Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Le FN et la ligne Bleu-Marine, c’est un idéal de justice pour le (...)

Le FN et la ligne Bleu-Marine, c’est un idéal de justice pour le droit de se défendre

lundi 25 janvier 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Lorsqu’il est question du FN, la plupart des gens sont saturés de jugements à l’emporte-pièce qui sont diffusés par l’industrie du mensonge au service de la caste politico-médiatique des bobos gauchistes. C’est pourquoi la plupart des commentaires sont toujours fondés sur des mensonges et des dogmes plus souvent irrationnels et subjectifs que sur une connaissance approfondie de la réalité et de ses enjeux complexes.
De plus en plus, le FN attire et fascine les jeunes, quand il repousse et désoriente les plus âgés.
Quoi qu’il en soit, il occupe dans les consciences une fonction politique et morale très particulière qui suscite parfois des débats passionnés, mais qui sont généralement de peu de rigueur.
Les commentaires qui émanent d’intellectuels bobos de gauche, de journalistes bobos de gauche et d’hommes politiques français bobos de gauche, sont peu crédibles par leur caractère polémique. C’est pourquoi leurs propos ne sont pas propices à la réflexion ni au débat serein et honnête. On sait que la plupart des commentaires qui émanent d’intellectuels de gauche, de journalistes de gauche et d’hommes politiques français de gauche, se résument à des mensonges, à des discours inexacts, trop souvent de mauvaise foi.
Vouloir questionner le FN, à propos de sa réalité morale, sociale et politique, en se plaçant d’un point de vue général, est une gageure. Pour relever le défi, le FN doit préciser son programme et son idéologie. Il doit pouvoir donner ensuite la parole à la jeunesse militante au sein du parti, et aux sympathisants, et pas seulement aux spécialistes en sciences politiques. Il est clair que des "sympathisants FN" sont de tendances très diverses et certains sont personnellement impliqués dans le mouvement de la "Manif pour tous". Ils attendent des réponses que les partis UMPS ripoublicaïns des fraternités GOF-LGBT refusent de donner.
Vouloir questionner le FN, à propos de la "Manif pour tous", impose d’agir de l’intérieur pour prendre le recul indispensable à la réflexion. Il n’existe pas encore de "position idéologique claire", qui fasse référence, sur cette question pourtant si actuelle et si présente à propos de la politique de la famille. Car enfin, y a-t-il un parti politique au monde qui soit, comme le FN, constamment interpellé d’un point de vue moral ?
Existe-t-il une réalité de l’identité morale d’un parti politique comme le FN ? C’est sûrement ce qui est nié par toute une génération d’intellectuels bobos-gauchisants post-soixante-huit-attardés !
La plupart des intellectuels bobos-gauchisants ont l’habitude de jouer sur l’amalgame entre la morale social-bourgeoise "molle" des socialistes usurpateurs au pouvoir, et la détermination politique "dure" du FN.
Les intellectuels bobos-gauchisants n’ont que faire d’éthique et de morale dans leurs mensonges pour fausser le débat politique. Ce que l’on entend par éthique est refusé à la real-politique du FN, quand c’est un ensemble de règles consensuelles et légales qui s’imposent à tous les partis qui ont droit de cité en France.
Il existe une tendance dévoyée, au sein de la caste politico-médiatique en France, qui fait que les règles décidées par les bobos gauchistes, c’est-à-dire la plupart des obligations légales propres aux partis reconnus officiellement, soient entièrement soumises à "l’idée" de la morale socialiste libertaire, selon les mystifications de la propagande, habituellement vulgaire, des journalistes intellos-bobos gauchistes.
En politique, il ne faut jamais oublier que les règles de droit, posées par la constitution et le système légal de l’État-de-droit, ne sont pas soumises à la morale telle que la définissent les grandes civilisations ou les grandes religions. S’il existe une "morale laïque et républicaine", elle n’est pas directement influencée par les commandements pratiques de la "Loi" religieuse, même si certains légalistes affirment qu’il n’existe pas à proprement parler de "morale laïque et républicaine". Sans doute, parce qu’ils ne l’ont pas assez étudiée.
Car il y a une morale laïque et républicaine, et c’est celle de l’unité des valeurs de l’Occident chrétien. Dans les autres civilisations, on choisit un idéal moral qu’on privilégie par rapport aux autres, une valeur qui est mise en avant, comme c’est la cas avec la propagande islamiste au service de l’islamisme conquérant.
