Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > L’enseignement socialiste serait menacé de mort en France !

L’enseignement socialiste serait menacé de mort en France !

lundi 14 décembre 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Quand Battaglia et Collas écrivent que l’État islamique appelle à "tuer" des enseignants français, elles invitent à lire la réaction du syndicat de gauche SE-Unsa paru dans un article du Monde.
"C’est clairement une menace de mort que profère l’organisation État islamique (EI) à l’encontre des enseignants dans le magazine francophone en ligne Dar Al-Islam ("Demeure de l’islam "). Une menace prise très au sérieux, tant l’État islamique a prouvé sa capacité à convaincre des terroristes de passer à l’acte".
On peut y apprendre quelques vérités, trop souvent cachées : "La sécurité est renforcée à l’entrée des établissements scolaires, mais les consignes varient d’une ville à l’autre". Traduction : La sécurité des enseignants est renforcée, mais pas celle des élèves ni des parents d’élèves, ou des familles en général.
On lit : "L’école française ? Un lieu de la "mécréance" et de la "perversion". Les professeurs ? Des "corrupteurs" à "combattre et à tuer"." Battaglia et Collas ne veulent surtout rien comprendre : Titré "La France à genoux", (après les) attentats du 13 novembre, la revue consacre tout un dossier à l’éducation à la française (fait) de théories simplistes et complotistes : l’école servirait à "imposer le mode de pensée corrompu de la judéo-maçonnerie". Elle cultiverait, chez l’enfant, "l’ignorance et la corruption morale", et l’affaiblirait "jusqu’à ce que, enchaîné à ses plus vils instincts, il soit esclave des vrais maîtres de l’Occident : les juifs corrupteurs".
Traduction : L’idéologie honteuse du Gender et des "ABCD de l’égalité" à l’école, et la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBTQ et des idéologues GOFQ de l’État-PS, ne seraient pas une menace contre l’intégrité morale des élèves et des familles, et contre la laïcité à l’école en général ! Les idéologues GOFQ de l’État-PS ont osé vouloir séparer les enfants des parents, et de l’éducation traditionnelle des familles, pour les soumettre à l’idéologie du Gender et à l’incompétence libertaire des enseignants syndiqués.
L’éducation sexuelle gay, pour tous les élèves, dans les établissements scolaires, c’est le principe que le ministère de l’éducation nationale n’entend pas remettre en question, malgré l’opposition des parents.
Et ça continue : "C’est à la laïcité "fanatique" de l’enseignement français que s’en prend, sur un ton haineux, le magazine, quelques jours seulement avant la célébration, le 9 décembre, de ce principe (c’est-à-dire la laïcité "fanatique", libertaire, gauchiste et sectaire). Dar Al-Islam condamne la Charte de la laïcité, affichée depuis 2013 dans les écoles, définie comme "un tissu de mensonges et de mécréance" (c’est-à-dire conforme à la laïcité bafouée par la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBTQ à l’école).
Ne lâchez rien : "S’ensuit le rejet de tout ce que porte l’école : la laïcité et la démocratie, la tolérance, l’humanisme, le respect des valeurs républicaines, le pluralisme des convictions, la mixité entre les filles et les garçons, "porte ouverte vers la fornication". (Traduction : c’est la laïcité bafouée et la pseudo-démocratie de la république socialiste, l’intolérance vis-à-vis des valeurs familiales et de l’éducation des parents, le Gender et le transhumanisme honteux, la perte des valeurs républicaines, le sectarisme des convictions libertaires).
"C’est un symbole de la République (socialiste d’obédience GOF) qui est attaqué, souligne Christian Chevalier, secrétaire général du syndicat (très politisé à gauche) des enseignants de l’UNSA
"Et quel symbole : l’école, le cœur de la République, le lieu où l’on forme le citoyen éclairé" par le Gender, la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBTQ, et le transhumanisme honteux !
Les solutions : "Dans la seconde partie du dossier, le magazine propose deux "solutions". La (mise) en place des écoles où les programmes sont réellement islamiques, purifiés de toutes les mécréances et péchés". Et "combattre et tuer tous ces corrupteurs". Deux professions sont prises pour cible : les professeurs qui enseignent la laïcité (socialiste d’obédience GOF-Libre pensée) tous, donc, puisque sa transmission est une mission inhérente au métier et les services sociaux qui "retirent les enfants musulmans à leurs parents".
