Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > L’Union Européenne et les migrants : Bienvenue à Cologne, et après (...)

L’Union Européenne et les migrants : Bienvenue à Cologne, et après venez chez nous !

lundi 11 janvier 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

L’Union Européenne bureaucratique est la mort de la démocratie contre les peuples. C’est pourquoi l’Union Européenne veut méconnaître et même nier la menace djihadiste-immigrationniste dont elle est l’objet. Elle est soumise à la propagande immigrationniste affairiste des Merkel-Gattaz, au détriment des peuples.
L’Union Européenne bureaucratique répugne à prendre les mesures propres à y remédier et Hollande ne se réveille que lorsque le danger est devenu mortel et évident, après les attentats terroristes. Mais alors, on se demande pourquoi et comment le temps lui a manqué pour agir et le conjurer après les "Tous Charlie !"
On comprend que, pour Hollande, le prix à payer après le coup foireux du Bataclan devient accablant. À l’ennemi extérieur, le Califat, qualifié d’organisation État Islamique en Irak et en Syrie, aujourd’hui en Libye, Hollande, dont toute l’énergie intellectuelle est consacrée à réfléchir à sa ré-élection imaginaire, oppose toute la faible puissance économique et militaire dont il dispose, pour se soumettre à l’impérialisme des États-Unis.
Toutes les armées de l’organisation État Islamique sont tournées vers la destruction du monde soi-disant libre et démocratique, quand la démocratie des peuples est gravement pervertie, affaiblie et dépravée.
Le Califat, qualifié d’organisation État Islamique, ajoute les ennemis de l’intérieur de la démocratie, soutenus moralement par les bi-nationaux, dont la place jusqu’au sein du gouvernement est inscrite dans les règles mêmes de la république socialiste. Le totalitarisme de l’organisation État Islamique égorge et liquide tous les ennemis intérieurs. Ensuite, il est déterminé à agir en France, en Europe, en Russie et aux USA, contre l’Occident Chrétien, en pleine décomposition morale, du fait de l’impérialisme gay-mondialiste.
L’Union Européenne bureaucratique empêche tout début d’action de la part des pays membres, grâce à des moyens odieux, et des pressions infaillibles et antidémocratiques, contre la Pologne ou la Hongrie. On comprend que la démocratie des peuples ne peut se défendre contre la tyrannie idéologique bureaucratique des incompétents de l’Union Européenne, même en cas de danger imminent. L’ennemi intérieur GOF-LGBT, contre la démocratie du peuple, joue une partie honteuse, car il exploite le droit des minorités, inhérent à la démocratie, même contre la majorité. La propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT cache, avec adresse, non seulement le prosélytisme gay à l’école, derrière l’idéologie des "ABCD de l’égalité", mais aussi le dessein de détruire la démocratie elle-même, dans sa recherche active du pouvoir gay-mondialiste absolu.
L’Union Européenne bureaucratique est "contre la démocratie". L’UE est ce régime faible, aux mains des politiciens, qui est offerte à tous ceux qui veulent l’abolir, avec la possibilité extraordinaire de s’y préparer dans la légalité, conformément au "droit d’asile pour tous les migrants". Ils sont à même de recevoir par là tout l’appui nécessaire par les activistes de la CEDH, la bureaucratie insigne de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. "L’ultra-droitdel’hommisme" de la CEDH, c’est la priorité du droit des étrangers et des migrants sur les droits des peuples. Ce sont ces activistes infiltrés qui manipulent l’État-PS et l’UE ouverte et ultra-libérale de Schengen. C’est l’extrémisme libertaire de la gauche ultra qui explique l’appel irresponsable de Merkel pour l’accueil de "toute la misère du monde", au détriment des peuples européens.
Alexis de Tocqueville a écrit : "Ce qui jette la confusion dans les esprits, c’est la manipulation des mots : démocratie, institutions démocratiquesTant qu’on refusera de les définir clairement, le peuple vivra dans la confusion inextricable, au grand avantage des démagogues et des despotes".
C’est pourquoi, l’ennemi intérieur, l’allié objectif de l’ennemi extérieur, peut agir sous le couvert du "Padamalgam" des migrants, sans que cela passe pour une violation du pacte social. Nicolas Barotte écrit sur lefigaro.fr : "Par groupe de 20 à 40, des hommes souvent alcoolisés de moins de 30 ans, d’origines arabes ou nord-africaines, selon les témoins, ont agressé des femmes mêlant vols à la tire et attouchements… Ces "agressions sexuelles de masse", selon les termes employés par la police de Cologne, ont suscité l’indignation dans toute l’Allemagne. La chancelière Merkel a exprimé sa "révolte" face à ces "agressions scandaleuses" (et tellement antichrétiennes !) Dans un contexte de tension, lié au défi de l’intégration d’un flux sans précédent de (migrants) dans le pays, le profil des agresseurs provoque le malaise.
