Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > L’afro-américain Hussein Obama veut faire la nique aux (...)

L’afro-américain Hussein Obama veut faire la nique aux Africains

mercredi 29 juillet 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Dans le Figaro, Tanguy Berthemet note qu’Obama, lors de son discours devant l’Union africaine, a fustigé les présidents "qui s’accrochent à leur poste" : "À Addis-Abeba, le président américain a souligné les progrès du continent et dénoncé les "présidents à vie"Il s’agissait pour le président, qui a suscité le plus d’espoir en Afrique, de gommer la déception que laissent ses deux mandats à la Maison-Blanche

"À la tribune, Barack Obama, comme tous les dirigeants occidentaux, (devrait) prendre garde à ne pas passer pour un (cow-boy) donneur de leçons, ni se montrer d’une faiblesse (impérialiste) coupable…"

L’afro-américain Obama prône la "pseudo-démocratie gay-impérialiste très médiocre des LGBT" et des États-Unis "contre les usages" politiques et privés des peuples des pays africains. Comme Hollande en France, Obama veut changer la société africaine. Cette prise de position d’un président en fin de mandat, en échec dans son pays, survient après que la Cour suprême américaine ait validé le mariage gay.

Ce qui est "bon pour les États-Unis gay-décadents", sous la présidence de fin de mandat d’Obama, l’afro-américain, de retour au pays de ses ancêtres, veut l’imposer aux peuples des pays africains.

Une conseillère d’Obama, a précisé la position de la Maison Blanche et indiqué que plusieurs États ont commencé à instaurer des protections en direction des jeunes LGBT : "Alors qu’une (décision) nationale nécessiterait une action du Congrès, nous espérons que les actions décidées par ces États mèneront à une action plus large que l’Administration Obama soutiendrait".

La position de la Maison Blanche a été très bien accueillie par toutes les organisations LGBT :

"Avoir le président Obama et le poids de la Maison Blanche, qui soutiennent les (LGBT) est essentiel pour le combat des LGBT, a indiqué Mara Keisling, directrice exécutive du National Center for Transgender Equality… Lorsque le combat des LGBT est reconnu par une personnalité des plus notables du monde, cela change de manière positive la façon dont on se considère".

C’est pourquoi, désavoué dans son pays, Obama porte sa guerre homosexualiste-tiers-mondialiste et colonialiste en Afrique. Lu dans la presse : "Depuis le Kenya, Obama réclame "l’égalité des droits" pour les homosexuels en Afrique". Désavoué en Afrique, le président Uhuru Kenyatta… lui a répondu :

"Il est très difficile pour nous d’imposer à la population ce qu’elle n’accepte pas elle-même. C’est pour cela que je dis que pour les Kényans aujourd’hui, la question des droits des gays est vraiment un non-sujet… Lors de sa visite, Obama n’aura (pu) faire avancer la cause homosexualiste… La population est très opposée à l’homosexualité et refuse que les États-Unis cherchent à imposer leur point de vue sur la question…

Un Kenyan déclare à propos du mariage gay :"On n’en veut pas ici au Kenya car dans notre culture c’est mal". Le forum de l’élite chrétienne du Kenya (CPF) met en garde contre… l’impérialisme culturel d’Obama par la voix de son vice-président Charles Kanjama  : "Nous ne voulons pas que les Kényans, parce qu’Obama vient d’une superpuissance plus avancée que la nôtre, pensent que ses idées sont elles aussi plus avancées, explique-t-il. Les Kényans doivent rejeter la plate-forme pro-gay d’Obama."

Les États-Unis d’Obama ont voulu porter la guerre de la "pseudo-démocratie impérialiste porno-gay" en Ukraine, contre la Russie de Poutine qui a défendu énergiquement la Crimée russe et éternelle. Pour cela, la CIA a instrumentalisé les représentants incompétents, impuissants et médiocres, de la soi-disant Union-Européenne. Ces dignes représentants de l’amateurisme en politique ont voulu porter le fer contre la Russie !

Sur le même plan de la pseudo-démocratie impérialiste très médiocre du piètre Obama, Washington et Kiev ont accusé les "insurgés de l’est ukrainien" d’avoir abattu le Boeing de la Cie Malaysia Airlines. Si les États-Unis refusent de rendre publiques les preuves dont ils disposent, cela témoignerait en fait du contraire.

Le gouvernement des États-Unis a mis en cause les combattants pro-russes dans l’est ukrainien. La porte-parole de la Maison-Blanche a déclaré que le contenu de ce document "ne collait pas" avec (la version officielle ?) et elle a accusé les anciens officiers du renseignement de manquer de patriotisme…

Pendant ce temps, l’administration d’Obama continue à échouer dans ses projets, face à l’opposition active des représentants du parti Républicain, qui jouissent d’une grande influence au Congrès.

Si Hussein Obama est connu pour avoir de profondes sympathies pour l’islam, la conséquence est que le parti démocrate américain compte de plus en plus d’islamistes en son sein. Le revers de la médaille est qu’Obama n’a pas de grande sympathie pour les Juifs du monde entier, qui le lui rendent bien, par l’entremise du lobby pro-israélien, résolument anti-palestinien. Hussein Obama avait vu avec bienveillance la prise du pouvoir par les Frères Musulmans en Egypte. Depuis, il se montre très réservé vis-à-vis du Président Sisi.

Si Hussein Obama n’a pas beaucoup de sympathie pour les Juifs, il est obstinément anti-chrétien.

Selon Guy Millière, sur Dreuz.info : "La seule église chrétienne quil ait fréquenté a été fondée par un ancien membre de la très antisémite Nation of Islam, Jeremiah Wright. Cette église prône la théologie noire de la libération théorisée par James Hal Cone, pour qui Jésus était noir, alors que les Juifs et les Chrétiens, par racisme, ont caché cette réalité. Cette église est proche dorganisations comme le New Black Panther Party, très antisémite et très antichrétien…" On comprend pourquoi Hollande s’identifie au piètre Obama.

Hussein Obama, qui a accepté les actes sanglants des djihadistes, a totalement négligé les dangers de l’État Islamique, sous-estimant et ignorant les compte-rendus des services de renseignement américains.

Hussein Obama veut croire, et faire croire, selon les "vertus électoralistes de la fausse démocratie", que le terrorisme islamiste n’a rien à voir avec l’islam, qui est une religion d’amour et de paix. Inconséquence ou incompétence, Hussein Obama, croit que le terrorisme est lié au manque d’intégration des musulmans…

Inconséquence ou incompétence, Hussein Obama est donc bien le "modèle calamiteux de Hollande", qui croit, lui aussi, que le terrorisme islamiste est lié au manque d’intégration des musulmans…


Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://www.sunuker.com/2014/02/25/s...