Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > L’égalitarisme médiocratique du président socialiste-normal

L’égalitarisme médiocratique du président socialiste-normal

lundi 18 janvier 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

La conception idéologique que les socialistes se font de l’homme président-normal est naturellement fondamentale dans leur conception générale "faussement égalitariste" du monde vu par les socialistes.
Le Principe de Peter a pour objet de "Comprendre l’incompétence" de l’homme président-normal :
"J’en suis venu à constater l’universalité de l’incompétence. (Comme) les hommes d’État se révèlent incapables de respecter leur programme, je suis presque sûr que s’ils font quelque chose, ce sera pour tenir les promesses de leurs adversaires. (C’est pourquoi) la découverte politique la plus pénétrante et la plus importante aboutit à… maintenir l’état social actuel de "bienheureuse ignorance" unanimement partagée  !"
"Comprendre l’incompétence", c’est comprendre pourquoi les écoles ne dispensent pas la sagesse, pourquoi les gouvernements ne peuvent maintenir l’ordre, pourquoi les tribunaux ne rendent pas la justice
En 2017, il sera utile que le candidat Hollande soit tout simplement "muté" d’un poste de président-normal improductif, où il n’a rien fait, à un autre où il lui sera plus difficile de nuire au fonctionnement de l’État.
Le but essentiel de la pseudo-promotion, en tête de gondole dans les médias, du candidat Hollande en campagne re-présidentielle, est de tromper les gens sur la marchandise frelatée, dont la date est périmée. Mais, il connaît assez bien les rouages de l’État, et les combines du système UMPS, pour en faire son affaire.
Il n’est pas de domaine de la science politique qui ne touche aux problèmes qui se posent à l’homme social, ou à propos des conditions de vie sociale de l’homme. Si c’est à l’homme social concret que se posent les problèmes des conditions de vie réelle, c’est à l’homme politique en charge du pays de les résoudre.
Tous les électeurs qui réfléchissent peuvent constater que la campagne re-présidentielle d’un "zéro" en politique peut être utile, si elle "débarrasse le pays de tous les socialistes" importuns et des "casse-pieds" qui non seulement ne font rien, mais qui empêchent le pays de travailler, de progresser et de s’enrichir.
À propos du principe de Peter en politique : "Jusqu’à ce jour, aucun théoricien politique n’a encore pu analyser de façon satisfaisante les secrets des gouvernements… On ignore si le monde est dirigé par des hommes intelligents qui nous trompent et nous mènent en bateau, ou par des imbéciles sincères…
"Cette question résume les pensées et les sentiments d’un grand nombre de personnes".
La spécialité des élus socialistes est de "toujours se tromper" en matière de politique économique et sociale, par le fait de la tyrannie idéologique qui détermine la "politique socialiste". "Pourquoi cette confusion ? Parce que de nombreux experts ont atteint leur niveau d’incompétence… Parce que certains avancent des théories qu’ils sont incapables de mettre en pratique. Parce qu’enfin les conseils bons ou mauvais ne peuvent être efficacement mis à exécution parce que (dans) le "système gouvernemental, l’incompétence règne".
C’est pourquoi l’État-PS souffre d’une accumulation de personnel incompétent. Comme il n’est rien de plus essentiel dans la gouvernance de l’État que la notion de "l’efficacité en matière de politique économique", il est clair que la tare réside dans les effectifs pléthoriques de la fonction publique. Il faut absolument pouvoir se débarrasser de tous ceux qui, non seulement, ne font rien, mais qui empêchent les autres de travailler.
Par conséquent, la conception que les socialistes se font de "l’homme président-normal" est toujours directement liée à "l’égalitarisme socialiste, source de médiocrité". C’est pourquoi, l’égalitarisme socialiste re-présidentiel ne peut proposer qu’une réponse médiocre aux questions que suggère immédiatement 2017.
L’égalitarisme socialiste englobe l’ensemble des missions de la république socialiste. Cette tyrannie idéologique de l’égalitarisme socialiste affecte l’école, le féminisme, la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby GOF-LGBT, la fiscalité, le droit des étrangers et des migrants, l’immigrationnisme à marche forcée et l’islamisation radicalisée des quartiers. Ces réflexions sont destinées à procurer des points de repère sur l’état actuel de la question de l’égalitarisme socialiste, source de "médiocrité pour tous" et à nourrir une discussion à propos de la question des primaires et de la campagne re-présidentielle, ce qui doit tromper les gens.
Les électeurs sont opposés aux prophéties de Hollande-Nostradamus sur la courbe du chômage. Ils sont farouchement hostiles à toute idée d’élection présidentielle soumise aux combines médiocres des partis et aux intrigues des fraternités GOF-UMPS. Il est clair que l’égalitarisme socialiste source de médiocrité doit prendre fin. La notion de liberté d’entreprendre et de s’enrichir doit mettre fin à la tyrannie idéologique qui prône un égalitarisme révolutionnaire, post-soixante-huitard, absurde, absolu et irréductible. Il est temps d’éveiller les âmes et de les délivrer des erreurs et de l’inhumanité de l’idéologie socialo-populiste vulgaire.
La condition de l’égalitarisme socialiste de la femme, et de sa prétendue liberté, en fait une machine à produire/GPA, impitoyablement dépossédée d’elle-même, selon la rhétorique absurde du Bergé d’aujourd’hui.
La rage de l’égalitarisme socialiste révolutionnaire est un sinistre retour au passé communiste, avec le désir de croire à un égalitarisme naturel des sociétés communistes primitives. La mystique socialiste, baignée d’universalisme culturel et d’égalitarisme, relève du sentiment religieux et des imaginaires mythiques.
La droite nationale défend au contraire les valeurs d’ordre et de continuité historique, dans lesquelles elle perçoit le seul rempart possible contre les désordres modernes de l’égalitarisme soi-disant démocratique.
L’homme président-normal est naturellement considéré en fonction de la spécificité de "ses résultats". Le point est fait sur les contradictions actuelles de la république socialiste concernant sa politique économique et sociale, et ses résultats concrets, à partir de l’égalitarisme socialiste, et en continuité avec elle.
La rage de l’égalitarisme socialiste est le trait distinctif capital de l’espèce bobo-révolutionnaire ! Mais pas pour tous les planqués de la république, ni pour les privilégiés des mannes et rentes du régime en place.
L’homme président-normal en campagne re-présidentielle doit être examiné dans tous ses rapports avec les autres, avec les sans-dents, avec la société, avec la population qui travaille, avec les familles et avec lui-même, ce qui pose la question de la conscience socialiste inhumaine, sur laquelle le monde s’interroge.
"C’est à ses résultats que se reconnaît la politique socialiste de l’homme président-normal".
L’essentiel est de savoir et de comprendre ce que fait "l’homme président-normal socialiste" et ce que "l’homme président-normal socialiste" a fait "des hommes et des familles" de la vraie France, et ce qu’il a fait réellement "pour eux et pour le bien du pays", et non pas pour l’État socialiste corrompu et totalitaire.

Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://lagauchematuer.fr/2016/01/18...