Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > La lutte pour la laïcité à l’école est la lutte contre (...)

La lutte pour la laïcité à l’école est la lutte contre l’idéologie des "ABCD de l’égalité".

vendredi 1er août 2014, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Par le Dr Thierry Ferjeux MICHAUD-NÉRARD, Pédopsychiatre, DEA de Psychologie clinique

On comprend que la question de la liberté d’expression dans les États modernes se pose en raison de "la liaison très forte entre les médias et les appareils politiques" dans l’entreprise de l’information. Comme chacun le sait, les discussions sur la religion, la politique et la philosophie de la vie ne sont jamais terminées. La philosophie aide les citoyens à dépasser les croyances et les opinions futiles, pour atteindre à la véritable connaissance, alors que l’on a trop souvent tendance "à juger". En effet, il est toujours plus facile de porter un jugement prématuré et superficiel, au lieu de faire l’effort de réfléchir, pour essayer de comprendre ce qui se
passe réellement dans le monde qui nous entoure. De l’histoire politique de Rome, on retient que la corruption des élus a été à la mesure de la corruption des mœurs des citoyens. C’est pourquoi, dans un État corrompu, il n’y a plus de place pour la liberté d’expression et pour la liberté de conscience des citoyens, et il est impossible de conserver des lois qui soient non plus partisanes, mais respectueuses de l’intérêt général.

Si les acteurs de la politique ont perdu leur crédibilité, c’est que les hommes politiques ont toujours refusé d’assumer leurs responsabilités. Ce même refus de la responsabilité fait que les gouvernants veulent se donner une image de protecteur, et même de "sauveur", avec l’Aide Médicale gratuite pour tous, aux frais des cotisants qui travaillent. La poursuite du bonheur, bien que légitime, ne saurait être un principe absolu, du point de vue social ou politique. Dans l’Histoire, les croisades philanthropiques ont eu pour but de faire le bonheur des gens. Pourtant, elles ont produit d’effroyables tyrannies. En voulant créer le bonheur à tout prix, l’homme politique ne fait souvent que le malheur des populations.

Si le communisme a promis aux peuples asservis des lendemains qui chantent, avec la destruction du capitalisme, en tant que cause honnie de la misère sociale humaine, l’idéologie sexuelle libertaire du lobby LGBT promet le bonheur, grâce à sa victoire sur les valeurs traditionnelles de l’éducation dans les familles, par la loi de "protection de l’égalité" homosexuelle à l’école de la République. Chacun sait que la nouvelle religion libertaire du lobby LGBT causera les plus grands malheurs des gens qui souffrent dans les quartiers.

L’idéologie sexuelle libertaire du lobby LGBT met en œuvre le processus de destruction du "vivre ensemble" par la politique scolaire de déni de réalité, selon la nouvelle religion libertaire du lobby LGBT pour la promotion de l’homosexualité à l’école de la République. On sait les conséquences désastreuses de la politique scolaire organisée par les idéologues libertaires du lobby LGBT, dont sont victimes les élèves en particulier, et aussi les enseignants. Quand les responsables pédagogiques de l’école de la République, sous la pression de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT, essayent d’imposer aux gens leur conception de la sexualité et du bonheur homosexuel, ils deviennent la cause de tous les malheurs.

C’est pourquoi le législateur américain a construit un "monument constitutionnel" pour protéger les citoyens. Le Premier Amendement garantit que "le Congrès n’établira aucune loi visant à l’institutionnalisation d’une religion, ni à en interdire la libre pratique". Personne aux États-Unis ne remet en cause les garanties morales et politiques de ce Premier Amendement.

Et personne aux États-Unis, et l’autorité légale ou juridique moins que toute autre, ne s’aviserait de soutenir que le bonheur des gens justifie l’imposition, par la contrainte morale ou physique, de croyances politiques, morales, religieuses ou même homosexuelles. Les Pères de la Constitution ont voulu protéger les citoyens américains de tels dangers. Selon eux, les âmes charitables, politiques ou religieuses, devaient se borner à offrir leur "aide" aux "gens" qui la "demandent", sans l’imposer à ceux qui ne la demandent pas.

