Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > La "confiscalisation" des entrepreneurs, une arme de dissuasion (...)

La "confiscalisation" des entrepreneurs, une arme de dissuasion massive

jeudi 31 mars 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Aux USA, les riches veulent nous faire croire qu’ils doivent payer plus d’impôts ! Pour Anthony Alberti, "la nouvelle a de quoi surprendre, et pourtant, 40 millionnaires résidant dans l’État de New York ont demandé à leur gouverneur, Andrew Cuomo, ainsi qu’aux hauts responsables de l’État, d’augmenter les impôts des citoyens les plus riches. Reste à comprendre pourquoi" : là est la vraie question !
Si on veut bien comprendre le sens de ce "gros mensonge", il faut savoir qu’en 2011, "il y a cinq ans déjà, le milliardaire Warren Buffett avait défendu l’idée d’accroître la charge fiscale sur les plus riches (dont il faisait partie) afin de rééquilibrer l’effort national consenti par l’ensemble des Américains".
La mystification était la suivante : "Selon lui, au-delà des montants collecté, les impôts représentent toujours une charge plus importante pour les plus pauvres, au regard de leurs revenus : prélevez 80% des revenus annuels d’un milliardaire et il lui restera toujours de quoi assurer son train de vie fastueux.
"Mais réduisez simplement de 10% les revenus d’un ménage modeste et il sera peut-être alors dans l’impossibilité de payer son loyer en plus de ses dépenses quotidiennes".
La suite est édifiante : tous les milliardaires ont assuré Obama que leur soi-disant demande de sur-imposition des plus riches ne suffirait pas et qu’il fallait augmenter les impôts des classes moyennes, qui sont beaucoup plus nombreuses. Ce qui fut fait. Cinq ans plus tard, tous les milliardaires ont plus que doublé leur fortune, alors que les classes moyennes sont de plus en plus pauvres !
Dans la série des "gros mensonges", le "retourneur de veste" Julien Dray, toujours à prêt à servir la soupe à Hollande, vient affirmer à la télé que la France a un "bon président" ? ! ! Julien Dray veut ignorer cet aphorisme : "Si tu traites seulement la branche qui paraît malade sans te demander si le reste de larbre est sain, alors la pourriture qui ronge son tronc finira quand même par le tuer."Cité par Anthony Alberti.
Julien Chabrout écrit dans le Figaro que "le conseiller régional socialiste d’Île-de-France a vanté les mérites de Hollande… dont il est un proche. "Ce président a tenu bon et a été à la hauteur des événements". Pour l’élu socialiste, Hollande "a protégé notre modèle social"… "C’est un bon président"…
Julien Dray dit "faire attention aux formules" et n’aime pas que l’on "stigmatise" le pauvre Hollande.
"Depuis vingt ans, il y a une ghettoïsation urbaine. Cela donne lieu à une montée de la délinquance et à des noyaux islamistes"… Alors que certains élus locaux sont accusés de laxisme devant la radicalisation, Dray a estimé que "le trafic des stupéfiants est devenu une industrie dans certains quartiers"… "Dans les quartiers, nous manquons de travailleurs sociaux, d’animateurs et de maisons de quartiers", a-t-il regretté."
En 2016, les motivations des socialistes n’ont pas changé. Sur le principe, l’intention est donc louable, mais en 2016, peut-être faut-il chercher ailleurs la réponse à la délinquance que dans les aides sociales… Mais il y a peu de chance que des actes concrets suivent les mots du "retourneur de veste" Julien Dray.
Possible aussi que cela serve encore la soupe aux assistés, dont la sensibilité politique est plus sociale aujourd’hui qu’hier pour la gabegie de l’État-Providence pour tous les migrants au retour d’Allemagne.
Xavier Timbeau, économiste à l’OFCE, constate que "l’Allemagne a finalement pris conscience" du caractère de plus en plus instable de la construction monétaire de la zone euro qui a cru pouvoir se passer d’une union politique commune. C’est pourquoi, il envisage le risque d’éclatement de la zone euro, quand la Banque fédérale d’Allemagne accélère le "rapatriement de ses réserves d’or déposées à l’étranger" :
"Officiellement, cette opération s’inscrirait dans une politique de stockage prévue de longue date. Mais officieusement, on ne peut (que) constater une certaine précipitation (initialement, la récupération de l’or déposé à l’étranger devait intervenir à l’horizon 2020)… Ce sont surtout "les coffres de la Banque de France" qui ont été vidés, puisque finalement les États-Unis et le Royaume Uni devraient continuer à détenir de l’or allemand". Les Allemands montrent une nouvelle marque de "défiance envers la France" qui ne plaide pas en faveur d’une "Union forte". "La récente crise des migrants fut un test de cette solidité que l’Europe a raté".
Dans le même temps, il semble bien que les États-Unis soient en guerre contre la vieille Europe. Pour Anthony Alberti, comment "ne pas voir la main de l’Arabie saoudite derrière le financement des terroristes qui se revendiquent de Daesh… Et on peut se demander si l’objectif visé par ces attentats n’est pas lié aux intérêts saoudiens… L’effondrement des cours du pétrole a coûté cher aux pays du Golfe, à commencer par l’Arabie saoudite qui, non seulement a perdu beaucoup d’argent dans cette guerre de l’or noir, mais aussi sa position hégémonique sur le marché du brut en faveur de la Russie qui contrôlerait 73% de l’offre mondiale aujourd’hui. Cette stratégie visait à laminer le marché de pétrole et de gaz de schiste des États Unis…
"L’Arabie saoudite sait que le temps est compté avant qu’elle n’ait plus les moyens d’assurer sa stratégie de sur-production destinée à noyer les Américains… elle a été contrainte de lâcher du lest, sous la pression des autres pays de l’Opep qui n’avaient la même capacité à supporter des cours aussi bas".
Les attentats en France ou en "Belgique, siège des principales institutions européennes peuvent être vus comme des "symboles de la volonté de désorganiser l’Union Européenne", déjà fragilisée par la crise des migrants, la faillite des pays du Sud et l’incertitude planant sur un éventuel Brexit".
"Peut-être payons-nous le prix d’une guerre qui ne nous concerne pas, une guerre économique entre les pays du Golfe d’un côté et les Américains de l’autre. Une guerre où le pétrole vaut plus cher que le sang et où la seule religion réellement concernée est celle du Dieu-dollar".
Moralité : il faudra encore augmenter les impôts des classes moyennes qui devront encore payer !


Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://ripostelaique.com/confiscali...