Accueil > L’avenir de nos enfants > La dernière manifestation interdite aux Champs-Elysées remonterait au 11 (...)

La dernière manifestation interdite aux Champs-Elysées remonterait au 11 novembre 1940

- vers un printemps français ?

jeudi 21 mars 2013, par Christian Scherer

« À la démocratie, Marianne reconnaissante ». Le 20 mars au Panthéon, plusieurs centaines de jeunes ont assisté à l’enterrement de la démocratie pour protester contre l’interdiction par la Préfecture de police de Paris de défiler sur les Champs-Élysées contre la dénaturation du mariage ce dimanche


Le discours :

"A l’heure où la passion effrénée de l’égalité traverse le code civil au nom de la République, dans la quasi indifférence médiatique et politique, la démocratie s’est amputée de la liberté de manifester. Ses obsèques font suite à trois mois de martyr pendant lesquels tous les prétextes furent bons pour lui porter le fer.
Ici, au Panthéon, reposent les grands hommes dont la pensée et l’action ont remué l’histoire. Dans les pierres de ce temple habite le pluralisme de la pensée française, aujourd’hui étendue sur un lit de Procuste. Nous sommes le temple discret de la mémoire de ce pays, et ne ferons jamais le deuil de la démocratie, en nous elle ne cessera jamais d’exister.

J’aimerai vous lire pour conclure ces quelques mots de l’éloge funèbre d’Anatole France à Emile Zola, inhumé ici, à propos du climat général qui régna en France avant la publication du célèbre « J’accuse » :
« Avec le calme et la fermeté que donne le spectacle de la mort, je rappellerai les jours obscurs où l’égoïsme et la peur étaient assis au Conseil du Gouvernement. L’iniquité commençait à être connue, mais on la sentait soutenue et défendue par de telles forces publiques et secrètes, que les plus fermes hésitaient. Ceux qui avaient le devoir de parler se taisaient. Les meilleurs, qui ne craignaient pas pour eux-mêmes, craignaient d’engager leur parti dans d’effroyables dangers. Égarée par de monstrueux mensonges, excitée par d’odieuses déclamations, la foule du peuple, se croyant trahie, s’exaspérait. Les chefs de l’opinion, trop souvent, caressaient l’erreur, qu’ils désespéraient de détruire. Les ténèbres s’épaississaient. Un silence sinistre régnait. » Eloge funèbre d’Anatole France à E Zola.

Ces mots d’un autre âge résonnent comme un écho dans notre histoire de France. Heureusement, à cet instant, 3 jours nous séparent d’une manifestation d’opposition à la dénaturation du mariage civil. Ne craignez rien mes amis, car depuis des mois, les nombreuses mises à l’épreuve du peuple d’espérance sont l’unique chemin par lequel il rendra le monde meilleur et même peut-être, au peuple, sa dignité."

Voir aussi

- Les manifs interdites sur les Champs-Elysées : info ou intox ? (huffingtonpost)
Si la Saine Saint-Denis veut débarquer sur les Champs-Elysées, qu iosera l’arrêter ?
- La mort de Gavroche, par Victor Hugo


Voir en ligne : http://www.ndf.fr/nos-breves/20-03-...