Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Migrants, avec le roman d’Aylan, l’industrie du spectacle et la guerre des (...)

Migrants, avec le roman d’Aylan, l’industrie du spectacle et la guerre des images continuent !

lundi 21 décembre 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Mathilde Damgé et Pierre Breteau, dans Le Monde.fr de gauche du 10.09.2015, ont voulu encourager la propagande immigrationniste avec la construction du "mythe médiatico-populiste de la photo d’Aylan".
Selon les critiques, il s’agirait d’une "mise en scène de propagande", avec la manipulation de la vérité et la diffusion des mensonges de la presse, toujours disposée à "vendre de la pub et du papier".
La diffusion mondiale du spectacle de la photo d’Aylan, cet enfant retrouvé mort sur une plage turque, devait faire le buzz pour "enrichir l’industrie médiatique du spectacle". Il faut vendre de la "pub pour tous", il faut émouvoir le monde entier. Tous les coups sont permis. La diffusion mondiale du spectacle devait faire pleurer Margot, pour encourager les témoignages de soutien et de solidarité "envers les gentils migrants".
Y compris en usant de procédés malhonnêtes, comme la manipulation des images. Dès l’apparition de la photo, de nombreux sites dénoncent une prétendue opération de propagande, en arguant notamment de la position "peu naturelle" du corps de l’enfant sur la plage. Plus tard, une autre photo montrerait que le corps de l’enfant de 3 ans a été "disposé sciemment" sur la plage, pour créer un effet de mise en scène.
"J’aimerais vraiment que ma photo puisse aider à changer le cours des choses"…
"Le corps d’Aylan a été déplacé pour réaliser "des photos plus frappantes"… La diffusion mondiale du spectacle de la photo d’Aylan reçoit une "attention politico-médiatique croissante". Le Wall Street Journal note que le père du petit garçon a donné deux versions différentes de l’histoire : l’une, selon laquelle il aurait nagé jusqu’à la plage et marché jusqu’à l’hôpital, l’autre, selon laquelle il aurait été sauvé par des gardes-côtes…
"Après deux échecs pour tenter de traverser, avec des passeurs, la famille d’Aylan aurait pris place à bord d’un petit bateau de 5 mètres de longueur. "Nous avions des gilets de sauvetage, le bateau a subitement chaviré parce que des gens se sont levés, a témoigné Abdullah. Mes enfants m’ont glissé des mains".
"Selon les propos du grand-père : "Je pense qu’ils devraient aller en Europe pour les enfants, pour leur assurer un meilleur avenir." La famille souhaitait rejoindre le Canada, où la tante des enfants et sœur d’Abdullah est coiffeuse à Vancouver. Cette dernière a accusé les autorités canadiennes d’avoir refusé un visa à son frère et ses enfants… Elle s’est contentée de leur envoyer de l’argent…
"La famille d’Aylan n’était pas une famille de réfugiés politiques, mais de réfugiés économiques…"
La conclusion du roman d’Aylan appartient à Anne Pélouas (Montréal, correspondance, Le Monde, 19.12.2015) : "À Vancouver, la tante du petit Aylan, retrouvé sans vie sur une plage, et dont la photo a fait le tour du monde, accueillera le 28 décembre une partie de sa famille. La maison est décorée pour Noël, qu’elle célèbre chaque année avec mari et fils, même s’ils sont musulmans". Taka y croire !
"C’est le ministère canadien de l’immigration, des réfugiés et de la citoyenneté, qui a réservé des billets pour faire venir son frère Mohammad, sa femme et leurs cinq enfants, âgés de 5 mois à 16 ans…"
Un monde nouveau se construit sous nos yeux. L’Occident chrétien doit offrir un débouché au monde islamique, par une gentille politique sans guerre, ni aucune guerre civile, ni avec nos gentils voisins.
Il faut mentir à la population qui travaille, en révolte contre les absurdités immigrationnistes de Merkel, pour tromper les gens. L’Europe a des nouveaux mensonges à proposer et des mesures à faire adopter.
Quand elle n’en a pas, elle demande aux pays membres de les inventer, pour infléchir les peuples en les sortant de leur confort moral supposé. L’Europe refuse la réalité, en inventant le vote d’électeurs racistes et xénophobes, le vote d’électeurs nostalgiques d’un régime autoritaire, parce qu’ils n’ont pas reconnu "tous les bienfaits de l’immigrationnisme à marche forcée" et dont ils n’imaginent pas une seconde qu’ils pourraient en être les heureux bienfaiteurs ! "Les Français sont les victimes désespérées de l’Europe solidaire".
Le projet politique de l’UE, c’est celui qu’il faut imposer au peuple de France, même si son projet est très différent de celui de la France de toujours. Le projet politique abominable des social-bourgeois de l’UE, c’est celui du Grand Remplacement, qui est le moyen de changer le peuple, sans devoir changer de politique.
Le mythe du roman d’Aylan appartient à la "médiocratie mondialiste totalitaire" made in USA, et à l’impérialisme politico-médiatique de la social-bourgeoisie. En tant que classe privilégiée dominante, la social-bourgeoisie médiatique impose le spectacle de la "substitution des images" à la réalité concrète. Les petites phrases de hollande tiennent lieu des réformes nécessaires. Le roman d’Aylan appartient à la médiocrité de la publicité mensongère, conforme aux "dogmes de l’économie marchande des profiteurs bourgeois".
Le roman d’Aylan est une "marchandise comme les autres" pour le spectacle du Charity Business.
Cette belle histoire de Noël est douce et sucrée. C’est "la maison décorée pour Noël, même s’ils sont musulmans". Le mythe du père Noël musulman du roman d’Aylan a sûrement encore de beaux jours devant lui. C’est encore la négation absolue de la réalité des peuples, aussi longtemps que n’auront pas été détruites les conditions générales de l’histoire de cette "théorie socialo-populiste de la mystification immigrationniste".
C’est pourquoi, il faut définir cette théorie socialo-populiste avec exactitude, si on veut critiquer la propagande socialo-populiste pour la "consommation du spectacle et le spectacle de la consommation", selon les lois du "grand Barnum publicitaire socialo-populiste du profit" made in USA.
Une telle théorie publicitaire social-bourgeoise n’a pas besoin d’être changée, tant elle est profitable à la domination de la bourgeoisie et des fraternités GOF-UMPS, qui veulent dominer et abuser le peuple pour le soumettre arbitrairement à toutes les lois faussées de la connivence, de la consommation et du marché.
Avec le roman d’Aylan, les recettes de la pub sont garanties : "the Show must go on".
Avec l’immigrationnisme solidaire, il est clair que les affaires continuent pour le plus grand bien de la bourgeoisie et des fraternités GOF-UMPS.

Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://www.meltybuzz.fr/aylan-3-ans...