Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > "On ne naît pas homosexuel, on le devient"

"On ne naît pas homosexuel, on le devient"

vendredi 21 novembre 2014, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

La preuve définitive en a été apportée par Judith Butler et la théorie du Gender ! Judith Butler, dans son livre "Gender Trouble", met en question les "confusions des identités", reprenant à son compte la formule de Simone de Beauvoir, "On ne naît pas femme, on le devient". On ne peut accepter la mystification de la propagande LGBT à propos des "enfants homosexuels". La lutte pour la laïcité à l’école, contre l’idéologie des "ABCD de l’égalité", met en valeur la "conscience sociale" des parents d’élèves. La tyrannie idéologique des "ABCD de l’égalité" et de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école intéresse les familles et les parents d’élèves qui ont tenté de les soulever, lors d’essais de concertation avec différents ministres de l’Éducation nationale socialiste, sans succès, pour écarter les "ABCD de l’égalité".
Il est politiquement incorrect de considérer comme anormale la propagande LGBT à propos "l’homosexualité pour tous", ce qui correspond à une nouvelle forme de maladie mentale dite "homophobie". Aussi, malgré le prosélytisme des activistes de l’Inter-LGBT à l’école, la propagande LGBT veut nous faire croire qu’aucune "intervention d’association ne mettra en danger un enfant ou ne le fera devenir homosexuel".
Judith Silberfeld cite un communiqué de l’Inter-LGBT : "Non, aucune intervention d’association ne mettra en danger un enfant ou ne le fera devenir homosexuel. Cela peut simplement l’aider à mieux vivre et mieux réussir sa scolarité, en particulier s’il/elle subit des violences en raison de son homosexualité… Oui, ces interventions sont importantes et servent à prévenir les violences et à informer. Parce que les enfants homosexuels ont envie, eux aussi, d’être tranquilles à l’école, et de ne pas se faire insulter, frapper…" Voilà, la messe est dite : "les enfants homosexuels", "Qu’est cela ?" aurait dit Molière. "Les enfants homosexuels" n’existent pas avant l’irruption des pervers à l’école socialiste et les exploits pernicieux de David Dumortier.
"L’observatoire de la théorie du genre" conteste la volonté des activistes idéologues du lobby LGBT d’introduire "l’enseignement à "l’égalité de genre" dès l’école élémentaire… Le concept de genre définit les relations entre femmes et hommes en termes de rapports sociaux au-delà des attributs biologiques… L’identité de genre est "construite" par l’environnement social… De là, masculinité et féminité ne seraient pas des notions "naturelles" inhérentes à l’individu, mais des attributs culturels, fruits d’un processus social au cours duquel l’individu acquiert les caractéristiques du masculin ou du féminin." Judith Butler affirme que le genre est une "construction" sociale qu’il faut "déconstruire".
L’enseignement religieux de la "théologie" du Gender à l’école interroge les parents d’élèves. Dans le Nouvel Observateur, Judith Butler déclare : "On croit que "la définition" du sexe biologique est une évidence. En réalité, elle a toujours été "l’objet de controverses"… Le sexe biologique existe… "sa définition" nécessite "un langage et un cadre de pensée"… qui peuvent être contestées et qui le sont… Ce qui intéresse la "théorie du genre"… c’est que nous n’avons jamais une relation simple, transparente, indéniable au sexe biologique… Ainsi Judith Butler nous autorise à penser, sur le fondement de la théorie du Gender, ce qui suit : On croit que "la définition" de l’homosexualité est une évidence. En réalité, elle a toujours été l’objet de controverses…
L’homosexualité existe… "sa définition" nécessite "un langage et un cadre de pensée" qui peuvent être contestées et qui le sont"… de même que la "théologie" du Gender à l’école.