Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > L’état d’urgence des régionales avec la Voix du Nord : la (...)

L’état d’urgence des régionales avec la Voix du Nord : la France a vraiment peur !

mercredi 2 décembre 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Avec la Voix du Nord, c’est l’effondrement d’un monde fini, celui d’une presse libre au service du bien public et de l’information honnête et vérifiée. Avec la Voix du Nord, c’est la fin de la désintégration du système socialiste du Rougeaud de Lille, le riche bourgeois qui a dominé la métropole lilloise, pour maintenir les petites communes sous sa houlette usurpatrice.
Avec la Voix du Nord, c’est la preuve que le système socialiste est à bout de souffle.
Avec la Voix du Nord, c’est l’œuvre anti-sociale sinistre des riches socialistes et le coup d’État permanent de la grande bourgeoisie lilloise, contre le peuple. Avec Marine, ils seront renvoyés aux oubliettes de l’histoire.
Avec Marine, on ne badine plus avec l’engagement politique de la Droite Nationale. Le PS du Nord est profondément blessé par la corruption de ses élus, et échaudé par l’échec annoncé du PS aux régionales.
Les caprices de Pierre Gattaz, avec le relais politique de la Voix du Nord, sont désormais destinés à une représentation et à une mise en scène du discours du patronat exclusivement politique. La désinformation de la Voix du Nord se répand dans la presse, selon les règles des comédies de mœurs de la bourgeoisie friquée.
Avec la propagande socialiste de la Voix du Nord, c’est une ultime et très misérable éructation politico-médiatique. Jean-Michel Léost a écrit sur Bd Voltaire : "En devenant outil de propagande, un journal pervertit sa fonction fondamentale d’information et risque de perdre toute crédibilité (en voulant) se faire le porte-voix de son maître". En plein désarroi, le PS du Nord plonge dans un accès de folie destructrice des valeurs de la république socialiste. C’est en refusant la terrible "vérité de la souffrance du peuple", que la grande bourgeoisie lilloise, et les notables socialistes abuseurs, manipulent la rédaction de la Voix du Nord, contre les intérêts du peuple soumis.
Avec Pierre Gattaz, le Medef, et les entrepreneurs riches bourgeois, sombrent dans la médiocratie et ils n’hésitent pas à "commettre l’irréparable" en "faisant de la politique" contre Marine. Tumultueuse et orageuse, la réaction du peuple interrompra brutalement la propagande socialo-populiste des gros bourgeois socialistes du Nord qui profitent, depuis trop longtemps, des gens qui votaient traditionnellement pour le PS du Nord.
Avec la Voix du Nord, c’est la rupture violente et définitive avec l’éthique et l’objectivité du journalisme. Cette passion pour la "propagande politique" de la Voix du Nord rompt définitivement avec la confiance de ses lecteurs. Ce qui laisse à penser que, grâce à la force morale de Marine, le PS et la Voix du Nord connaîtront la douleur d’un échec électoral cuisant, donnant alors au choix du peuple une profondeur qui lui manquait encore.
Les régionales de 2015 font redouter au Medef, et aux riches bourgeois de la Voix du Nord, le drame historique "pour eux" de l’élection de Marine, qui sera, le peuple l’espère, un immense succès.
Cette victoire attendue de Marine confortera sa réputation de grande personnalité politique. Son succès marquera la rupture de la région avec les copinages et les habitudes de classe de la grande bourgeoisie lilloise.
Refusant la "mission sociale du patronat", prônée par le nouvel esprit entrepreneurial, le Medef de Pierre Gattaz, et la "Voix de la bourgeoisie" du Nord, seront responsables d’un véritable "sentiment de trahison", au détriment de la population qui travaille, des familles et des classes moyennes sur-fiscalisées.
La "confession politique anti-FN" de Pierre Gattaz se résume à de l’emphase et à de la complaisance pour la propagande socialo-populiste, relayée sans cesse par la voix de son maître, c’est-à-dire la Voix du Nord.
Les électeurs des régionales s’attacheront à démontrer une répulsion unanime à la trahison de la Voix du Nord. C’est la réaction ultime du peuple aux espoirs anéantis par Hollande, l’audacieux. Ce que ressent le vrai peuple de France, c’est que les mensonges éhontés de Hollande, sur les échecs de sa politique qui fabrique du "Chômage pour tous", ont confisqué l’avenir de la jeunesse populaire, au profit des rejetons des notables et aux privilèges de la caste socialiste. Les copains de Hollande, l’audacieux, ne sont jamais menacés par la perte d’emploi, car ils sont toujours recasés, aux frais des contribuables, avec toujours plus de nouvelles sinécures.
Dans le même temps, la population qui travaille est toujours menacée par la perte de son emploi et elle redoute, sinon d’être réduite à la misère, du moins de ne plus pouvoir mener une vie décente, après avoir mené une vie honnête et épuisante, face à des assistés, qui profitent de tous les avantages, sans le moindre effort.
