perpétuation subventionée de l’injustice et du mensonge de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby GOF-LGBT à l’école, la résistance s’organise avec le mouvement de la "Manif pour tous" que les électeurs de 2017 apprécieront à sa juste valeur.
Avec l’élection par défaut de Hollande en 2012, c’est la Révolution de palais des Khmers roses LGBT gay-mondialistes, c’est le mythe de la révolution rose, c’est le marxisme de bistrot que vénèrent les journaleux de la presse collabo. Hollande "au pays imaginaire des merveilles socialistes" a cru pouvoir ressusciter la notion stalinienne de féodalisme d’alcôve en lieu et place du narco-marxisme quotidien de la gauche ultra.
"Hollande et le sens de l’Histoire", ce sont les petites phrases et les calembredaines de son cru qui devraient illustrer la vraie vie intellectuelle de la France de gauche re-présidentialisée en 2017. Qu’est-ce que Hollande dans la vie intellectuelle de la France aujourd’hui ? Pas grand chose. Si chacun sait que rien, c’est déjà quelque chose, le peuple découvre qu’avec Hollande, il peut savoir ce que signifie "moins que rien". Mais pour d&ehttp://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd">

Document sans nom

Peut-on aujourd'hui être un intellectuel de droite ?
Comment un intellectuel de droite peut-il dénoncer les néofascismes occultes de la gauchosphère ? Comment un intellectuel de droite peut-il se présenter comme un défenseur des valeurs de la famille et de l'Occident chrétien ? L'existence d'un "fascisme gauchiste" est une réalité de tous les jours, visible à la télé de la propagande de gauche avec les casseurs impunis, infiltrés dans les manifestations de rue, encouragés par l'incompétence, l'impuissance et l'amateurisme du gouvernement de la république socialiste de Hollande.
Il est certain que des études intéressantes comme "La Sociologie de la gauchosphère" manquent à notre culture politique moderne sur les "néofascismes occultes des verts, d'Act Up et de la gauche ultra" et sur ces maoïstes soixante-huitards recyclés dans les médias et les partis politiques de la gauche extrême.
Outre l'intérêt politico-historique de la présentation détaillée des activistes anarcho-syndicalistes et des mouvements de la gauchosphère qui sont aussi dangereux que les fascismes totalitaires du passé, les leçons politiques qui s'en dégagent sont importantes à connaître pour combattre la tyrannie idéologique de l'État-PS qui se répand et s'impose en prenant place au sein des mouvements des frondeurs de gauche.
Comment un intellectuel de droite peut-il vouloir comprendre la politique moderne de déconstruction qui vise à la "destruction socialiste de la famille" et des valeurs fondamentales de l'Occident chrétien ? Il est vrai que les intellectuels "de droite", il y en a peu aujourd'hui qui puissent s'exprimer librement et impunément.
Si on veut paraphraser la formule de Lyautey, adressée à la princesse Bibesco : "Je suis légitimiste, ce n'est pas une opinion, c'est une fleur ; il n'y en a plus" (cité par Marcel Signac, Rivarol du 26 juin 1969), on peut écrire : "Je suis souverainiste, ce n'est pas une opinion, c'est une valeur patriote ; il n'y en a plus".
Comment peut-on être un intellectuel de droite, de nos jours, quand être un intellectuel signifie être un intellectuel encarté à gauche ? Même si les intellectuels de gauche sont de plus en plus détestés et décriés pour répandre sur tous les médias collabos leur tyrannie idéologique mensongère, un intellectuel de droite ne trouve pas facilement sa place parmi un certain public de droite pour qui les "intellectuels" sont très justement méprisés. Pour ce public de droite, un intellectuel est une espèce liée aux "néofascismes occultes des verts, d'Act Up et de la gauche ultra", pour répandre dans les esprits le "poison rouge" des Khmers roses en service commandé et pour propager la contagion néo-marxiste des peuples européens par la peste socialiste.
Comment espérer retrouver l'eau fraîche de la spiritualité, l'eau limpide de l'intelligence des peuples ?  Qui peut prétendre annexer les idées à la gauche qui se revendique de la Libre Pensée totalement aliénée ou à la droite qui se méfie des idées en général. On sait seulement que la tyrannie idéologique mensongère de la gauche socialo-communiste a étouffé toute forme de vie intellectuelle en France. C'est pourquoi, ce sont les mensonges éhontés de la gauche ultra qu'un esprit normal, libre et indépendant, est obligé de dénoncer.
