Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Le retrait des listes PS, c’est encore l’incompétence anti-démocratique de (...)

Le retrait des listes PS, c’est encore l’incompétence anti-démocratique de Hollande

vendredi 11 décembre 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Le retrait des listes PS aux élections régionales, voilà une manipulation anti-démocratique de type UMPS et une absurdité qui ne doit sa réalité qu’à l’esprit de l’escalier de Hollande, l’incompétent. Le temps est venu d’expliquer le retrait absurde des listes PS aux régionales, et l’incompétence de Hollande, par un aperçu d’ensemble des carences et du cours funeste des manipulations de la république socialiste depuis 2012.
Quitte à heurter les bienpensances socialistes faussement politiquement correctes. Vouloir pallier les carences en politique et en économie de Hollande, par la manipulation des votes, c’est la preuve des abus de pouvoir de la république socialiste, et de l’instrumentalisation du peuple par les médias compassionnels.
Quand les médias subventionnés sont au service d’une bassesse racoleuse et de la mise en scène de l’émotion toute-présidentielle, cela suppose toute la médiocrité d’une classe politicienne usurpatrice.
C’est ce que le bon sens des gens des classes populaires réprouve. Il est clair que le retrait des listes PS aux élections régionales fait l’effet d’une démonstration quasi scientifique des turpitudes de Hollande.
Le mélange des genres s’introduit en permanence dans les impulsions déraisonnables de Hollande.
Hollande passe son temps à essayer de se faire voir à la télé, pour se faire aimer et se faire plaindre. Alors que le peuple veut essayer de comprendre tout simplement comment on en est arrivé là. C’est pourquoi la réflexion doit tenter de mettre en lumière un ordre de "raisons déraisonnables" qui pourraient expliquer toutes les sortes de grossièreté antidémocratiques de la caste socialiste. C’est le règne de la communication faussée et mensongère. C’est le règne de l’incohérence politico-médiatique profitable. C’est le règne de la "machine à tromper les électeurs", au service de la propagande socialo-populiste du "Tous anti-FN".
Chaque élu socialiste connaît l’avantage qu’il y a à dire une chose un jour et le contraire le lendemain. C’est pourquoi il doit mentir pour cacher les motifs malhonnêtes qui l’ont amené à se contredire. On peut être sûr que la "surprise du vote FN", le vote des masses faisant la nouveauté, est le fait que Marine propose une "nouvelle politique pour le peuple". Pour savoir ce qu’un résultat électoral signifie, du fait du vote des masses pour le FN, il faut en connaître les circonstances, les causes et considérer la genèse du processus politique.
Si on observe la manière d’être et de se comporter du politicien Hollande, on voit que sa nature est de tromper les électeurs socialistes et la totalité des citoyens. La candidature du politicien Hollande n’eût peut-être jamais fait problème si les électeurs n’avaient pas été abusés et manipulés pendant de longues années.
Hollande est dans l’incapacité matérielle d’agir et de faire quoi que ce soit de bien pour la France.
Jusqu’alors, il avait poursuivi une carrière normale de politicien-bureaucrate de la rue de Solferino et sa participation était "normale" aux mensonges du PS et aux activités publiques de propagande du moment. Il a été élu par défaut, sans qu’il vînt à l’idée des électeurs d’établir un quelconque rapport entre ses activités de propagande, ses mensonges, ses copinages et sa nature de petit politicien-bureaucrate très médiocre. Il aimait les petites blagues et n’attachait que très peu d’intérêt à la pratique et à l’action politique concrète, lui qui se préparait à un destin de rond de cuir, planqué et profiteur, en amateur de bonne bouffe bien arrosée.

On comprend que Hollande ne s’occupait, comme secrétaire, que de considérations bureaucratiques, de copinages, et de faveurs qui seules l’obsédaient. Des péripéties de l’actualité politique dépendait le fait que les télés inféodées à la gauche lui tendent un micro pour donner une opinion du moment sans fondement.
Le petit politicien-bureaucrate très médiocre a toujours été incapable d’entrer en quelque façon dans l’avenir. C’est pourquoi les prédictions du fumeux Nostradamus socialiste sur les courbes du chômage ont été aussitôt invalidées. Les bavardages de ce pense-creux pseudo-présidentiel de la république socialiste sont les témoignages de sa conception du monde vide de sens.
Le citoyen-électeur perdrait son temps à trop vouloir l’attendre à propos du slogan de campagne : "Le changement, c’est maintenant", tant la pratique de l’oisiveté présidentielle a apporté la preuve irréfutable que l’incompétence, l’impuissance et l’amateurisme du politicien Hollande le rendent inapte à l’action politique.
Si le passé socialiste du politicien Hollande est dépassé, l’avenir du socialisme à visage humain est relégué au musée des horreurs soviétiques. Le présent du politicien Hollande s’expose dans l’inculture et l’inaction politique concrète, et donc dans l’urgence de la conjecture et de I’inutile. L’avenir du socialisme à visage humain s’entendait au milieu des certitudes des idéologues du lobby GOF-LGBTQ et de l’État-PS.
L’incompétence et l’amateurisme du politicien Hollande, inapte à l’action politique, a rendu l’idée du socialisme à visage humain méconnaissable, tant l’incompétence politique de Hollande est sans précédent.
Sur les mensonges et les manipulations du politicien Hollande, le concept de "rupture avec la logique" arrive à point nommé pour apposer le sceau de la mystification et du faux-semblant, sur tous les actes du petit politicien-bureaucrate, qui se prend pour une caricature majestueuse de président.
C’est pourquoi le vote Bleu-Marine est pleinement justifié par une obligation morale de grande rigueur politique et une garantie d’objectivité économique, porteur d’une espérance nouvelle.
La science de l’histoire de l’action politique nous apprend déjà, que le Nouveau Monde Bleu-Marine peut advenir avec un temps d’avance sur les ruptures réelles et les "combinazions" des maffieux de l’UMPS. Ce sont ces maffieux de l’UMPS qui voudraient bientôt interrompre l’histoire du Nouveau Monde Bleu-Marine.
Bref, la politique des médias de gauche a longtemps masqué aux électeurs les méfaits du monde maffieux de la politique. C’est pourquoi l’adhésion du peuple à une idéologie socialo-populiste, singulièrement mensongère et illogique, trahit la logique générale des adhésions des électeurs au vote socialiste.
Le retrait des listes PS, c’est assurément la marque d’une incompétence, d’un amateurisme et d’une confusion d’esprit typiquement petit-bourgeoises du petit politicien-bureaucrate Hollande.

Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://www.parti-socialiste.fr/arti...