Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > La triche au PS, une tradition "citoyenne" !

La triche au PS, une tradition "citoyenne" !

jeudi 26 janvier 2017, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

La plus belle mention de cette tradition "citoyenne" de la triche au PS se retrouve dans les "annales du parti de tous les temps" et surtout lors du congrès de Reims qui a déjà sérieusement défrayé la chronique.
Lu sur le Salon Beige : "Le PS pris la main dans l’urne : Après les intox (et les) faux diplômes, après les faux chiffres de la Manif’ Pour Tous, après les faux chiffres sur le chômage, après…, voici les faux chiffres de la primaire socialiste : "C’est un incroyable aveu qu’a fait le président du Comité national d’organisation de la primaire à gauche (Cnop), Christophe Borgel. Auprès de Libération, le député socialiste concède ce lundi 23 janvier… que les résultats du premier tour de la primaire ont été manipulés. Objectif de la manœuvre ? Pouvoir revendiquer une belle participation avant que les chiffres ne l’accréditent." Réponse aux soupçons de triche au PS : une réussite et une belle participation ! Encore une belle salade de mensonges jusqu’au bout !
Selon un journaliste ont voté : les sympathisants socialistes à 40% ; le front de gauche à 40% ; et les divers gauches et écolos à 20%. Qui osera se déplacer pour voter à "on bourre les urnes" au second tour ?
Déjà Hamon-zémerveilles est zélu : On a gagné ! On a gagné ! Hamon-zémerveilles rase gratis avec le revenu universel garanti pour tous les migrants déboutés et les sans-papiers : une richesse pour la France !
Samuel Potier, lefigaro.fr le 09/09/2009 : "Fraudes au PS : une enquête accablante contre Aubry". Et comme c’est la tradition de la triche "citoyenne" au PS, "Martine Aubry, assure ne pas être "inquiète" après les accusations de fraude électorale. Le livre "Hold-ups, arnaques et trahisons" : "Fin 2008, Martine Aubry avait été élue première secrétaire par les militants avec seulement 102 voix d’avance sur Ségolène Royal dont les partisans n’avaient pas manqué de pointer un "système de fraude électorale à grande échelle". Les auteurs assurent que "la victoire de Martine a été fabriquée de toutes pièces". Ils relatent les propos de son conseiller politique… Guillaume Blanc aurait donné des consignes édifiantes à une secrétaire de section : "On ne prend plus de gants, on bourre les urnes". Il ordonne aux autres patrons de sections "de ne pas communiquer leurs résultats à la fédération du Nord, comme le prévoit le code électoral socialiste". Selon les auteurs, plusieurs semaines après cette série de fraudes présumées, Claude Bartolone "reconnaîtra avoir bloqué les résultats du Nord dans le but de s’assurer que l’avance de Martine ne permettait pas qu’on la rattrape".
"L’ouvrage précise par ailleurs que "Lille ne serait pas un cas isolé dans le Nord, certaines voix, sous le couvert de l’anonymat, évaluent l’ampleur de la fraude à 1.000 votes en faveur d’Aubry"."
Le Monde.fr AFP le 09.09.2009 : "Congrès de Reims, élection d’Aubry : le livre qui accable le PS : "Hold-ups, arnaques et trahisons" revient sur l’élection controversée de Martine Aubry à la tête du PS. Les auteurs reviennent sur le déroulement du vote dans le fief lillois de Martine Aubry, assurant que "la victoire de Martine a été fabriquée de toutes pièces" Extrait : "Il est midi, ce vendredi 21 novembre [2008], quand le téléphone d’une secrétaire de section lilloise se met à sonner. A l’autre bout du fil, Guillaume Blanc, le conseiller politique de Martine Aubry à la mairie de Lille. Dans le Nord, comme dans le reste du pays, les bureaux de vote pour le second tour de l’élection du premier secrétaire ouvrent… La discussion est brève.
"Il n’y a qu’un seul message à faire passer. Dans un premier temps, la jeune femme pense avoir mal
entendu. Mais la consigne est claire : "On ne prend plus de gants, vous bourrez les urnes"."
On peut lire un classique de la propagande socialiste avec : "Les mensonges sur (et non pas de) l’URSS du temps de Staline (1924-1953). Une longue étude des "informations sur l’URSS " parues dans la presse française depuis trente ans (montre) qu’il n’est pas de jour où quelque journal ne batte son propre record d’infamie. Tous les imbéciles et tous les coquins s’en sont donnés à cœur joie contre les chefs de la Russie nouvelle pour mieux faire ressortir "la prétendue indignité de Staline" qui devenait la cible des mêmes outrages dont Lénine avait été l’objet. Aujourd’hui encore, la presse calomnie sans relâche l’Union soviétique et ses dirigeants. "Tant qu’ils lanceront leurs injures contre le pays des Soviets et Staline, c’est que Staline et l’U.R.S.S. seront dans la bonne voie !" Les insultes des ennemis du peuple sont un hommage probant à l’Union soviétique et à son chef." (Fernand Grenier, Au pays de Staline,1950.) Ben voyons ! Vive le PS !
"Staline a été et reste la cible principale de la campagne de haine de la bourgeoisie. Démontrer la fausseté des calomnies contre Staline, c’est porter un coup mortel à cet éternel credo de l’anti-communisme petit-bourgeois qu’est la "lutte contre le stalinisme", c’est démontrer "l’ampleur de la falsification de l’histoire", seule garante du maintien au pouvoir des oppresseurs (socialistes) bourgeois.