Avec les mensonges de Hollande et les mystifications des idéologues de la république socialiste, toute la pseudo-pensée de la gauchosphère contemporaine est impitoyablement démasquée et renvoyée au rang des contes de fées, avec Hollande comme "Alice au pays des merveilles socialistes"… 
Parmi les motifs les plus cruels et les plus justes pour dénoncer l'enfumage des esprits par la soi-disant pensée de gauche, on voudrait pouvoir citer tous les bobards de Hollande l'audacieux de la rue du cirque pour la télé du 14 juillet. Le néofascisme des activistes de la gauchosphère qui a répandu tant de stupidités politiciennes n'est pas un phénomène original. Ce n'est qu'une forme de dogmatisme de la gauche déboussolée des frondeurs abandonnés dans la confusion de l'empirisme de la société post-marxiste. Il n'y a pas de doctrine néofasciste construite, tout au plus quelques activistes de la gauchosphère désemparés.
Et l'anti-Hollandisme primaire des frondeurs n'est qu'un accidentau pays des merveilles socialistes.
Tout cela, la Droite Nationale ne le dénonce pas seulement, elle le met en évidence, malgré ceux des fraternités GOF-UMPS que ces vérités risquent de gêner dans leur langue de bois politiquement correcte.
Le Brexit du Royaume Uni face à l'impérialisme made in USA et au colonialisme bureaucratique de l'Union Européenne n'est pas seulement le stade suprême de la résistance des peuples. Il affirme la fierté des peuples qui refusent la soumission anti-nationale au capitalisme mondialiste, ultra-libéraliste et libertaire.
Le vrai peuple de France s'y est souvent opposé par le passé. Le Gaullisme en est la démonstration historique irréfutable qui a su régler la question coloniale comme suite de l'expansion française en Afrique.
Le néofascisme des activistes de la gauchosphère prône une censure de la liberté d'expression en régime socialiste anti-démocratique et une obligation de parler la langue de bois politiquement correcte.
Ce néofascisme de l'idéologie des "ABCD de l'égalité" et des tabous du culte officiel du Gender, de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby GOF-LGBT à l'école, contre le principe républicain de la laïcité, impose la résistance des familles, des parents d'élèves et des classes moyennes en tant que telles.
Face à la censure anti-démocratique et à la perpétuation subventionée de l'injustice et du mensonge de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby GOF-LGBT à l'école, la résistance s'organise avec le mouvement de la "Manif pour tous" que les électeurs de 2017 apprécieront à sa juste valeur.
Avec l'élection par défaut de Hollande en 2012, c'est la Révolution de palais des Khmers roses LGBT gay-mondialistes, c'est le mythe de la révolution rose, c'est le marxisme de bistrot que vénèrent les journaleux de la presse collabo. Hollande "au pays imaginaire des merveilles socialistes" a cru pouvoir ressusciter la notion stalinienne de féodalisme d'alcôve en lieu et place du narco-marxisme quotidien de la gauche ultra.
"Hollande et le sens de l'Histoire", ce sont les petites phrases et les calembredaines de son cru qui devraient illustrer la vraie vie intellectuelle de la France de gauche re-présidentialisée en 2017. Qu'est-ce que Hollande dans la vie intellectuelle de la France aujourd'hui ? Pas grand chose. Si chacun sait que rien, c'est déjà quelque chose, le peuple découvre qu'avec Hollande, il peut savoir ce que signifie "moins que rien". Mais pour découvrir le moins que rien, il faut une certaine ambition intellectuelle. Pour apprécier Hollande "au pays imaginaire des merveilles socialistes", comme des esthètes avides des plaisirs intellectuels qu'on trouve à goûter ces vérités magistrales, le discours de la Droite Nationale est une arme politique et intellectuelle pour le redressement de la France. "Et on serait bien surpris si un seul était déçu" ! (Marcel Signac).

acute ;couvrir le moins que rien, il faut une certaine ambition intellectuelle. Pour apprécier Hollande "au pays imaginaire des merveilles socialistes", comme des esthètes avides des plaisirs intellectuels qu’on trouve à goûter ces vérités magistrales, le discours de la Droite Nationale est une arme politique et intellectuelle pour le redressement de la France. "Et on serait bien surpris si un seul était déçu" ! (Marcel Signac).

Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard