Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > L’UMPS, c’est la Grande Truanderie du "Sursaut Ripoublicaïn"

L’UMPS, c’est la Grande Truanderie du "Sursaut Ripoublicaïn"

mercredi 16 décembre 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

La mystification généralisée des Régionales, par la propagande honteuse UMPS de 2015, a instillé le poison Ripoublicaïn qui a contaminé toute la campagne et empoisonné les esprits par la peste néosocialiste des Juppé-Bayrou. Cela a dévasté les valeurs traditionnelles des campagnes de France, et favorisé le scrutin des villes socialo-bobotisées. Le retour du "Sursaut Ripoublicaïn", c’est la victoire obscène des social-traîtres.
La contamination de la "Ripoublicaïnisation des esprits" est encore pire que la "peste socialiste".
C’est ce complot de la Grande Truanderie que Nadine Morano a voulu dénoncer, face au couple de la mésalliance minable de Sarkobadélis. Le couple Sarkobadélis, c’est la nullité avérée du discours politique.
Le sermon du pape Nostradamus du chômage, c’est la réponse de Hollande face au défi de la réalité.
Le sermon de la COP21, c’est la réponse de la panique politique mondialiste à la tragédie du peuple, intoxiqué par la propagande socialo-populiste qui a si gravement blessé la France, et le pays réel. Elle a aussi précipité la vie publique, soumise à la politique socialo-mondialiste d’Obama, dans un abîme de médiocrité.
C’est pourquoi "Les fraternités socialo-mondialistes de la COP21" nous mènent en pédalo ! Hollande, avec sa gabegie socialo-populiste et son addiction à la dette, joue le jeu d’une "UE entièrement soumise aux diktats de l’impérialisme américain mondialiste d’Obama" et des affairistes milliardaires made in USA.
Ceux qui ont joué, dans cette "mésaventure mondialistes de la COP21", un rôle essentiel, présent et passé, comme Al Gore, I’Américain politicien irresponsable, sont connus pour la continuation de la gabegie énergétique américaine. Le sermon de la COP21, c’est : "Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais". La gabegie énergétique doit rester le "triste privilège des riches" et des affairistes mystificateurs.
Les verts sont les idiots utiles de I’impérialisme énergétique des riches, contre les pauvres qui doivent toujours se serrer la ceinture. "Les fraternités socialo-mondialistes de la COP21" de Hollande sont connues parce qu’elles ont eu d’importantes responsabilités politiques dans la tyrannie idéologique de l’État-PS, dans la lutte contre la laïcité à l’école, avec l’idéologie des "ABCD de l’égalité" et la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby GOF-LGBTQ. Ce sont les activistes infiltrés qui manipulent l’État-PS et l’UE, ouverte et ultra-libérale de Schengen. La CEDH "ultra-droitdel’hommiste", c’est l’extrémisme libertaire de la gauche ultra, c’est le regroupement familial irresponsable de "toute la misère du monde", au détriment de la politique de la famille française. "L’ultra-droitdel’hommisme" de la CEDH, c’est la bureaucratie insigne de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, c’est la priorité du droit des étrangers sur le droit minoré des Français. La France doit payer pour l’accueil irresponsable de tous les étrangers, selon les lois absurdes de l’Union Européenne.
La France devra encore payer pour les fraternités socialo-mondialistes éco-fiscalistes de la COP21.
Les attentats politico-médiatiques et le terrorisme intellectuel anti-FN ont pulvérisé la nature même du débat démocratique, confisqué par la propagande mensongère de l’UMPS. La sécurité des institutions, et des élus de l’UMPS, est la première des libertés dans la lutte contre le chômage des élus-planqués, ceux-là qui, souvent, n’ont même jamais travaillé, ni jamais gagné honnêtement leur vie de petits-bourgeois politicards.
Dans ses "Écrits politiques sur la première décade de Tite-Live", Nicolas Machiavel (4 mai 1469 – 22 juin 1527), traite de la confiance dans les institutions : "Toute institution doit persuader les gens de croire en sa mission et en ses conceptions". (Machiavel, Œuvres complètes, La Pléiade, © Gallimard, 1952).
Les institutions, ici, c’est ce que Marine décrit comme le "système UMPS" en place.
L’UMPS se comporte ainsi : "Toute institution qui veut se maintenir en place, à l’abri des convoitises, doit conserver ses principes, son enseignement, sa respectabilité, ses habitudes, son cérémonial et ses rituels dans toute leur pureté, parce qu’il n’y a pas de signe plus sûr de la ruine d’une institution que l’oubli des habitudes. La routine d’une institution est le principe le plus sûr de la prospérité et de sa respectabilité.
"Quand la logique (impose de) passer à l’action… les bureaucrates savent profiter si adroitement des circonstances et les contourner avec art et prudence, que jamais la routine ne paraît contrariée. L’institution obtient toujours des dispositions qui doivent lui obtenir les plus grands avantages… Les bureaucrates, voyant les chances du succès et ne voulant pas perdre une occasion avantageuse, savent concilier les missions avec la tradition, sans manquer en rien à la routine. Les bureaucrates qui se conduisent différemment sont punis ou récompensés, non pas parce qu’ils ont réussi ou échoué, mais seulement pour s’être comporté envers les autorités, soit avec prudence et ménagements, soit avec insolence.
