Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > La république des mots

La république des mots

mercredi 20 janvier 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Des mots nobles comme "Travail, famille, patrie" sont transformés en "slogans réactionnaires", par les idéologues de "La république des mots", devenue "La république socialiste des maux pour tous". Mais pas pour les copains de Hollande, l’audacieux et les planqués du lobby GOF-LGBT aux manettes de l’État-PS.
Jean-Louis Servan-Schreiber a écrit : "Une France plus humaniste : Est-ce la revanche posthume du maréchal Pétain ? Soixante-cinq ans après la fin honteuse du régime collaborationniste de Vichy, les trois mots dont il avait fait son slogan réactionnaire, "Travail, Famille, Patrie", sont plébiscités par les Français." La république socialiste des mots fait que le pays aurait "basculé dans lordre moral et le chauvinisme" réac !
"La montée de la "valeur travail" résulte de deux phénomènes : une crainte grandissante du chômage devant la crise (et) la Marineconviction quil faut avoir un travail pour développer pleinement ses capacités (et avoir une) vie équilibrée. (Si) la famille, trône en tête des sondages depuis des années, (c’est que la) famille (est ce lieu) intime où lon se sent en sécurité face à un monde (social-mondialiste) compliqué, voire menaçant."
La famille a évolué et s’est éloignée, en Occident, des conceptions de "la famille traditionnelle qui sancre dans une lignée respectueuse des aînés." Le monde moderne des GOF-LGBT, soi-disant civilisé, se montre "méfiant à légard des institutions et des systèmes, comme l’État et les religions établies", qui sont bien les seules à défendre la famille traditionnelle. "Quant à la patrie, sa valorisation (correspond à) la préférence nationale : Quand les emplois sont rares, les employeurs devraient en priorité embaucher des Français !"
La république socialiste des mots est représentée par le "blog homosexualité" de Maurice Laouchez :
"Liberté, égalité, fraternité" ou "travail, famille, patrie". Les débats sur le mariage homo-sexuel et la procréation médicalement assistée interpellent sur les "véritables valeurs" de la République… De nombreuses attitudes montrent que nous sommes davantage dans la défense du travail, de la famille et de la patrie que dans la mise en oeuvre concrète de la liberté (de la propagande homosexuelle), de légalité (homosexuelle) et de la fraternité (homosexuelle)… La formule de "l’État Français", "travail, famille, patrie" a son origine dans les pleins pouvoirs accordés au Maréchal Pétain le 10 juillet 1940 par des Parlementaires issus des élections de 1936… La devise "Travail, Famille, Patrie" correspondait à cette situation-là, dans ce (pays) dune population vaincue et humiliée (soumise) à lennemi vainqueur et au gouvernement qui acceptait de collaborer avec lui.
Il faut comprendre la manipulation idéologique et le "choix socialiste des mots" :
"Travailler (c’est) obéir à lemployeur (esclavagiste), soccuper de sa famille (c’est) obéir au père de Famille (un tyran mâle dominateur), servir la Patrie (c’est se soumettre aux) instructions venues de dirigeants asservis et de leurs maîtres étrangers, telles étaient les raisons profondes de la nouvelle devise nationale."
"Dans le contexte d’aujourd’hui, la place du travail a besoin d’une totale réévaluation. La famille nest plus ce quelle était. Composée, décomposée, (déconstruite et) recomposée, elle a besoin dêtre réinventée… Quant à la Patrie, elle résiste mal à la société mondialisée. Dans ce contexte (socialiste de déconstruction), on doit dire aux homosexuels (que) les mêmes droits (GPA/PMA) leur sont reconnus quaux hétérosexuels".
Que faire des mots nobles comme "Travail, famille, patrie", quand on rappelle que "le maréchal Pétain et son entourage voulaient un "nouveau modèle d’État autoritaire, paternaliste, catholique et corporatiste" ? Cette volonté de réformer la société et la vie politique françaises a été appelée la "Révolution nationale".
Aujourd’hui, "on le sait, "l’État Français" (de Pétain) n’était pas la République."
