Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Le "Programme Familles" de la Communauté Thérapeutique

Le "Programme Familles" de la Communauté Thérapeutique

samedi 27 février 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

La communautés thérapeutique pour alcooliques et toxicomanes aide nécessairement leur famille et leurs amis "pour leur rétablissement", notamment par rapport aux "problèmes affectifs de la co-dépendance". Melody Beattie a écrit "Vaincre la co-dépendance" (© 1987 by the "Hazelden Foudation" © 1991, Jean-Claude Lattès et Presses Pocket, 1992.) Elle fait ce récit : "Je n’ai jamais eu l’intention d’épouser un alcoolique.
"Mon père lui-même l’était. J’avais mis tant de soin à choisir celui qui serait mon mari ! Et bien, je me suis complètement trompée. Le problème est apparu dès notre mariage. Pourquoi n’ai-je pas compris dès ce moment-là ? J’ai cru à ses mensonges, et j’ai cru aux miens. Pourquoi ne l’ai-je pas quitté ?
"La culpabilité, la crainte, le manque d’initiative, l’indécision. Chaque fois que nous étions séparés, je me morfondais, je ne pensais qu’à lui, je me faisais du souci pour lui…
"Je ne voulais pas aller aux Al-Anon ! "Je ne suis pas malade. C’est lui ! C’est son problème à lui !"
Al-Anon est un groupe d’entraide pour les conjoints d’alcooliques et de personnes toxicodépendantes. Il propose un partage honnête sur "les problèmes émotionnels du conjoint" qui cherche un moyen de trouver de l’aide pour lui-même, et non plus pour continuer à se plaindre de devoir soigner "son" malade alcoolique !
"Moi qui n’avais jamais cessé de l’aider ! Comme si je n’en avais pas déjà fait assez ! L’idée de devoir continuer encore et continuer indéfiniment à tenter de remplir ce puits sans fond de besoins non satisfaits du malade alcoolique me mettait hors de moi. J’en avais assez de porter ce fardeau, de me sentir responsable de la réussite ou de l’échec de son rétablissement. Je ne veux plus rien avoir affaire là-dedans.
"Qu’on ne me demande plus rien. Faites en sorte qu’il aille mieux, et je me sentirai moins mal !
"Ce n’est pas moi qui ai besoin d’aide, pas moi qui bois, qui me drogue, qui me fais renvoyer de partout, qui mens aux gens que j’aime et qui trompe tout le monde. J’ai toujours été responsable de tout et de tout le monde. J’ai tout porté à bout de bras. J’ai payé les factures, j’ai fait fonctionner le ménage sans avoir jamais assez d’argent pour joindre les deux bouts. J’ai toujours été là dans les crises habituelles si fréquentes avec un mari alcoolique ou toxico-dépendant". Mais, en réalité, c’étaient les disputes qui nous faisaient encore croire à l’illusion de notre couple et qui maintenaient l’apparence de croire sentir vivre ensemble. Mais, vivre avec une personne alcoolique ou toxico-dépendante, c’est comme être "attaché à une bombe" !
"En clair, j’avais été affectée par son alcoolisme et les dégâts inévitables qui avaient suivi étaient devenus mes propres problèmes. Je me sentais coupable. En fait, j’étais malade, je restais insatisfaite sur le plan psychologique et affectif. Je n’étais pas folle, mais co-dépendante". L’alcoolisme et les troubles toxico-dépendants sont en réalité des maladies de système, c’est-à-dire des "maladies de famille". C’est cela la co-dépendance et toute la famille en est inévitablement la victime. On doit savoir que presque tout le monde a un ami ou un membre de sa famille dont la vie a été affectée par l’abus incontrôlé de substances, de drogues et de boissons alcooliques. Les familles qui sont accrochées au malade alcoolique et toxico-dépendant sont des personnes qui sont entrées pour un temps dans le "cycle très funeste de la co-dépendance".
C’est pourquoi elles peuvent être aidées efficacement par le Programme Familles de la Communauté Thérapeutique. Les familles qui sont aidées peuvent se rétablir pour être capables de vivre à nouveau une vraie vie apaisée "sans l’obsession de l’alcool et de la drogue" du malade alcoolique et du toxico-dépendant.

Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://al-anon.fr/