Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Passage en force

Passage en force

jeudi 31 juillet 2014, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Par le Dr Thierry Ferjeux MICHAUD-NÉRARD, Pédopsychiatre, DEA de Psychologie clinique

On a créé un grand trouble dans l’esprit des gens avec le “passage en force”, sur le plan législatif et surtout démagogique, du mariage homosexuel “pour tous”. C’est pourquoi il convient de constater à ce sujet combien est éclatant l’affaiblissement de la loi “en conséquence”, de même que l’affaiblissement conséquent du principe de démocratie, dans les esprits et dans une grande partie de la population. Il convient de citer à ce sujet le propos prémonitoire du grand Lénine : “Peut-être certains craindront-ils que nous souhaitions l’avènement d’un ordre social où ne serait pas observé le principe de la soumission de la minorité à la majorité ? Car enfin, la démocratie n’est-elle pas la reconnaissance de ce principe ? Non. La démocratie et la soumission de la minorité à la majorité ne sont pas identiques. La démocratie, c’est un “État reconnaissant la soumission” de la minorité à la majorité. Autrement dit, c’est une organisation destinée à assurer “l’exercice systématique de la violence” par une classe contre une autre, par une partie de la population contre l’autre partie. Nous n’attendons pas l’avènement d’un ordre social où le principe de la soumission de la minorité à la majorité ne serait pas observé. Mais nous nous fixons comme but final la suppression de l’État, c’est-à-dire de toute violence organisée et systématique, de toute violence exercée sur les hommes en général.” (Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine [1870-1924], “L’état et la révolution” (1917), Éditions en langues étrangères, Moscou, Éditions Sociales, Paris, 1967.)

Illustration : Francisco de Goya, les fusillades du trois mai


Voir en ligne : http://www.enquete-debat.fr/archive...