Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Le régime GOF-LGBT de Hollande et l’idéologie des Khmers (...)

Le régime GOF-LGBT de Hollande et l’idéologie des Khmers roses

mercredi 15 juin 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

En 2012, avec Hollande, la république socialiste du Kampuchéa anti-démocratique naît et les Khmers roses GOF-LGBT prennent le pouvoir en France. Pendant les quatre ans de pouvoir des Khmers roses, les dirigeants du parti restent infiltrés par le GOF-LGBT. Le régime GOF-LGBT et l’idéologie des Khmers roses visent à créer un système néo-communiste réel, selon le modèle d’une "égalité réelle absolument égalitaire".
Selon eux, cette transformation passe par l’anéantissement de la civilisation française et de l’Occident chrétien. Le régime socialiste oppose le peuple nouveau LGBT (les citadins qui doivent être rééduqués par la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT) à l’ancien peuple (les ruraux qui doivent être éliminés et remplacés). La tyrannie idéologique de l’État-PS a une dimension sociale, politique avec la décadence des intellectuels de gauche et la "confiscalisation" des individus d’un statut économique élevé, et raciste avec le "dénigrement des blancs" par l’insignifiant Bartolone... En 2012, les Khmers roses commencent à exécuter leur plan de "déconstruction de la famille" marquant les ambitions du Gender du régime socialiste totalitaire.
Le changement de population des villes fait que, dès la victoire des Khmers roses, les habitants de Paris voient les sans-papiers, puis les migrants, affluer dans les quartiers pour faire en sorte que les habitants soient forcés de quitter la ville. De très nombreuses familles et citoyens doivent quitter leur logement social.
La "confiscalisation" de l’argent des épargnants des banques, de la propriété privée et de l’économie familiale, fait que ce qui doit rappeler l’influence de l’Occident chrétien doit être systématiquement déconstruit.
La "dévalorisation de la famille et des religions chrétiennes" fait que les valeurs de la famille sont dévaluées par les Khmers roses GOF-LGBT. La seule institution qui compte est la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école. "L’organisation scolaire homosexuelle du Gender" des Khmers roses est officiellement confirmée. Les églises sont cambriolées et les religions traditionnelles sont destituées.
Le "Gender des Khmers roses GOF-LGBT" est promu en tant que "religion officielle d’État de la république socialiste" du Kampuchéa anti-démocratique. Le travail forcé de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT dans les écoles fait que les élèves des écoles sont obligés de subir la campagne de propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT, avec les mensonges du Gender des Khmers roses.
Ce travail de propagande est un moyen de rééducation du peuple ancien pour un peuple nouveau.
Les Khmers rouges ont inventé la métaphore du "Camarade Bœuf" qui illustre l’idéal d’un être GOF-LGBT-soumis, que recherchent les Khmers roses. Dans la parabole khmère rouge du "Camarade Bœuf", on comparait les gens à des bœufs : "Voyez le bœuf, camarades. Admirez-le ! Il mange où on lui ordonne de manger. Si on le laisse paître dans un champ, il mange. Si on le conduit dans un autre champ qui ne contient pas assez d’herbe, il broute quand même. "Il ne peut pas aller et venir, il est surveillé". Quand on lui demande de tirer la charrue, il s’exécute. Il ne pense jamais à sa femme et à ses enfants… Lors des réunions, les Khmers rouges parlaient du "camarade bœuf" comme d’un révolutionnaire idéal. "Camarade bœuf" ne refusait jamais de travailler. "Camarade bœuf" était obéissant. "Camarade bœuf" ne se plaignait jamais…"
Après l’élimination des anciens chefs et fonctionnaires du régime précédent et de tous les cadres adhérant aux idées républicaines qui n’ont pas rejoint les Khmers roses en 2012, les Khmers expulsent les résidents français des logements sociaux pour faire place aux étrangers, aux sans-papiers, puis aux migrants.
La haine du Français de souche illustre bien l’idéologie francophobe des Khmers roses GOF-LGBT.
Après 2012, les Khmers roses intensifient leurs mesures de rééducation avec les progrès officiels de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école. La rééducation du Gender doit inclure un abandon absolu de l’organisation de la laïcité à l’école. Le mépris de toutes formes d’élitisme contre l’égalité à l’école et de tout effort intellectuel invente "l’anéantissement de l’éducation de millions d’élèves".
L’influence des Khmers roses du lobby GOF-LGBT sur les enfants et les adolescents, dans l’intention de créer une nouvelle population "non empoisonnée par la civilisation et la religion chrétiennes" est un aspect crucial de la tyrannie idéologique de l’État-PS. Les Khmers roses sont convaincus que "la société future" doit absolument être "reconstruite avec une nouvelle population LGBT". Pour les Khmers roses, il faut inventer des jeunes gens "idéologiquement sûrs" pour construire la nouvelle société au service du lobby GOF-LGBT.
La "manipulation mentale des enfants et adolescents" est, pour cette raison, une mission idéologique. Les enfants et les adolescents sont ainsi fortement intégrés dans la "soumission aux adultes LGBT" qui leur apprennent les principes de la sexualité des khmers roses à l’école, au lieu de leur apprendre à lire et à écrire.
Un élément significatif de la république socialiste du Kampuchéa anti-démocratique est l’abolition des institutions judiciaires apolitiques avec le "mur des cons" et l’abolition des bases éducatives des écoles libres.
"Le régime totalitaire des Khmers rouges fait que le sort des Cambodgiens est déterminé selon leur origine sociale et ethnique. Le génocide débute avec l’élimination physique des traîtres et de leurs familles (fonctionnaires et militaires de l’ancien régime), et des membres du clergé… L’objectif des Khmers est "l’abandon absolu de l’individualité". Chaque signe d’intellect, comme parler une langue étrangère, porter des lunettes, lire et écrire, peut être un motif d’extermination. Les gens commencent à cacher leur identité, à se transformer en personnes ignorantes. Ensuite, le régime entreprend la rééducation du peuple. Les valeurs familiales et religieuses, ainsi que la propriété privée sont interdites. La population devient une force de travail non rémunérée. Un jour régulier commence à 6 h 00 et se termine à minuit, et est interrompu seulement par des pauses pour manger un peu de riz. Les maladies tuent beaucoup de travailleurs et la malnutrition sévit.
"On vit pour l’organisation, pour le travail et on est obligé de couper tous les liens avec les anciennes valeurs. Les relations familiales établies peuvent être la cause d’une exécution. Au gré des événements et de l’endoctrinement, les jeunes gens sont devenus des bourreaux et ils ont perdu toute humanité au profit d’une "idéologie meurtrière fabriquant l’anéantissement". Les purges sont dirigées contre les traîtres, les membres du parti soupçonnés d’être des saboteurs. Les victimes correspondent à presque un quart de la population cambodgienne. Au total, les caractéristiques du régime totalitaire des Khmers rouges sont le remplacement de la population, le contrôle de la liberté d’expression, la dénonciation des traîtres, l’aveu forcé des crimes…"
(Source : "Historique du génocide au Cambodge, Centre commémoratif de l’Holocauste à Montréal".)

Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://ripostelaique.com/la-republi...