Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Personne n’écoute plus Hollande… sauf la NSA

Personne n’écoute plus Hollande… sauf la NSA

jeudi 25 juin 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Les États-Unis d’Obama sont tombés bien bas. Aussi bas que la France de Hollande. C’est bien le déclin de l’empire américain, envié par la meute du suivisme de la médiocratie socialiste qui dirige l’État-PS.

La Royal fumisterie écolo-socialiste a mis en scène la Nutella-médiocritude, une révélation de la nullité en politique épiée par la surveillance honteuse des espions de la NSA, les abonnés honteux de Anal +.

Si, au cours de son mandat, il arrivait au "normal président" amateur Hollande d’avoir des doutes sur le fait que personne, en France, n’écoute plus ses élucubrations, l’entreprise de NSA-diversion vient à point pour lui donner un faux-semblant d’importance usurpée, une aide bienvenue de l’ami américain Obama.

Lu dans Libération : "la Maison Blanche assure ne pas écouter Hollande". Mais Libération n’écrira jamais que les français ne l’écoutent plus. C’est pourquoi la NSA doit prendre le relais "médiatiquement" parlant. Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC), a indiqué dans un communiqué :

"Nous travaillons étroitement avec la France sur tous les sujets de dimension internationale et les Français sont des partenaires indispensables".

"Après la diffusion de ces informations par le quotidien Libération et le site (hollandophile) Mediapart, qui s’appuient sur des documents de WikiLeaks, Hollande a décidé de réunir un "Conseil de défense" pour "évaluer la nature" de ces informations".

Hollande aurait pu tout aussi bien décider de réunir un "Conseil de défense des citoyens" quant à la justesse de sa politique. L’entreprise de NSA-diversion vient au secours de la mise en scène, par les médias de la gauche bobo et les flatteries des profiteurs corrompus de la république socialiste, de la campagne de Hollande pour sa réélection imaginaire. L’entreprise de NSA-diversion doit le persuader de son grand destin.

Comme tous les puissants du moment, à la recherche du grandiose au pays des nains, Hollande tend à prendre les flatteries de la NSA-diversion pour la réalité. Il doit interpréter l’entreprise fumeuse de NSA-diversion comme un hommage sincère et comme la confirmation de sa valeur incommensurable en science "politicienne" habile. C’est pourquoi l’entreprise de NSA-diversion est utile à Hollande pour continuer à croire à la valeur grandiose de son propre destin et à l’espionnage américain de ses élucubrations absurdes.

La France de Hollande est devenue un pays de plus en plus étranger à lui-même, un pays de plus en plus abaissé économiquement, politiquement et socialement. La France de Hollande est discréditée dans le monde entier. Après les gesticulations médiatiques de Kerry le clown, Binyamin Netanyahou a dû remettre à sa vraie place le milliardaire Fabius, venu bavarder à la télé sur les perspectives de paix au proche-orient.

Vouloir humilier une nouvelle fois Binyamin Netanyahou, c’est bien le "déshonneur" de la France. Le milliardaire Fabius pro-palestinien, profiteur de la république socialiste et politicien médiocre, ne fait que de la politique-fiction, alors que la société française est bloquée moralement et socialement.

On ne peut qu’évoquer ici, une nouvelle fois, les mystifications de la pseudo-politique extérieure de la France, frelatée par la propagande socialo-populiste pro-palestinienne, mise en scène par le riche Fabius.

C’est la peste socialo-populiste qui alimente la politique-fiction étrangère de Hollande, discréditée dans le monde entier. La république socialiste entretient à grands frais ces bavards médiocres de la pseudo-politique extérieure de la France, abaissée aux yeux du monde et méprisée par nos partenaires européens.

Avec Hollande, la confiance du monde dans la France est au plus bas. Sans une aide bienvenue de l’entreprise fumeuse de NSA-diversion dans les médias de la gauche intello-bobo friquée, le refus d’accorder la moindre confiance au gouvernement de l’État-PS crée et entretien, en réalité, une attitude de mépris.

Sur le plan social, le chômage de masse ne peut que mettre en cause les grands équilibres politiques du pays, comme ce fut le cas, dans les époques troublées de 1929-1938, en Italie et en Allemagne. Il faut constater que les multiples diversions politiciennes attentistes de Hollande favorisent les tensions sociales.

Et il est clair qu’un tel nuage de fumée de l’entreprise fumeuse de NSA-diversion ne sera pas plus favorable à la confiance, pour la réélection imaginaire de Hollande, que les contrats aidés pour l’équilibre économique et la baisse du chômage, et le "bac pour tous" pour le progrès social.

En vérité, les espions imaginaires de la NSA viennent très opportunément au secours de la politique de diversion, comme procédé général et permanent du politicien petit-bourgeois Hollande.

"Le rapport d’analyse de la NSA, classifié "Top Secret", fait clairement référence à une ou plusieurs conversations téléphoniques (de) François Hollande", probablement pour suivre les aventures amoureuses de Hollande à la rue du cirque… Car "c’est le premier gros dossier qu’il trouve en prenant ses fonctions".

"Donc rien détonnant à ce que Hollande demande à son Premier ministre de convoquer une réunion "secrète" avec ses ministres concernés pour évaluer la situation.

"Pourquoi "secrète" ? Tout simplement parce quinscrire à l’agenda officiel une telle réunion risquerait de crédibiliser le risque dune rupture"…avec Valérie T. et donc de créer une panique dans le couple !

"Mais lélément le plus probant du rapport de lagence de surveillance américaine, celui qui accrédite lespionnage des conversations téléphoniques de François Hollande, concerne ce projet de rencontre du chef de lÉtat avec" une actrice de cinéma, beaucoup plus jeune que lui, dans la suite des aventures amoureuses de Hollande à la rue du cirque…

Il s’agit bien d’espionnage d’un secret d’État-PS et d’un secret-défense de la vie privée du "normal président" Hollande, amateur de "normalitude" amoureuse.

On comprend que la chancelière Merkel ait décidé de contre-attaquer : "La médiocrité ne doit pas devenir l’étalon de la" politique. Comprenez : La médiocrité de la "politique de l’étalon" de la rue du cirque…

Et la presse de conclure : "Rarement (peut-être même jamais) dans lhistoire récente de la relation franco-allemande, la chancelière avait eu des mots aussi durs à lendroit de son homologue français".

"Des documents fournis par Edward Snowden ont montré… (que) le "Special Collection Service", une unité composée de membres de la NSA et de la CIA, a été désigné comme responsable des écoutes

Et Le Monde hollandophile de titrer : "Comment l’Agence nationale de sécurité (NSA) américaine a-t-elle procédé pour avoir connaissance de conversations tenues au plus haut sommet de l’État ? Espionnage de lÉlysée, la France "ne tolèrera aucun agissement mettant en cause sa sécurité."

Après les aventures américaines FMIsées de DSK, le "plus haut sommet" de l’État de la rue du cirque est donc tombé au plus bas, avec les "plus hauts sommets" de l’absurdité socialiste en politique.

Et la création des multiples Hautes Autorités de l’incompétence, de l’impuissance et de l’amateurisme de Hollande ne sauvera pas le "normal président" amateur de "normalitude" amoureuse socialo-sexualiste.

Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://admi.net/cgi-bin/wiki?WikiLeaks