Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > La "gay-politique" et la dictature social-bourgeoise du lobby (...)

La "gay-politique" et la dictature social-bourgeoise du lobby GOF-LGBT

lundi 28 décembre 2015, par Christian Scherer

En 2012, Hollande l’audacieux s’empare du pouvoir et met en place sa dictature social-bourgeoise. Cela signifie que la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby GOF-LGBT, et la réalisation du socialisme de déconstruction des valeurs familiales traditionnelles, sont devenues les questions idéologiques prioritaires qui sont dès lors mises à l’ordre du jour. C’est un problème auquel les familles, la population qui travaille et les classes moyennes en tant que telles étaient les moins préparées idéologiquement, car la "gay-politique" de la social-démocratie impérialiste et bobo-libertaire a toujours traité les questions des minorités sexuelles comme de simples questions "sans rapport avec l’évolution d’ensemble des sociétés réellement démocratiques".
La "gay-politique" de la dictature social-bourgeoise du lobby GOF-LGBT, avec le mariage homosexuel pour tous et la PMA/GPA, est sans lien avec les problèmes essentiels de la société démocratique. Elle ne peut jamais dépasser effectivement et concrètement "l’horizon de la société social-bourgeoise" des bobos.
C’est pourquoi le "mariage homosexuel pour tous" conféra ainsi au "social-populisme de Hollande" le caractère d’une "utopie dangereuse et mensongère" aux yeux des familles et de la population qui travaille.
Malgré cela, le but final de la "gay-politique" de la social-démocratie impérialiste et bobo-libertaire n’a pas pu fausser, un seul instant, la vision morale juste des classes moyennes, de la population qui travaille, et des familles, à propos des problèmes quotidiens provoqués par Hollande l’audacieux. Ce sont non seulement les problèmes politiques et économiques, mais aussi les problèmes moraux et les équilibres sociaux. C’est pourquoi la république socialiste se transforme, en elle-même, par son but final, en utopie de déconstruction.
Cette régression à l’utopisme intello-bobo-libertaire a pris la forme de la "gay-pride" médiatique et la forme de "l’utopie gay-politique" de Hollande comme un substitut trivial et sexuel-ludique à une vraie politique. Elle s’exprime surtout dans le fait que le "social-populisme de Hollande" apparaît aux yeux des électeurs, non pas comme un processus de développement, mais comme étant un processus de "désagrégation sociale".
Autrement dit, si on n’analyse les problèmes honteux du "social-populisme de Hollande" que lorsqu’on les pose seulement sous l’angle des questions faussées de la propagande homosexuelle soi-disant culturelle, aucune des solutions techniques et économiques favorables ne sont plus possibles, car le social-populisme est déjà entré dans la phase de déconstruction du pays et de sa "désagrégation morale et pratique".
Il est clair que le mouvement de la "Manif pour tous" est quasi le seul acteur qui soulève la question de savoir comment une telle situation a pu être imposée socialement, par quels rapports de domination de la dictature social-bourgeoise, et sous quelles formes politiques, les familles, la population qui travaille et les classes moyennes pourront s’organiser rationnellement, au moment historique où le mouvement de la "Manif pour tous" s’attelle à la tâche de la modification/abrogation de la loi gay-friendly-Taubira/PMA/GPA.
De même le mouvement de la "Manif pour tous" vise à la désagrégation pratique du "social-populisme de Hollande". Si le lobby GOF-LGBT a visé très exactement l’aménagement du "mariage homosexuel pour tous", il n’a pas pu montrer au peuple de France la voie qui permet de réaliser le porno-gay dans les cœurs.
C’est pourquoi, ceux qui ont été contaminés par le poison de cette pensée sont forcés de percevoir les prémices de la désagrégation pratique du "social-populisme de Hollande", tout comme les problèmes de la déréalisation de l’utopisme intello-bobo-libertaire, dans une perspective porno-gay moralement déformée.
L’erreur de cette "gay-politique", de la social-démocratie impérialiste bobo-libertaire, va si loin qu’elle s’empare, non seulement de la pensée des opportunistes, pour lesquels le social-populisme reste toujours un but possible, mais elle conduit aussi des socialistes sincères à des conceptions homosexuelles erronées.
Ceux-ci, qui représentent une grande partie de la gauche, ont bien vu le processus de désagrégation pratique du "social-populisme de Hollande" et de la social-démocratie bourgeoise usurpatrice. Les familles, la population qui travaille et les classes moyennes sont en lutte contre les "abus de pouvoir porno-gay", en tant que processus profondément destructeur des "fondements spirituels de la famille et de la société".
C’est pourquoi, la ligne Bleu-Marine, en relation avec les questions pratiques quotidiennes, combat ceux qui sont incapables d’intégrer, dans un ensemble national, la situation matérielle et morale des familles, après la conquête du pouvoir de Hollande l’audacieux, en 2012, et les problèmes concrets qui en découlent.
Face à cette situation politique et morale absurde, issue des utopistes porno-gay qui infiltrent tous les rouages de la république socialiste, force est de constater le réalisme admirable avec lequel le mouvement de la "Manif pour tous" a traité tous les problèmes des familles pendant la dictature des petits-bourgeois du lobby GOF-LGBT contre le peuple. C’est ce qui lui a valu la considération des familles, même quand le mouvement de la "Manif pour tous" a dû subir les mensonges des social-bourgeois et la répression des forces de police politique, comme la forme violente de la tyrannie idéologique des fraternités GOF-LGBT et de l’État-PS.
Les actions militantes du mouvement de la "Manif pour tous" ne sont rien de plus que l’application conséquente du militantisme anti-GOF-LGBT, né de la réflexion des familles, face aux problèmes, désormais actuels, du "social-populisme de Hollande". Il est très peu question du fait politique existant, tant il est enfermé dans les conceptions abstraites de l’utopisme intello-bobo-libertaire et dans une perspective social-populiste porno-gay moralement déformée. C’est pourquoi la "gay-politique" utopiste de Hollande ne peut conduire à sa réalisation. C’est pourquoi, il ne n’est pas possible de concevoir concrètement, dans ses détails, la réalité du "social-populisme de Hollande", et sa réélection imaginaire, comme une perspective réellement existante.
La décadence du "social-populisme de Hollande" est, comme l’utopisme lui-même, le résultat de la déconstruction du pays et de la désagrégation politique de la social-démocratie impérialiste bobo-libertaire.
La lutte qui est menée par le mouvement de la "Manif pour tous" doit aider les familles, la population qui travaille et les classes moyennes à y parvenir. La "conscience politique" des familles, de la population qui travaille et des classes moyennes ne leur est donnée que "dans la lutte" contre la "gay-politique" utopiste de Hollande et "par elle". Pour parvenir à cette vraie "conscience politique", la lutte pratique du mouvement de la "Manif pour tous" doit emprunter la voie, non pas métaphysique, mais la voie des réels rapports dialectiques avec les vrais problèmes quotidiens des familles, de la population qui travaille et des classes moyennes.


Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://ripostelaique.com/la-dictatu...