Accueil > Librairie > Journal d’un prisonnier , Le témoignage d’un des quatre généraux du putsch (...)

Le Mot de l’éditeur : Journal d’un prisonnier

Dans la nuit du 21 au 22 avril 1961, André Zeller, ancien chef d’état-major de l’armée de terre, participe au coup d’État d’Alger avec les généraux Challe et Jouhaud, bientôt rejoints par le général Salan. Ce coup de force vise à maintenir l’Algérie dans la République française. Le 23 au soir, le général de Gaulle apparaît en uniforme à la télévision. Ses formules choc donnent un coup d’arrêt à l’opération : « Un pouvoir insurrectionnel s’est installé en Algérie par un pronunciamiento militaire. Ce pouvoir a une apparence : un quarteron de généraux en retraite… Au nom de la France, j’ordonne que tous les moyens, je dis tous les moyens, soient employés pour barrer la route de ces hommes-là… » En métropole, l’opinion est lasse du conflit algérien. Le 25 avril, le putsch est un échec.

Le 6 mai à Alger, André Zeller se met à la disposition de l’autorité militaire. Incarcéré à la prison de la Santé, il est condamné à 15 ans de détention criminelle et à la privation de ses droits civiques par le haut tribunal militaire. Transféré à la maison centrale de Clairvaux puis à la prison de Tulle, il sera libéré par décret du président de la République le 13 juillet 1966, à l’âge de 68 ans.

Préface de Serge Berstein.
Édition établie et annotée par Bernard Zeller, fils du général Zeller.


B00G68N8GI