"Ces mensonges prouvent que dans une société "de l’information", seule une campagne médiatique continuelle de désinformation peut "maintenir les masses laborieuses ignorantes des causes des maux qui s’abattent sur elles et les accablent", que seule une propagande (socialiste) active et "un travail de démolition et de falsification constant de l’histoire" peut détourner les masses de la lutte pour leur affranchissement, de la lutte pour le communisme (le pouvoir des travailleurs) contre le capitalisme (la dictature de la bourgeoisie).
"Et de la lutte pour la paix véritable contre la paix bourgeoise, celle des révisionnistes, des réformistes et des "sociaux-démocrates", cette "paix" faite de guerres tantôt larvées, tantôt ouvertes, et issue en droite ligne de la "démocratie" dont les médias et les politiciens bourgeois, ces marionnettes à la solde du Capital se servent de leur vernis "démocratique" pour tromper les travailleurs, nous rebattent les oreilles. Contre l’activité théorique et pratique de Staline, la bourgeoisie (socialiste au pouvoir) impuissante n’a pour seule arme que les mensonges et la calomnie dont l’apparente cohérence vole en éclat dès qu’on les confronte avec les faits historiques (à l’époque de décomposition du communisme révolutionnaire bureaucratique petit-bourgeois !)
Concernant la vérité socialiste corrigée sur le Goulag : "La population des camps est passée de 1,20 millions de détenus en janvier 1937 à 1,88 millions en janvier 1938, retombant à 1,67 millions au 1er janvier 1939. Si le nombre de condamnés a augmenté en 1937-1938 parallèlement à un aiguisement de la lutte de classe (comme dans les années de la collectivisation), c’est dans des proportions très inférieures à celles avancées pendant des décennies par les laquais de la bourgeoisie internationale. Ce ne sont pas 19 millions de personnes qui ont été arrêtées et 7 millions de personnes exécutées durant la période 1935-1941, comme l’a clamé Satunovskaja lors de la campagne khrouchtchévienne de réhabilitation des condamnés politiques.
"On est très loin des chiffres avancés par Conquest : 9 millions de détenus politiques dans les goulags en 1939 auxquels s’ajoutaient 3 millions de morts durant les seules années 1937-1938 (exécutés et morts de causes diverses) et auxquels il fallait rajouter les détenus de droits commun !…
"Conquest a avancé le chiffre d’une moyenne annuelle de 8 millions de détenus dans les goulags, tandis que Medvedev (l’historien) a avancé des chiffres encore plus trafiqués : 12 à 13 millions !
"Selon Conquest, plus de 0,85 millions de détenus sont morts annuellement dans les goulags durant la période 1939-1953, ce qui réduit à néant la propagande bourgeoise sur les dizaines de millions de morts du stalinisme et la grossière analogie avec les camps nazis ! Il ne reste à nos petits-bourgeois défenseurs des "droits de l’homme", que des préjugés petits-bourgeois inacceptables "par principe" ! Ce qui est inacceptable, ce n’est pas la répression d’une minorité d’exploiteurs nécessaire pour assurer le bien-être des larges masses travailleuses, mais l’oppression engendrée par le développement du capitalisme, auquel on peut légitimement imputer les massacres de dizaines de millions de travailleurs dans les guerres coloniales et inter-impérialistes.
"Il faudrait comptabiliser les milliards de victimes des tortures physiques et morales provoquées par le développement "pacifique" du (socialisme) (la faim, l’exploitation du travail salarié, le chômage, etc.)"
La tradition "citoyenne" de la triche post-soviétique au PS, c’est non seulement le chagrin et la pitié, c’est le gaspillage du sentiment démocratique par les parasites du PS nuisibles à la vérité électorale. C’est le devoir de tricher, afin d’augmenter faussement les chiffres de la participation pour tromper tout le monde. La triche pathologique contamine le PS depuis des décennies. Après la vérité socialiste du Goulag, la triche au PS en est la contagion. C’est un degré d’absurdité et de naïveté que ne pouvaient atteindre que des tricheurs dépourvus de tout sens moral. On développe toujours la triche au PS "aux dépens de la vérité des autres".
Quiconque ne comprend pas la triche au PS n’a pas fait même le premier pas dans la connaissance des intrigues permanentes au PS. Si l’on a compris à quel point le concept de vérité au PS est erroné, alors tout processus électoral doit être l’héritage de ce processus de la triche organisée post-soviétique.
 C’est pourquoi la triche acquiert toujours une énorme importance pour les dirigeants du PS. Quand ce processus calamiteux de la triche ne faiblit pas au PS, on peut en conclure à sa dégénérescence. Pour les dirigeants du PS, la tartuferie est la règle pour tromper les électeurs abusés. C’est un détour nécessaire pour conserver une apparence de "légitimité politicienne médiocre" et toujours émancipée vis-à-vis des valeurs morales. Quand la vérité est déshonorée, on peut en conclure que le PS touche à son immoralité naturelle.

Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : https://ripostelaique.com/la-triche...