Widgets Amazon.fr

Accueil > Librairie > LE MARIAGE. Éclairages bibliques


Pour commander LE MARIAGE. Éclairages bibliques, cliquez ici
Pour commander, cliquez ici

par Pascal Geoffroy

dimanche 22 novembre 2015, par librairie cawa

LE MARIAGE. Éclairages bibliques

Pascal Geoffroy

Passiflores, 2015, 125 p., 8 €

Au moment où l’Église Protestante Unie de France s’interroge sur la question de la bénédiction ou non des couples homosexuels, le pasteur Geoffroy entreprend d’éclairer ce débat en cherchant ce que la Bible dit du mariage.
Ce thème est omniprésent, de la Genèse à l’Apocalypse. L’alliance de Dieu avec Israël, avec l’Église, avec l’humanité est dite en usant des mots qui décrivent l’amour d’un homme avec une femme. Mais, pour l’auteur, il ne s’agit pas que d’une métaphore : le mariage chrétien est le miroir de cette alliance. Pour le montrer, les citations sont multipliées, par exemple la plainte du prophète Osée tentant de reconquérir sa bien-aimée, ou bien le texte magnifique d’Ezechiel 16, ou bien encore Paul, en Romains 7, comparant la conversion à un nouveau mariage. Le rapprochement de ces passages bien choisis fait, à mon sens, le principal intérêt de ce livre.

Reste la thèse qu’ils sous-tendent. Dieu et l’homme sont, dit Geoffroy, dissemblables et néanmoins égaux (car, en Christ, Dieu s’est abaissé au niveau de l’homme). C’est exactement la même chose entre l’homme et la femme. En effet, c’est seulement après la « Chute » que l’homme s’est trouvé en situation dominante (Gn 3, 16). Cette égalité n’exclut pas la différence : l’homme et la femme ne font pas la même chose. D’autre part, comme l’union de l’homme et de Dieu est féconde spirituellement, l’union de l’homme et de la femme l’est aussi, mais sur le plan sexuel. De toute manière, c’est dans la rencontre de l’égalité et de la différence qu’est la vie.

Le pasteur Geoffroy soutient en conclusion qu’il y a mariage chrétien dans le libre consentement, la durée, la promesse de fécondité, ce qui n’exclut nullement les épreuves qui font partie de la vie. A l’inverse, des comportements sexuels sont condamnables parce qu’ ils brouillent la vocation du couple : la débauche, l’homosexualité (qui exclut l’altérité), l’inceste. Aussi, dit-il, « bénir des mariages homosexuels serait cautionner une fausse conception de l’égalité. » Il serait, à ses yeux, « incompréhensible qu’une Église puisse évacuer d’un trait de plume ses plus solides références à propos du mariage. »

Compte-rendu de Jean-Claude Widmann


Voir en ligne : http://libresens.blogspot.fr/2015/0...