Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Le pape François et Hollande : le climat, la conscience et les faiseurs (...)

Le pape François et Hollande : le climat, la conscience et les faiseurs d’illusions

jeudi 23 juillet 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

La fausse science de la soi-disant "conscience du climat", et les intérêts idéologiques confondus de Hollande et du pape François, sont les figures médiatiques socialo-populistes modernes de la diversion.

Il s’agit d’abord de dissimuler les vrais enjeux de la politique immigrationniste d’origine humaine, du Vatican et de la république socialiste, par la dénonciation du changement climatique d’origine inconnue.

L’analyse des stratégies immigrationnistes mises en oeuvre par le Vatican et la république socialiste doit être occultée au profit de ces faiseurs d’illusions, le pape François et Hollande, devenus, comme par l’opération du Saint-Esprit, des consultants spécialisés en matière de "conscience du climat".

Il s’agit de pervertir l’information véritable, pour mettre en doute de façon systématique les résultats scientifiques qui pourraient mettre en cause les faiseurs d’illusions, en matière de diversion médiatique.

Manipulant le vrai et le faux en bavardant à la télé sur les thèmes à la mode comme la déconstruction de la conscience et la fausse-science du climat dans le débat public, Hollande l’imposteur et le pape François agissent de concert. Ils en viennent à leur objet véritable : légitimer la propagande socialo-populiste comme cause idéologique des politiques immigrationnistes toujours "aussi coûteuses et destructrices du lien social".

Le pape François et Hollande contribuent socialement, autant qu’ils le peuvent politiquement, à établir une base immigrationniste partagée à l’échelle mondiale. C’est le projet qui a présidé à la création des lois sur les soi-disant demandeurs d’asile en France, une erreur socialo-populiste que Hollande a remarquablement encouragée jusqu’à présent, en vue des nombreuses tentatives de déstabilisation de la société française.

Refuser le débat démocratique, c’est donner à voir l’apparence d’une attitude sectaire et dogmatique, si contraire à l’éthique de la république, soumise à la tyrannie idéologique immigrationniste de l’État-PS.

Un piège politique des plus redoutables se refermera, tôt ou tard, sur les promoteurs des politiques immigrationnistes. Le pape François et Hollande sont parmi les conspirateurs, ceux qui, à travers le vocable des idéologues de la compassion officielle, veulent détruire l’indépendance de la France, la démocratie étant récusée sans discussion. Refuser le débat démocratique revient implicitement, et indûment, à reconnaître un statut politique à des allégations immigrationnistes du Vatican et de l’État-PS, que la communauté nationale s’est depuis toujours refusé à admettre. C’est pourquoi les conditions d’un débat public sont refusées par les idéologues de la compassion officielle, orchestrée par les médias inféodés des bobos-socio-collabos.

On comprend que les allégations immigrationnistes du Vatican et de l’État-PS ne permettent pas, en pratique, une argumentation critique contre la mobilisation des ressources nationales au profit des étrangers.

Le rôle des médias socialo-populistes, dans tout cela, se résume au fait qu’ils offrent une plate-forme inespérée aux faussaires de la "conscience du climat" et aux faiseurs d’illusions. Si les citoyens n’y prêtent pas attention, ils seront les victimes du détournement idéologique du principe de l’équilibre démocratique.

En clair, le déni de l’expression démocratique des opinions populaires est le moyen de la mystification selon la règle de l’égalité des droits donnés aux étrangers, contre les droits sociaux des français pauvres.

Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://www.parismatch.com/Actu/Poli...