Pourtant, quand les idéaux sont pervertis et quand les institutions sont corrompues, plus rien ne peut nous protéger de ces âmes charitables, qui sont trop souvent des bienfaiteurs très puissants avec le soutien des activistes du lobby LGBT qui ont la main sur la politique scolaire. Ainsi, aucune escroquerie de langage ne peut masquer le fait que la pression de la propagande homosexuelle entraîne la dépendance sexuelle.

En l’absence de dispositions constitutionnelles, les représentants du lobby LGBT de la politique et les idéologues de la république peuvent se prévaloir de l’autorité morale pour distribuer les rôles institutionnels et les places grâce aux prébendes de l’État. Ensuite, ils ne manqueront pas de définir les règles acceptables des comportements sexuels, au-dessus de la liberté de choix de l’individu et au-dessus de l’indépendance d’esprit des adolescents ainsi pervertis par les activistes du lobby LGBT. Les Pères de la Constitution des États-Unis ont été inspirés par un authentique respect de la liberté de conscience et de la liberté de choix des citoyens.

Malgré cela, bien des gens ont besoin de se soumettre à une autorité morale ou politique. Et on veut nous faire croire que l’autorité serait d’autant plus nécessaire, qu’elle aurait le masque de la politique pour l’égalité et pour la tolérance. De là, les pouvoirs abusifs liés à la "position de domination morale" du lobby LGBT et les pouvoirs idéologiques qui placent les élèves des écoles de la République sous la coupe des charlatans. Les gens veulent croire que les agents de la politique éducative sont pleins de bienveillance et ils s’en remettent à eux en confiance. La conséquence est de faire des enfants des écoles des élèves soumis à la pression de la propagande homosexuelle, et des activistes du lobby LGBT des tyrans.

Tant que les familles n’auront pas appris à séparer nettement l’idéologie faussée des "ABCD de l’égalité" du lobby LGBT, de l’action éducative au service des enfants des écoles et non de la nouvelle religion de l’école de la République en faveur des théories du genre et de la propagande homosexuelle dans les lycées et collèges, les familles tomberont dans le piège que le Premier Amendement de la Constitution des États-Unis a voulu éviter. En France, la Constitution définit une République laïque, une et indivisible. En France, la règle de la laïcité devait garantir la paix civile. La laïcité républicaine a proposé un modèle d’intégration dans l’uniformité, auquel s’opposent aujourd’hui les doctrines du genre et de l’égalité.

Ainsi, au XXI ème siècle, les activistes du lobby LGBT mettent en péril un élément fondamental de la laïcité à l’école. C’est pourquoi, "la morale laïque" de l’école républicaine est en crise. Cette morale reposait sur la croyance dans l’existence d’une morale stable et éternelle, que l’école du XIX ème siècle devait propager en enseignant le "civisme républicain", fondé sur les principes de 1789. Mais la conviction que la science de l’éducation donnerait une base sûre et efficace à la morale, en remplaçant l’idéologie, a échoué.

Au pouvoir de l’idéologie, devait succéder le pouvoir de la raison. Si la propagande homosexuelle à l’école, dans les lycées et les collèges, a fait naître des problèmes moraux inquiétants, elle a remis en cause une vision idyllique des rapports entre l’éducation et la morale. Cette crise morale de la laïcité à l’école constitue, sur le plan juridique et symbolique, une atteinte grave au bon fonctionnement du lien social, grâce à la science de l’éducation en perpétuelle évolution. Les prétentions la nouvelle religion libertaire du lobby LGBT avec les doctrines du genre et de l’égalité, et leur traduction idéologique sous une apparence éducative au service des enfants des écoles, ont succédé aux influences cléricales, dans les institutions de la République.

