Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Le Socialo-totalitarisme de Hollande-je-suis-Charlie

Le Socialo-totalitarisme de Hollande-je-suis-Charlie

vendredi 20 novembre 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Trop peu de sages se sont accordés pour que les gens puissent comprendre, caractériser et situer une œuvre de conquête et de destruction entreprise par ce que l’on connaît sous le nom de l’État Islamique.
À travers l’enseignement des géo-politologues, les spécialistes du moment, on se console en pensant que l’État Islamique n’a nul besoin d’être présenté au large public qui s’intéresse aux questions géo-politiques, et à leurs conséquences économiques et sociales. Son renom mondial a été acquis grâce à un grand renfort de propagande sanglante sur les réseaux sociaux et par l’emploi de la réclame terroriste à caractère publicitaire.
C’est une tentation à laquelle les médias ignorants et médiocres ne résistent pas. La vigueur de la violence, l’ampleur et la précision des égorgements, tout cela doit servir à la documentation de la propagande sanglante et à la recherche de nouveaux combattants, grâce à la netteté comme à la sincérité de l’expression des élus du sacrifice, au service du terrorisme islamiste. Cette propagande sanglante, au service de la conquête et la célébration de la sincérité et du courage des combattants, a acquis une large audience auprès des jeunes des quartiers islamisés. Le djihad purificateur est à l’œuvre pour la rédemption de “l’homme nouveau”.
La mystification islamiste est à l’œuvre pour servir l’islam conquérant. Peut-être, cet islam donnera-t-il aux jeunes Français des quartiers le goût de transmettre la documentation de la propagande aux autres.
Ces contributions importantes à la diffusion de la propagande islamiste auprès des jeunes Français des quartiers en feront des instruments actifs, au service de la circulation des idées communautaristes et des revendications identitaires. D’où les germes des problèmes fondamentaux de la désunion nationale.
Le terrorisme islamiste a transformé, sur plusieurs points, la compréhension de la théorie des crises identitaires des jeunes Français des quartiers islamisés. La critique des conceptions des idéologues de l’État-PS, relatives aux rapports entre l’immigrationnisme de masse, un bienfait pour la France, la médiocrité de l’école politisée de la république socialiste, l’illettrisme de masse et la misère intellectuelle des jeunes des quartiers est demeurée indigente en elle-même, en renonçant à toute vigueur dans l’analyse et à toute liberté de penser.
Les carences en matière d’analyse du terrorisme islamiste, des idéologues de l’État-PS, ont permis de prophétiser l’épuisement des défenses de la république socialiste qui, après avoir abandonné toute volonté et tout espoir de conduire une reconquête idéologique et politique des quartiers islamisés, a laissé prospérer toutes les formes du Padamalgam © en soutien des particularismes politico-religieux et des activistes violents.
Ce qui importe, c’est la propagande socialo-populiste du Padamalgam ©, relayée sans cesse par les télés officielles dignes des "JT de la Corée du Nord". Aucune méthode critique à la télé et aucune présentation honnête des faits, n’est en conséquence, jugée inutile. Aucune querelle de présentation, pour le formatage et le bourrage de crâne, au service du laisser-aller et du laisser-faire du laxisme socialiste politiquement correct.
Ces idéologues de l’État-PS, dont plusieurs ont influencé Hollande, l’audacieux inutile, démontrent, dans les faits, combien il est vain de vouloir s’opposer à l’esprit de soumission des suivistes et des idéologues de la meute. Tous les socialistes donneurs de leçons, façon Belkacine, ont une très médiocre culture politique.
Tous les socialistes ont une méconnaissance profonde de la sociologie de la vie moderne. Tous manient les sondages sans comprendre la nature des méthodes statistiques. Ils ne savent pas tirer la moindre information utile de l’observation des faits, et de ce qu’elle peut donner pour la connaissance de la réalité. C’est pourquoi, la fameuse doctrine socialiste révolutionnaire absurde est à jamais éteinte. Elle a eu sa fonction historique. Elle est aujourd’hui dépassée malgré les Mélanchon et autres doctrinaires Besancenot. La fin de la doctrine socialiste révolutionnaire a livré un enseignement fondamental : il est vain de nier la réalité et de vouloir comprendre la vie sans construire une science politique, ou de construire une science politique sans comprendre la vraie vie.
Le terrorisme islamiste a apporté une contribution tragique à la critique du socialisme du laisser-aller, du laisser-faire, et du laxisme socialiste au service du Padamalgam © et du vide du politiquement correct. Une critique de l’incompétence, de l’impuissance et de l’amateurisme de l’État-PS, toujours au service du laxisme de Taubira, du déni de réalité, de la négligence de la police et de la justice soumises à l’idéologie socialiste, après Hollande-je-suis-Charlie, doit partir d’une définition correcte du phénomène du terrorisme islamiste.
Aujourd’hui, il faut user d’une méthode politique critique, compréhensible et acceptable par quiconque, pour contrer les socialistes, qui sont les adversaires de la sécurité et de la liberté des Français. Pour ce qui est de la définition du terrorisme islamiste, chacun doit saisir l’occasion de comprendre la réalité morbide de l’État Islamique, que Hollande-je-suis-Charlie et Hollande, l’audacieux inutile, tente de minimiser par le logo de Daesh, expression arabisante incompréhensible et absurde, qui tente de cacher la réalité du phénomène du terrorisme islamiste. C’est ce que Bourdieu nomme par l’euphémisation. C’est ce qui permet de transformer les délits en incivilités, les vols en emprunts pour nourrir ses enfants, et les cambriolages en nécessité de survie pour la culture de la délinquance, pratique très spécifique des populations prédatrices venues de l’est de l’europe.

Dr Thierry-Ferjeux MICHAUD-NÉRARD


Voir en ligne : http://www.ndf.fr/poing-de-vue/21-0...