Il ne faut jurer de rien avant les élections régionales, face à la mystification de l’UMPS. Mais les élus socialistes, profiteurs et médiocres, ne sauraient penser à tout, face aux divisions des gauchistes verts-beux.
Quand le peuple abusé se sera définitivement détourné du PS, le mépris dans lequel l’auront tenu la Voix du Nord et la grande bourgeoisie lilloise, fera la place à une nouvelle génération de médias, plus honnêtes, plus proches du peuple et plus respectueux des opinions des lecteurs. Avec la Voix du Nord, les mensonges de la propagande socialo-populiste sont révélateurs de la presse bourgeoise mièvre et larmoyante, qui croit pouvoir faire illusion. La Voix du Nord cède toujours à la mollesse et à la paresse naturelle des profiteurs socialistes.
Ce sont ceux qui préfèrent les plaisirs faciles et les agréments immédiats des spectacles subventionnés par la diffusion complaisante de la propagande socialo-populiste. Les "Charlie du PS et de la Voix du Nord" veulent conserver leur vie confortable aux frais des contribuables. Mais, avec Marine, les bourgeois socialistes de la Voix du Nord "Je-suis-Charlie" marchent vers leur tragique destin : "La Voix du Nord est un véritable tract socialiste". L’équipe de Marine dénonce "un parti pris que nous connaissions déjà", lit-on dans la presse.
"C’est un tract pour le Parti socialiste, c’est la contrepartie des 9 millions de subventions qu’ils ont touchées de la part du Conseil régional socialiste. Ces médias sont achetés… Ils cherchent à défendre leurs subventions, alors qu’il y a un million de pauvres dans notre région". Le journal conteste les 9 millions d’euros de subventions octroyés par la région à la Voix du Nord, sans apporter de preuve. Il appelle le peuple qui doit rester soumis à "être à la hauteur" des enjeux de classe, au profit de la grande bourgeoisie lilloise, contre le peuple.
La Voix du Nord appelle le PS, et la gauche de la gauche, à se concentrer sur la "propagande de classe" contre l’ennemi commun : l’ennemi de classe, c’est le peuple et son représentant, le mouvement Bleu-Marine.
Lu dans la presse : "Fait rarissime, le quotidien régional La Voix du Nord a pris position lundi contre une éventuelle élection de Marine Le Pen à la tête de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, provoquant l’indignation de la présidente du Front national. "Pourquoi une victoire du FN nous inquiète", titre sur toute sa une La Voix du Nord, à 6 jours du scrutin. "La région a-t-elle vraiment besoin du Front national ?", s’interroge Nord Éclair. Les deux titres du groupe La Voix du Nord (VDN) publient la même double page".
La Voix du Nord expose ses arguments : "Parce que nous ne portons pas les mêmes valeurs", celles de la grande bourgeoisie lilloise "contre le peuple", que Marine représente. Un communiqué du FN : "la déconnexion de La Voix du Nord, assumant un engagement et un parti pris que nous connaissions déjà, est gravissime de la part d’un média, supposé exercer un rôle d’information libre, et qui plus est, avec l’argent du contribuable".
C’est pourquoi l’équipe de campagne de Marine Le Pen "prépare un référé devant le TGI de Lille en cas de non-parution" du "droit de réponse adressé au journal", lit-on dans la presse.
Voilà pourquoi, la Voix du Nord et les gros bourgeois socialistes ont peur du "réveil Bleu-Marine" !
Les enseignants syndicalistes de "l’Unsa de gauche" ont écrit "à peu près" cela, modifié par moi : "En démocratie, cela se passe dans l’isoloir. Le déserter c’est se soumettre (à la tyrannie du Medef et des gros bourgeois socialistes). Alors début décembre, je vote pour (Marine et contre) la désertion dans l’abstention."
On lit dans le Figaro : "Avoir peur est normal et utile". L’article du Figaro distingue les peurs saines et les phobies pathologiques. "Plaquer sur la société des concepts qui relèvent de l’individuel est hasardeux. D’autant qu’il faut préciser ces concepts. La peur, dont l’objet est réel (j’ai peur que ce chien me morde…) est à distinguer de la phobie, qui est du domaine de l’angoisse et donc de l’imaginaire. Quand on a la phobie des chiens, ce ne sont pas les chiens que l’on redoute, mais quelque chose que l’on ne connaît pas, et que l’on a, inconsciemment (pour des raisons qui ont toujours un sens), associé aux chiens".
Traduction : "Pour la Voix du Nord, avoir peur de la victoire de la Droite Nationale est normal et utile". Car c’est la fin réelle des copinages et des subventions grassement octroyées sur le dos des contribuables. Mais vouloir inventer une phobie anti-Marine, c’est du domaine de la propagande et donc de l’imaginaire. Ce n’est pas la ligne Bleu-Marine que la Voix du Nord et la grande bourgeoisie lilloise redoutent très justement, mais les conséquences de la réaction de colère populaire aux élections régionales Nord-Pas-de-Calais-Picardie.


Dr Thierry-Ferjeux MICHAUD-NÉRARD


Voir en ligne : http://ed.paradis.free.fr/chroniq.htm