Accueil > Au jour le jour > La subversion à l’Education Nationale ne date pas d’aujourd’hui

La subversion à l’Education Nationale ne date pas d’aujourd’hui

le témoignage d’Elisabeth Scherer, ancien professeur des Ecoles

lundi 16 novembre 2015, par Christian Scherer

L’Ecole des Loisirs, vous connaissez ?

Un livre, Mon frère, ma princesse de L’Ecole des loisirs, sélectionné par l’Education Nationale, promu dans une école catholique sous contrat !

Le ver est dans le fruit.....car bien sûr, la grande Education Nationale n’a pas mieux à faire....

Cette situation ne date pas d’hier !

L’école des loisirs peut produire de très bons livres mais aussi des livres subversifs à petite dose.

Anecdote 1

En 1987 ou 1988, nous avons reçu dans ma classe de cours préparatoire, j’enseignais à l’époque à Guyancourt, les livres commandés à l’Ecole des loisirs, par abonnement par les parents d’élèves.
L’école des loisirs offrait alors pour la classe un livre qui nous permettait d’enrichir la bibliothèque de la classe.

Thème d’un livre reçu :

L’histoire "d’un casse" dans une banque par un gentil petit lapin qui pour échapper aux méchants policiers, va "se mettre au vert" à la montagne chez sa gentille grand-mère prête à tout pour le cacher !

J’étais sidérée, je m’attendais à recevoir les plaintes légitimes des parents...mais rien....
Pas plus de réactions de la part de mes collègues à qui j’en parlais....

Anecdote 2

En 1990 dans une école de Versailles, l’association laïque de cette ville proposait gratuitement un stock de livres niveau CM.
Heureuse de pouvoir enrichir la bibliothèque de ma classe, je me précipitai pour récupérer les "précieux livres".
Voici le thème d’un des livres :
Histoire d’un garçon de 12 ans se masturbant dans une salle de cinéma.....en voyant un couple s’embrasser à l’écran.
Les thèmes des autres livres étaient d’une platitude sans nom, les histoires écrites dans un français approximatif.
J’ai jeté tout le lot à la poubelle.

Je vous assure que ces deux histoires sont bien réelles.

E.S.

Post-Scriptum

Que dire aussi du site "Ligne Azur" subventionné par l’Education Nationale, ouvert aux élèves à partir de la sixième qui donnait des modes d’emploi sur la sexualite et qui ressemblait davantage à un site "pornographique" qu’à autre chose.
Le site a été édulcoré depuis grâce aux nombreuses plaintes.

Voir aussi

- La tolérance vue par certains enseignants... (lemonde)
- Mon frère, ma princesse de Catherine ZOMBA : Un spectacle pour enfant et adulte ? (mobiusband)


Voir en ligne : http://www.afc-france.org/education...