Battaglia et Collas ne veulent toujours pas comprendre : "Quelle est la portée de ce magazine ?" S’il est difficile d’évaluer le nombre de lecteurs et l’influence que cette publication peut avoir sur eux, l’impact s’étend au-delà du lectorat visé puisque Dar Al-Islam est relayé par la fachosphère" et surtout par Battaglia et Collas ! Fachosphère, fachosphère, est-ce que j’ai une gueule de fachosphère ? C’est pourtant ce que signale "un enseignant et historien spécialiste du sujet qui, dans le contexte actuel, a préféré garder l’anonymat".
Courageux comme toujours, l’enseignant spécialiste de la lâcheté et de l’anonymat !
"Gardons la tête froide et ne cédons pas à la panique, puisque c’est justement ce qui est recherché ", avertit Liliana Moyano, présidente des parents d’élèves de la FCPE (infiltrée par les enseignants eux-même parents). Sur la Toile, beaucoup s’interrogent sur la nécessité de renforcer encore la sécurité (des profs) aux abords des établissements scolaires… Au ministère de l’intérieur, on assure que cette menace a été "prise en compte" par ses services, "extrêmement mobilisés pour agir en profondeur sur les filières et déjouer des projets d’attentats"Les consignes de sécurité sont en vigueur : accueil renforcé à l’entrée des bâtiments, identité "systématiquement vérifiée" des personnes étrangères aux établissements, possible "contrôle visuel des sacs"… La surenchère sécuritaire, ce n’est pas ce que demandent les syndicats d’enseignants."
Une autre solution : faire encore "toujours plus de la même chose", contre les familles : "Pour Frédéric Sève, du SGEN-CFDT, un autre syndicat enseignant, la propagande djihadiste doit "nous encourager à en faire encore plus en matière d’enseignement de la laïcité, d’égalité filles-garçons, de respect de l’esprit scientifique, de tolérance... Sur le mode qui est le nôtre : pas celui de l’affirmation péremptoire et autoritaire, mais celui de l’explication, de l’éducation, du partage" (c’est-à-dire la laïcité "fanatique", libertaire, gauchiste et sectaire conforme à la laïcité bafouée par la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBTQ à l’école).
Moralité : Vive l’école de la république socialiste et "l’ignorance pour tous" ! Le système politique de "l’école de gauche", toujours "dysfonctionnel", est aux mains des anarcho-syndicalistes. C’est ce qui démontre pourquoi les modifications de l’environnement scolaire en amélioration sont toujours impossibles. Le principe de l’ouverture des esprits, à la tolérance et à saine complexité de la vie spirituelle, est toujours soumis aux diktats des fonctionnaires socialistes, et des idéologues GOFQ de la Libre pensée, et de la dictature laïque.
Cette tyrannie politico-syndicale entraîne le refus absolu de tout changement et bloque toute réforme actuelle et future de l’école publique.
C’est-à-dire que l’école doit "contribuer au nivellement permanent de l’ensemble" des élèves, "vers le bas", vers la "paresse ludique entretenue pour tous" soumise aux meneurs, et vers le "moindre effort". Aucun "progrès dans l’organisation" de l’école, aucun moyen supplémentaire exigé, ni aucune dotation de toujours plus d’enseignants-militants, ne pourra réformer une école soumise à la "tyrannie des syndicats médiocres".
Dans la lutte pour la survie du système scolaire, il ne fait aucun doute que les associations de parents conscients et non politisés à gauche, seront à l’origine du "remplacement du système de l’école publique" par les instituts privés. Ce sont les seuls qui permettent une "évolution" vers le haut des "élèves méritants", avec le "développement" de tous les talents et le "progrès" constant des méthodes d’éducation à l’effort.
C’est pourquoi Battaglia et Collas ne veulent pas comprendre que, du fait la tyrannie idéologique de la Libre pensée des idéologues séniles et décadents GOFQ et de la dictature laïque d’inspiration soviétique de l’État-PS, l’enseignement de la république socialiste est assurément "menacé de mort" en France.

Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://admi.net/cgi-bin/wiki?ABCD