"La routine d’une institution a pour but d’inspirer aux édiles cette confiance qui est le garant le plus assuré de la pérennité. Quand la routine est employée à propos, elle sert à maintenir la continuité. Les institutions savent utiliser la routine pour (se) maintenir. Quand les institutions sont corrompues et ne fonctionnent plus que conformément aux désirs des élus politiques et des puissants, et quand leur mystification a été découverte, les usagers sont incrédules et capables de refuser l’ordre établi.
"Les responsables doivent maintenir les bureaucrates utiles à l’institution… En conséquence, pour la survie de l’institution, tout ce qui favorise la routine est juste, même si on en reconnaît la fausseté. On doit maintenir la routine à tout prix, (quand) on a la sagesse et la connaissance de la nature humaine. Dans bien des institutions, c’est le "mauvais exemple" des dirigeants qui a détruit toute confiance, en prônant des réformes, en prenant des responsabilités et des décisions. De là, des désordres à l’infini."
Les hommes de science gardent toujours l’esprit ouvert à toutes les informations sur les éléments politiques susceptibles de réfuter les théories et les stratégies inefficaces. De sorte qu’en éliminant peu à peu les erreurs tactiques et les approximations stratégiques, on parvient à cerner de mieux en mieux cette vérité fondamentale que l’on recherche pour la conquête du pouvoir politique. Si nous recherchons cette ouverture d’esprit, nous nous rendons compte que notre pessimisme actuel relâche sa pression. On sait que le "désir d’avoir toujours raison" est l’attitude stérile consistant à penser systématiquement que les autres ont tort. La liberté de corriger soi-même ses erreurs, c’est la faculté de s’approprier et d’exploiter de nouvelles idées et de nouvelles méthodes "pour préparer la victoire". Beaucoup de militants sont fermement convaincus, depuis de nombreuses années, que "le fait d’accuser les autres" ne leur porte aucun préjudice en politique.
Sans forcément se prendre pour des partisans "certains d’avoir toujours raison", bien des militants veulent croire que leur façon de penser est différente des autres partis et qu’ils n’ont nul besoin d’entreprendre un changement de stratégie et de tactique, que la réalité de la Grande Truanderie du "Sursaut Ripoublicaïn" impose en politique. Si on finit par reconnaître que les erreurs tactiques et les approximations stratégiques ont attiré ces ennuis, la plupart des partisans sont convaincus de pouvoir les régler seuls, par leurs propres moyens, sans l’aide d’un conseiller politique spécialement formé à la propagande efficace "non menaçante".
Bien sûr que la ligne Bleu-marine doit se construire une vraie "idéologie nationale en béton". Bien sûr que l’agitation populaire "intelligente" (non provoquante skin ni violente) sera un complément très nécessaire.
Le couple Hollande-Gattaz va continuer de plus belle, tant que la France n’aura pas touché le fond de la dette, du chômage pour tous, de la fiscalité, de l’insécurité, des roms, de l’islamisation, de l’immigration, des guerres inutiles et coûteuses, des prochaines prises d’otages et des attentats à venir. C’est pourquoi, avec le CO2 sur-fiscalisé, le couple Hollande-Gattaz espère toucher le pactole. Pour eux, c’est très bien ! Mais pour les peuples, ils ne sont pas aussi cyniques et ils ne sont pas loin de penser qu’ils n’en ont pas besoin !
L’arnaque du vote UMPS, pour la Grande Truanderie du "Sursaut Ripoublicaïn", prive le peuple de toute aide efficace en "condamnant la porte des régionales" à la seule ligne de défense, la ligne Bleu-Marine.
Derrière cette porte close de la "mystification généralisée des Régionales", par la propagande UMPS, la gabegie de Hollande, évidemment, se poursuivra de plus belle. Il faudra que le peuple de France touche le fond de la misère et du désespoir, avant de parvenir à entrebâiller cette porte UMPS, pour laisser pénétrer quelques lueurs d’espoir et attendre quelques secours de la ligne Bleu-Marine. Au soir de ce triste dimanche d’élection volée, Marine a bien dit tout ce qu’il fallait dire, malgré la tourmente et Florian n’a pas été mal. On sait que Marion a été remarquable, entre les deux tours, contre le piètre politicard opportuniste Estrosi.
Comme Marine n’a pas eu à brûler ses navires, l’invincible armada patriote a toutes ses chances, question de stratégie. Il est bon de relire Sun Tzu et Machiavel. Il faut songer aux militants, surtout les jeunes, pour leur donner du bon grain à moudre et les préparer aux changements de stratégie et de tactique à venir.

Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://www.lelibrepenseur.org/lump-...