Accueil > L’avenir de nos enfants > Modèle de lettre au président François Hollande

Modèle de lettre au président François Hollande

mercredi 13 mars 2013, par Christian Scherer

Monsieur le Président,
Cher François

Je viens de relire le texte de la profession de loi intitulée « lettre aux Français » que vous aviez diffusée le 24 avril 2012 à la veille du second tour de la présidentielle

Vous vous souvenez certainement d’y avoir exprimé votre passion de l’intérêt général et celle du rassemblement.

Nulle mention dans cette lettre de votre intention de vous attaquer à l’institution du mariage, telle qu’elle fut jadis « empruntée » par la République au clergé.

Sans doute aviez vous compris qu’en affichant votre intention de le faire, vous eussiez pris le risque de ne pas gagner l’élection.

Je peux comprendre que vous ayez dû donner quelques gages à des groupuscules tels que « Homosexualité et Socialisme » de ce cher Gilles Bon-Maury pour vous attirer quelques soutiens, et que l’accession à la fonction suprême nécessite quelques entorses à ce qui eût été une parfaite loyauté vis-à-vis de vos électeurs.

Mais pourquoi, alors que tant d’autres promesses bien plus importantes ne seront pas tenues, vous accrocher à celle-là ? Pourquoi vouloir imposer en force une dénaturation du mariage dont une majorité de Français ne veulent pas, comme le montrerait certainement un référendum ? Cette perspective divise profondément et gravement le corps social et même les familles, comme au temps de l’affaire Dreyfus. Sauf que cette fois, c’est vous seul qui êtes responsable du trouble.

Il y a quelque chose d’incompréhensible dans votre acharnement. On peine à imaginer quels moyens de pression le petit groupe LGBT a pu utiliser pour vous maintenir en opposition avec une grande partie de ceux qui, comme moi, ont voté pour vous et auraient aimé avoir un grand président de la Vème République.

Au lieu de cela, vous mécontentez les Français. Vous préférez les jeter dans la rue, au lieu de les rassembler et les inviter à se réunir dans l’effort qu’exigerait la situation économique désastreuse héritée de vos prédécesseurs. Contrairement à l’espoir né de votre fameuse « lettre aux Français ».

L’élection du président de la république au suffrage universel a créé un lien particulier entre lui et le peuple français. C’est ainsi que votre prédécesseur François Mitterrand, attentif à la protestation massive de nos concitoyens, a eu la sagesse de faire retirer le projet de loi Savary en 1984 après avoir dit : "Au-dessus d’un million de personnes dans la rue, le régime vacille".

Respectueusement.

Christian Scherer

Citoyen français


Voir en ligne : http://www.leparisien.fr/election-p...