Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Le Hollandegate, c’est le cinglant échec de Hollande

Le Hollandegate, c’est le cinglant échec de Hollande

jeudi 10 mars 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Le Hollandegate, c’est l’interprétation politique du cinglant échec de Hollande. Le reni-maniement raté a été, de façon camouflée et non assumée, une tentative pour préserver la chèvre de l’Égalité réelle et le chou des calculs et tractations toutes re-présidentielles du candidat de la normalitude oisive. La suprématie du chef du parti socialiste a fait long feu. Devant un monde qui change, qui bouge, qui n’aura plus demain les mêmes chefs, ni les mêmes repères, le président fantoche de la normalitude tranquille est incapable même de vouloir corriger ses erreurs. Convaincu de la nécessité, et de la possibilité, d’une renaissance de l’esprit national, le peuple voit que l’incompétence, l’impuissance et l’amateurisme de Hollande ouvrent la voie du changement de président, et montrent le chemin du changement de politique où le peuple opprimé tiendra toute sa place.
Ce sont eux, les membres de la population qui travaille, des familles et des classes moyennes qui sont porteurs de "l’espoir du vrai changement", pas seulement dans les "mots creux enveloppés avec du rien" de Hollande en campagne re-présidentielle. Il a voulu faire croire que le chômage était la priorité absolue pour la société française, pour les petites gens, pour les jeunes et pour les seniors pauvres. Avec Macron, la raison reprend le dessus, avant que Hollande l’inactif de l’Élysée ne fasse en sorte de faire capoter la réforme et de pousser les syndicats maffieux à paralyser le pays pour abandonner, un à un, les vrais enjeux de la réforme.
Inactif, en effet, car Hollande ne cesse de barrer la route au vrai changement et de faire croître toutes les "taxes" écolo-toxiques de "l’imposture climatique" des Nostradamus du GIEC et de la COP 21, qui ne font qu’enrichir les spéculateurs, et toutes les "taxes" de l’imposture des médiocres européens socialistes dans la gestion calamiteuse de la crise des migrants selon les critères mensongers des illusionnistes Merkel-Erdogan.
Après l’échec de Hollande sur tous les plans, le reni-maniement raté a confirmé cette attitude d’échec. Satisfait sur le plan de l’évolution des combinaisons politiques-politiciennes de la IVème république, Hollande a cru pouvoir refaire surface dans les sondages. Et sur le plan des sondages, où en est-il ? Plus bas que bas !
Après Hollande, la situation évolue aussi dans le "non-sens politique", tant sur la forme que sur le fond. Sur la forme, les ayatollahs de la gauche bobo et des frondeurs se préparent à manger leur chapeau en CDI, c’est-à-dire pour une durée indéterminée. Ils seront bientôt rentrés chez eux après avoir constaté que leur démarche frondeuse, bien que soutenue par de nombreux journaleux de gauche, ne servait à rien.
La pétition absurde signée contre la "loi sur le travail" par une troupe de militants "ordinaires" n’a fait qu’augmenter les tensions chez les écolo-socialistes et a provoqué des réactions syndicales aussi vides de sens que les nombreuses agitations urbaines des mystificateurs socialistes paresseux de l’UNEF. La pétition a mis en évidence des pratiques socialo-syndicalistes détestables qu’on n’avait jamais vues auparavant, avec des actions coordonnées tournant à la véritable conjuration pour faire refuser, un à un, tous les articles de la "loi sur le travail" non conformes aux "dogmes socialistes", avec les pressions des syndicats ultra-minoritaires, les cabales organisées, les mensonges et les rumeurs sur toutes les télés, etc. Tout cela sent bien la "fin de règne", avec, en ligne de mire, le cinglant échec mondialement reconnu de Hollande sur tous les plans.
Le Hollandegate, c’est la mise au jour des mystifications de Hollande qui ont été démasquées. On voit désormais des médias contredisant la propagande officielle de Hollande, jusque dans la presse internationale. C’est le commencement de la fin de la dictature du vide de la pensée unique de la république socialiste en décomposition. Il est sûr que les fumisteries de Hollande, critiquées dans la presse internationale, ont échoué.
La population qui travaille, les classes moyennes et les familles en révolte se voient promues au rang de rebelles, résistant aux prédictions irrationnelles de Hollande-Nostradamus sur le "chômage pour tous".
Si l’on s’en tient aux faits d’observations et qu’on accepte le concept social de chômage de masse, on constate que l’incompétence de Hollande est constante depuis 2012, alors que le "chômage pour tous" n’a pas cessé d’augmenter, pendant la période calamiteuse de sa présidence fantoche de normalitude oisive.
Cela prouve que le rapport entre la normalitude oisive et l’augmentation du chômage de masse n’est que le résultat de l’idéologie socialo-populiste. Tant qu’existera cette idéologie socialo-populiste faussée avec la normalitude oisive au pouvoir en France, on n’a pas besoin d’autres processus à l’œuvre pour augmenter le chômage de masse. C’est pourquoi, il y a peu de doutes sur la possibilité de prédire le Hollandegate à venir.
Le matraquage fiscal se confirme chaque jour davantage. Le rôle des entreprises petites et moyennes est de plus en plus important et est insuffisamment compris par les idéologues calamiteux de l’État-PS. La hausse des taxes et des impôts s’impose désormais comme un des paramètres essentiels de la paralysie des entrepreneurs et des consommateurs, avec des effets toxiques directs sur la TVA et sur la reprise espérée de la croissance qui ne vient pas. De plus, personne ne comprend la variabilité des normes et le rythme effarant des nouvelles lois, avec les nouvelles règles absurdes de l’idéologie à la Dufflot, l’écolo-gaucho-radicalisée.
Le point positif, c’est le Hollandegate et le retour nécessaire à une attitude pragmatique plus "fiable".
C’est pourquoi vouloir faire confiance à Hollande est tout simplement déraisonnable. Au point le plus bas où en est Hollande, la seule façon pour lui de s’en sortir, et d’éviter le naufrage re-présidentiel annoncé du capitaine de pédalo, c’est de jeter l’éponge, quand la majorité des français de tous bords ne supportent plus ses gesticulations médiatiques. Le plus tôt sera le mieux pour le pays… Comme souvent avec les socialistes, c’est le serpent qui se mord la queue en attendant le redressement spontané et miraculeux du pays !
Dans ce contexte de Hollandegate, la débâcle socialiste fait "référence dans le monde entier", à telle enseigne que les événements n’ont plus de prise sur Hollande qui restera toujours le même "incompétent à la Maduro" et ardent défenseur de l’amateurisme en politique économique et sociale. Comme on le dit en latin : "Hollandus-Nostradamus nec varietur". Il persiste et signe dans la médiocrité absolue d’un système soumis à la dictature des anarcho-syndicalistes et aux surenchères des gauchistes libertaires syndiqués et paresseux, les spécialistes de "l’absentéisme rémunéré" de l’Éducation Nationale Socialiste qui les protège, "copains comme cochons", sur le dos des contribuables.

Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://ripostelaique.com/hollandega...