"Heiko Maas, le ministre de la Justice, a mis en garde contre toute généralisation (le Padamalgam). L’apparence des agresseurs "ne doit pas conduire à faire peser une suspicion générale sur les (migrants) qui… viennent chercher une protection chez nous", a renchéri le ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière.
"Rien ne permet de penser pour l’instant que des demandeurs d’asile seraient impliqués", a indiqué la très bienveillante socialo-populiste maire de Cologne Henriette Reker, "Nous ne pouvons pas tolérer de zone de non-droit dans la ville." Cécile Boutelet a écrit dans Le Monde de gauche : "Une vague d’indignation a saisi l’Allemagne à la suite d’une série d’agressions contre des femmes, survenues près de la gare centrale de Cologne. Des agressions sans précédent, dont le pays n’a saisi l’ampleur que mardi 5 janvier.
"Depuis trois jours, les plaintes se multiplient : mardi, 90 femmes avaient déclaré à la police avoir été agressées, notamment sexuellement, par des hommes décrits par les autorités comme "d’origine arabe et nord-africaine". Selon les autorités, le nombre réel des victimes est beaucoup plus élevé. Les enquêteurs ont rapporté des vols et des blessures. Selon le récit de la police, entre 500 et un millier d’hommes, âgés de 18 à 35 ans, se sont rassemblés sur la place à partir de 21 heures. Certains ont tiré des feux d’artifice "contre la foule de façon si dangereuse" que la place a dû être évacuée par la police peu avant minuit…
"Dans les heures qui ont suivi, certains hommes, dont le nombre est évalué entre 20 et 40, ont encerclé, harcelé et dévalisé des femmes qui étaient sur la place. "C’est une nouvelle dimension de la violence, nous n’avons jamais vu ça", a déclaré le président du syndicat de la police en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Dans une Allemagne où les rapports entre hommes et femmes sont en général très respectueux et où les femmes sont peu importunées dans la rue, ces informations ont créé un choc.
"La police de Cologne… très critiquée, notamment par le ministre de l’intérieur, Thomas de Maizière, pour n’avoir pas su empêcher des agressions au pied de la cathédrale, a reconnu "une erreur de jugement".
Pour L’Obs de gauche : L’agression d’une centaine de femmes à Cologne "relance le débat (interdit par la bien-pensante fille de pasteur, Angela Merkel) sur les migrants
"Le ministre de la Justice a mis en garde contre toute "instrumentalisation" dans un pays où l’afflux de (migrants) a suscité de vives tensions… Le ministre de l’Intérieur a abondé contre "la suspicion (légitime) généralisée" à l’égard des (migrants)… Il a demandé aussi qu’il n’y ait "pas de tabou"… La police n’a fait état d’aucune arrestation… Ce contexte où l’Allemagne accueille des centaines de milliers de (migrants) est utilisé par les anti-immigrations… Il n’en fallait pas moins pour mettre le feu aux poudres…
"Plusieurs personnalités politiques ont commencé à lier l’événement à l’accueil des migrants. "Est-ce que l’Allemagne est suffisamment ouverte sur le monde et multicolore pour vous, Madame Merkel ?", a lancé Frauke Petry, la patronne du parti populiste Alternative für Deutschland (AfD). Au sein de la coalition gouvernementale, les conservateurs bavarois de la CSU, qui tempêtent depuis des mois contre la politique (immigrationniste absurde) de la chancelière, ont trouvé matière à alimenter leurs griefs.
"Si des demandeurs d’asile ou des réfugiés se livrent à de telles agressions [...] cela doit conduire à la fin immédiate de leur séjour en Allemagne", a lancé Andreas Scheuer, secrétaire général du parti…"
Sarah Diffalah écrit dans L’Obs : "Ce que l’on sait du nouveau "Jihadi John" qui menace le Royaume-Uni… Les médias britanniques l’ont surnommé le "nouveau JihadiJohn", en référence au djihadiste Mohamed Emzazi, bourreau… de cinq otages occidentaux, et… tué dans une frappe américaine mi-novembre. Il est apparu dans une vidéo de propagande de l’État islamique (EI), où il menaçait d’attaques en Grande-Bretagne et se moquait du Premier ministre David Cameron, montrait l’exécution de cinq hommes, qu’il a présentés comme des "espions" à la solde du gouvernement britannique… Mardi 5 janvier, citant une source officielle, la BBC affirme qu’il s’agit de Siddharta Dhar, connu sous le nom de Abou Rumaysah, 32 ans, qui a fui en Syrie, en septembre 2014, alors qu’il était en "liberté sous caution". Les autorités britanniques n’ont pas confirmé…"
"Siddharta Dhar n’est pas un inconnu. De confession hindoue, converti à l’islam il y a plus de 10 ans, ce fût l’une des figures de "l’islam radical" londonien (habitué à) s’exprimer dans les médias… En août 2014, un mois avant de rejoindre l’EI, il expliquait, lors d’une émission à la BBC, pourquoi il souhaitait rejoindre "le califat" : "Quand je regarde la Grande-Bretagne,… la société (porno-gay) est largement basée sur la nudité et la pornographie. Ce n’est pas le genre de société sous laquelle veulent vivre les musulmans pratiquants."


Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://lagauchematuer.fr/2016/01/11...