Marie Delarue écrit sur Bd Voltaire : Comme "on ne voit pas qui pourrait adopter comme programme politique : le chômage, la solitude et la vie des clandestins apatrides, la nouvelle devise du PS (pourrait être) "Travail, famille, patrie"… Pour les médias et la classe politique, (ce) qui a émergé ce premier mai, cest le défilé du Front national et le discours de sa présidente. Un conseiller de François Hollande la qualifié de "fait politique majeur, plus signifiant que le défilé des syndicats". D’où, la rage d’Assouline, du Parti socialiste !
(À propos du) "discours idéologique de Marine Le Pen", il a déclaré : "Ce discours est un discours qui renoue avec la tradition de lextrême droite davant-guerre, très social-nationaliste… Le fonds idéologique de ces valeurs, cest le pétainisme, cest "travail-famille-patrie". Ce nest pas la République (socialiste), ce n’est pas la laïcité (socialiste), ce nest pas liberté-égalité-fraternité. Cest un danger (pour la république socialiste), Marine Le Pen, il faut bien la caractériser comme cela. Cest un poison pour la République (socialiste)".
Lu sur ladepeche.fr : "Guillaume Jambard, candidat frontiste aux élections départementales, sest vu retirer son investiture après avoir publié un message dans lequel il reprenait la devise du maréchal Pétain ("Travail, famille, patrie")… Les réactions de consternation ( ?) ont été nombreusesFace à la polémique, Jambard a publié un nouveau message : "Je ne suis pas pétainiste, j’aime tout simplement ces mots…"
Face à la république socialiste des mots, "le frontiste a fini par supprimer son message".
La question n’est pas la devise du maréchal Pétain "Travail, famille, patrie", mais la période de Vichy, Pétain devenu le chef de l’État français, après la "débâcle morale, nationale, idéologique et militaire", du Front Populaire. "Les pleins pouvoirs à Pétain, votés par la république parlementaire issue des élections de 1936", instaurent le nouveau régime qui succède à la débâcle de la république socialiste issue du Front Populaire.
La propagande de la "Révolution nationale" du régime de Vichy, construit autour de la personnalité du maréchal Pétain, ce vieillard âgé de 84 ans, met en scène, avec la collaboration des médias utiles, un véritable culte de la personnalité ! "Pour asseoir son autorité (et) pour "condamner les responsables de la défaite française", les dirigeants de la IIIèmeRépublique sont arrêtés (Édouard Daladier, Léon Blum)"…
"La résistance française commence le 18 juin 1940, par l’appel lancé par le général de Gaulle, depuis Londres, sur la radio anglaise, la BBC. Cet appel marque la naissance de la France Libre". (Hist-geo.com)
Dans le contexte d’aujourd’hui,la résistance française se perpétue avec la ligne Bleu-Marine.
Lu sur lefigaro.fr : "Les filles de la MarineElles ont entre 17 et 33 ans, sont militantes, candidates ou têtes de liste et officient toutes sous les couleurs du Front National… "Quand on a cette ambition, on se cherche des modèles. Entrer au Front était une manière de s’affirmer. En voyant que Marion Maréchal-Le Pen a été élue plus jeune députée de la Vème République, on s’est dit que c’était possible de suivre cette voie
"Si elles sont vues comme des modèles par ces jeunes femmes, Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen se considèrent avant tout comme des personnages politiques…"
"La France apaisée", le nouveau slogan du Front national", écrit T. Quinault Maupoil sur lefigaro.fr :
"La France apaisée, c’est justement ce que propose le FN", assure l’eurodéputé Florian Philippot. Il précise que de nouvelles thématiques vont être avancées par le FN comme "le stress au travail", la "refondation de l’entreprise". "Nous allons parler davantage de notre politique étrangère, souligner que nous nous sommes toujours opposés à l’engrenage au Moyen-Orient. L’apaisement, c’est aussi ça", insiste-t-il.
À propos de la politique de la famille, dont pourrait être très fière la ligne Bleu-Marine, à propos de la politique de l’emploi, la priorité au Travail contre le chômage et l’assistanat, à propos de la Patrie et de l’Esprit National, encore si vivants au sein des forces armées et de la Gendarmerie Nationale, Florian Philippot ne se prononce pas pour un "Programme FN beaucoup plus cohérent" avec l’échéance présidentielle de 2017.

Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://ripostelaique.com/la-republi...