Contrairement à la "Loi" du Talion, la morale qui prédomine dans l’Occident chrétien, c’est la charité et l’amour des ennemis : le peuple opprimé doit tendre la joue gauche, quand il a été frappé sur la joue droite ! Il ne doit pas se défendre et surtout ne pas rendre le mal pour le mal. Et le système légal de l’État-de-droit des bobos gauchistes au pouvoir, façon Taubira, renvoie la justice dans le futur, et surtout dans les cieux !
On lit, dans l’Encyclopædia Universalis ©, que talion vient du latin talis, qui signifie tel, c’est-à-dire : "de même nature, de même intensité ou de même qualité". La loi du Talion était un progrès, dans la mesure où elle devait remplacer la vengeance privée, la "vendetta", et ses conséquences disproportionnées.
Selon la formule du Lévitique (XXIV, 20) : "Œil pour œil, dent pour dent" consiste à punir l’offense d’une "peine identique à l’offense". Cette stricte réciprocité est exclusive de la volonté de vengeance. Avec la loi du Talion, le système pénal confiait à une autorité supérieure le contrôle et la mise en œuvre de la sanction pénale. C’est ce système pénal qui a été combattu par l’évangile et amplifié par les lois Taubira !
Au contraire, chez certains chrétiens évangélistes, on met en avant un idéal de justice avec le droit de se défendre, et en conséquence, le droit de disposer des armes nécessaires pour se défendre. On considère que la valeur de justice collective doit primer et on renvoie à la vie privée l’idéal de charité personnelle. Ainsi, la "morale faussée de l’amour des ennemis", propagée par les intellos-bobos-gauchistes au pouvoir, façon Taubira, reste une affaire d’idéal personnel qui renvoie le "droit de ne pas se défendre" à la morale privée.
La conscience morale laïque et républicaine des intellos-bobos-gauchistes nie "la réalité du bien et du mal", comme l’histoire de Caïn et Abel. Ces deux "types humains" sont impliqués dans un affrontement total.
C’est un fait social de l’histoire qui ne peut être nié. La relation fraternelle a une réalité psychologique qui fait que Caïn, né le premier, considère l’autre, Abel, en gêneur et en surplus. Il y a une asymétrie dans leurs relations. Il est clair que le problème moral de celui qui se pose comme l’aîné n’a pas le même contenu que le problème moral de celui qui se reconnaît comme l’autre. Selon la Bible, pour Caïn, le problème moral, c’est de faire une place à l’autre, de faire preuve de charité. Pour Abel, le problème moral c’est de moraliser Caïn, de l’éduquer aux valeurs morales. (Léon Askenazi) La tyrannie idéologique de la république socialiste a voulu imposer au peuple la haine de soi et l’amour des ennemis, des étrangers, des clandestins sans papiers et des migrants islamistes, en tant que règle morale et politique inspirée du "Sermon sur la montagne" de l’évangile.
En clair, les paroles inspirées du "Sermon sur la montagne" et transmises par l’évangile de Matthieu (chap. 5-7), sont comme une "déclaration de guerre du christianisme" contre la vieille loi du Talion. La morale chrétienne a voulu imposer au peuple cette relation Caïn-Abel, en assignant la tâche de victime au peuple de France. Au contraire, la morale que la tradition des chrétiens évangélistes retient pour le peuple victime n’est pas celle-là : Abel est en danger de mort et ne peut parvenir à se protéger face à la violence de Caïn.
Lorsqu’il est question de justice, le peuple est trompé par la conscience morale laïque et républicaine des intellos-bobos-gauchistes. L’idée de justice est bafouée par les lois Taubira. C’est pourquoi la ligne de défense Bleu-Marine doit reconstruire la nation dans le cadre d’un État de droit. Il est clair que l’État est l’outil et l’instrument formel de l’existence de la justice au cœur de la nation elle-même. Ce qui doit se produire avec le FN, c’est beaucoup plus que la refondation d’un État juste, c’est la reconstruction de la Nation française.
C’est ce que beaucoup d’électeurs ont ressenti en 2015 et qui explique l’adhésion au programme de la ligne Bleu-Marine de la majorité du vrai peuple de France. La manière spécifique dont les bobos-collabos sont en relation positivement conflictuelle avec le FN de Marine le Pen, c’est un fait. Personne ne juge le FN de la même manière que les autres partis, parce qu’il y a là une "relation très particulière à la Nation comme à la Patrie". C’est ce que l’industrie du mensonge de la caste politico-médiatique des bobos gauchistes est absolument incapable de juger de la même manière que les autres partis ripoublicaïns des fraternités UMPS.
La morale de l’histoire de la refondation d’un État juste, c’est que la ligne Bleu-Marine est le seul idéal de justice pour le droit du peuple de se défendre !


Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://ripostelaique.com/le-fn-et-l...