De ce fait, la logique du lobby LGBT, qui institutionnalise la représentation du genre et de l’égalité, au détriment de la liberté de penser et de choix des enfants des écoles, a pu s’affirmer grâce à l’absolutisme et au totalitarisme de la nouvelle religion libertaire du lobby LGBT. C’est pourquoi, la logique du lobby LGBT ne garantit pas les libertés publiques pour tous les citoyens, ni le respect des droits de l’enfant, ni la participation démocratique des familles aux affaires publiques, face à la corruption, au népotisme et aux vicissitudes des protections politiques. La question de la laïcité à l’école est liée à la "liberté de conscience citoyenne".

C’est cette liberté que les familles considèrent comme le bien suprême et qui fait que la vie en liberté est digne d’être vécue. C’est cette liberté qui a donné à la civilisation de 1789 son caractère spécifique. C’est la liberté de l’esprit qui conduit à la liberté dans la vie politique et sociale. La laïcité est l’idée selon laquelle la liberté de l’esprit appartient de façon inaliénable à l’essence de la personne, selon laquelle "être libre" et "être soi-même" sont des notions identiques. La laïcité touche donc à l’identité. Elle a son origine dans la civilisation grecque, prolongée par l’humanisme de l’Occident chrétien. C’est dans la Grèce antique que la notion de liberté a été développée dans le domaine politique. C’est d’abord la liberté de la patrie pour laquelle le citoyen est prêt à donner sa vie. C’est aussi la liberté politique du citoyen à l’intérieur de la cité. Dans l’Antiquité, l’idée de liberté politique s’est élargie en liberté de l’esprit. C’est cette liberté de l’esprit qui est garantie par la laïcité et qui seule convient au "citoyen réellement libre". La "crise de la laïcité", dont nous vivons aujourd’hui les conséquences, peut être définie comme une crise de la liberté de l’esprit des enfants des écoles et une crise de la liberté de conscience des familles. La liberté de conscience est l’indépendance d’esprit à l’égard des conceptions morales, politiques ou partisanes. La vie intérieure de l’esprit libre est fondée sur la raison et sur la connaissance. Ce sont elles qui permettent l’expression de la libre pensée et de la volonté des hommes et des femmes, en tant que citoyens libres et égaux en droits. C’est précisément cette liberté de l’esprit et de la pensée qui est attaquée quotidiennement par la propagande homosexuelle du lobby LGBT à l’école et dans les lycées et collèges, propagande absurde et insupportable pour tout esprit rationnel.

Si l’on en croit certains théoriciens du marxisme, l’avènement du communisme devait mettre fin à "l’exploitation de l’homme par l’homme" ! Pourtant, il y aura toujours des idéologues qui voudront maintenir les gens dans la misère et l’ignorance pour mieux les dominer. La laïcité est au service des enfants des écoles, parce que la laïcité est avant tout une "exigence morale de la vie démocratique".

La laïcité est un "idéal social" qui devrait mettre fin à toutes les formes "d’exploitation idéologique de l’homme par l’homme", qu’il s’agisse de l’exploitation à des fins politiques, syndicales, morales et sexuelles, notamment de ceux parmi les jeunes qui sont les plus faibles d’entre nous ! Il est clair que la laïcité exige une participation active des familles aujourd’hui à la morale citoyenne. C’est pourquoi le mouvement de la "Manif pour tous" est déterminé à soutenir l’action, parce que le chantier de la laïcité à l’école n’est jamais terminé. En effet, le terrain conquis par la liberté de "conscience" contre l’ignorance n’est jamais définitivement gagné.

Comme l’a remarqué le Général confédéré John Bell Hood, "le combat n’est jamais vraiment terminé et le champ de bataille n’est jamais vraiment conquis". C’est pourquoi nous ne devons jamais renoncer à nos convictions et à nos principes pour continuer à défendre une juste cause. Nous devons faire confiance à nos valeurs démocratiques et travailler avec courage et intégrité pour faire reculer l’emprise déterminée du lobby LGBT à l’école et ses conséquences en matière de corruption sur les mœurs d’aujourd’hui.

Illustration : Charles Escot, L’abbé Hubert lisant aux chandelles