Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > La mystification de la propagande LGBT à propos des "enfants (...)

La mystification de la propagande LGBT à propos des "enfants homosexuels"

dimanche 30 novembre 2014, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

La lutte du mouvement de la "Manif pour tous" donne aux classes moyennes, et à la population qui travaille, un regain de force et de vitalité, alors que la plus grande part de la faiblesse des partis politiques, c’est leur opportunisme fondé sur des ambitions personnelles, et un esprit petit-bourgeois, alors que l’absence de projets précis et nettement délimités pour la vie du pays témoigne objectivement de leur vie de parasites et de leur inutilité.
La critique que nous présentons est consacrée au développement détaillé des idées exprimées par la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT pour mettre fin à la tyrannie idéologique de l’État-PS.
La lutte pour la laïcité à l’école, contre l’idéologie des "ABCD de l’égalité", traduit l’intention de mettre en valeur les efforts de la "conscience sociale" des classes moyennes et de la population qui travaille. La lutte du mouvement de la "Manif pour tous" vise à l’exécution de la promesse répétée d’abolir la loi Taubira.
Une des raisons du retard à l’exécution de la promesse d’abolir la loi Taubira est l’échec provisoire de la tentative d’unification de toutes les organisations anti-propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école avec les JRE et les organisations anti-GPA. Les résultats attendus de cette tentative d’unification, si elle avait réussi, auraient nécessité d’exposer, sous un angle objectif, les points de vue différents des JRE de Farida Belghoul en matière d’organisation de la lutte du mouvement anti-propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école, et du mouvement anti-GPA de la "Manif pour tous".
Quoi qu’il en soit, cette réussite du projet d’unification aurait donné l’espoir aux familles et aux parents d’élèves de mettre fin à la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école. Cette tentative, nul ne l’ignore, a malheureusement échoué provisoirement. Il est devenu absolument nécessaire d’engager une lutte décisive contre cette tendance dangereuse et perverse de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école. Cette lutte de la "Manif pour tous" et des JRE de Farida Belghoul doit être déterminée, d’autant plus persistante et susceptible de renaître, sous les formes les plus variées.
Ceci étant, le plan initial de la lutte pour la laïcité à l’école, contre l’idéologie des "ABCD de l’égalité", a été modifié et considérablement élargie par la lutte anti-propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT dans tous les rouages de la société. Cette lutte anti-propagande homosexuelle devrait avoir pour thème principal la question de savoir "qui instrumentalise et qui agit au cœur de la tyrannie idéologique de l’État-PS".
À savoir "qui est au cœur du caractère et du contenu essentiel de l’agitation politique du lobby LGBT".
Les tâches d’organisation du mouvement de la "Manif pour tous" doivent être menées selon un plan de construction d’une réelle organisation de combat, au même titre que les JRE de Farida Belghoul.
Depuis longtemps, ces problèmes de la tyrannie idéologique de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT intéressent les familles des classes moyennes et les parents d’élèves qui se sont efforcés de les soulever, lors de toutes les tentatives de concertation avec différents ministres de l’Éducation nationale socialiste, faites sans succès, pour repousser les "ABCD de l’égalité" à l’école.
Cofondatrice et rédactrice en chef de Yagg, Judith Silberfeld rappelle que l’Inter-LGBT veut nous faire croire que la tyrannie idéologique pro-LGBT de l’État-PS a permis de "consacrer la légalité" des mariages homosexuels. C’est pourquoi, il est aujourd’hui politiquement incorrect de vouloir considérer comme anormale "l’homosexualité pour tous", ce qui correspondrait à cette toute nouvelle forme de maladie mentale dite de "l’homophobie" réactionnaire, tellement politiquement incorrecte.
Aussi, la tyrannie idéologique, malgré le prosélytisme des activistes de l’Inter-LGBT, veut nous faire croire qu’aucune "intervention d’association ne mettra en danger un enfant ou ne le fera devenir homosexuel".
Il faut lire le Yagg de Judith Silberfeld pour bien comprendre la guerre idéologique de l’Inter-LGBT : "il n’y a pas de doutes, l’élu versaillais tient bien des propos homophobes". Si les propos attribués à Fabien Bouglé, "proche de la Manif pour tous", n’ont pas été tenus dans la réalité mensongère mise en scène par une tribune des élus socialistes de la ville de Versailles, pour l’Inter-LGBT, "ceux que l’élu a réellement prononcés sont en réalité pires". On apprend par Judith Silberfeld que l’élu versaillais aurait demandé "quelle mesure serait prise pour éviter l’infiltration du lobby LGBT dans le personnel d’animation", depuis que les familles et les parents d’élèves ont appris et compris que l’idéologie des "ABCD de l’égalité" était le cheval de Troie de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT pour détruire la laïcité à l’école.
Malgré cela, l’Inter-LGBT se demande dans un communiqué : "de quoi ou de qui faudrait-il défendre les enfants", si ce n’est de l’infiltration du lobby LGBT dans le personnel d’animation.
Ce qui est inacceptable pour la tyrannie idéologique de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école et dans tous les rouages de la société, c’est que Fabien Bouglé est un élu "normal", c’est-à-dire un élu "réactionnaire", non intoxiqué par la tyrannie idéologique de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT, lequel élu "réactionnaire" considère : "Je suis pour la liberté de chacun, mais je défends aussi les enfants, cela dans le cadre du devoir de neutralité de l’école publique et privée".
L’interassociative LGBT s’indigne : "L’orientation sexuelle des individus ne saurait être considérée comme inacceptable ou contraire aux bonnes mœurs, et … la République (socialiste) a consacré la légalité des couples de même sexe". Si l’orientation homosexuelle de certains individus ne saurait être considérée comme inacceptable, cela ne rend en aucune façon légitime la tyrannie de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école, contre l’avis des familles et des parents d’élèves.
L’Inter-LGBT ferait bien de s’appliquer à elle-même les règles de conduite et de comportement qu’elle veut imposer aux autres : "Dès lors que l’on considère comme légales des situations inacceptables, il est logique de vouloir en faire la propagande dans les écoles, afin de normaliser une situation contraire aux bonnes mœurs… Ces interventions sont importantes et servent à prévenir les violences et à informer. Parce que les enfants homosexuels ont envie, eux aussi, d’être tranquilles à l’école, et de ne pas se faire insulter…"
Voilà, la messe est dite : "les enfants homosexuels", "Qu’est cela ?" aurait dit le grand Molière. C’est le grand mensonge et la mystification de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école.
La preuve absolue et définitive a été apportée par Judith Butler et la théorie du Gender : "On ne naît pas homosexuel, on le devient". C’est pourquoi "les enfants homosexuels" n’existent pas avant l’irruption des pervers du Gender à l’école socialiste et les exploits pernicieux de David Dumortier, activiste prosélyte avec le soutien appuyé de l’OCCE.