Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Il faut restructurer la dette des éleveurs français

Il faut restructurer la dette des éleveurs français

mercredi 22 juillet 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Il faut restructurer la dette des éleveurs français, ce sont eux qui travaillent dur, contrairement aux fonctionnaires et pré-retraités de la Grèce en faillite. L’histoire de la propagande socialo-populiste des faiseurs d’illusion de la république socialiste est exemplaire de la désinformation organisée des médias officiels, ceux qui nous intoxiquent régulièrement à propos du règlement socialo-solidaire de la dette sociale grecque par les contribuables européens. C’est pourquoi les petits épargnants sont les victimes de la baisse de rémunération des assurances-vie, et bientôt du livret A, au profit des banques riches et des cigales grecques.

C’est pourquoi la baisse socialo-populiste illégitime du Livret A mécontente tout le monde.

Les copains des idéologues de l’État-PS, les idéologues du "trans-genre pour tous" made in USA, et de la propagande porno-gay, ont reçu des subventions colossales pour mettre en œuvre en France l’idéologie du Gender et des "ABCD de l’égalité" et la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école.

Il est temps de penser enfin à la population qui travaille, nos éleveurs et les familles. Il s’agit d’abord de réorienter les subventions colossales du lobby GOF-LGBT vers nos éleveurs et les familles. Ensuite, il faut restructurer la dette des éleveurs français, comme Hollande l’a prêché pour effacer l’escroquerie de la dette sociale grecque. Marion Maréchal-Le Pen a plaidé pour la défense des éleveurs, sur France Info : "Cette France qui travaille, qui ne demande jamais rien, qui ne brûle pas de voitures et qui nintéresse pas grand monde tire la sonnette dalarme. Je comprends que, quand leur survie est en jeu, ils utilisent des méthodes un peu costaud pour se faire entendre puisque malheureusement en France il ny a que ça qui marche".

La dette de cette France qui travaille est-elle moins illégitime que la dette sociale grecque ? Quand Le Foll s’agite et met le feu aux poudres à la tété, il imagine que les éleveurs sont loin des enjeux politiques.

Le problème du socialo-populisme des "faiseurs dillusion", comme Le Foll, est qu’il est incapable de discuter de manière efficace face à la France qui travaille et d’apporter des réponses fondées, appuyées sur des expériences concrètes, comme celles de nos éleveurs et des familles qui souffrent.

Au vu du caractère radical du mouvement des éleveurs, on comprend que la crise du monde agricole est très grave et qu’elle s’inscrit dans le contexte d’une crise de délégitimation de la république socialiste sans précédent, en conséquence de la politique de Hollande, cet irrésistible acteur de la dette sociale en France.

L’enjeu de la campagne des éleveurs, pour la restructuration de la dette du monde agricole, est de politiser la restructuration de la dette au même titre que la dette sociale grecque en la sortant de l’abstraction.

L’enjeu le plus familier aux idéologues de l’État-PS est de déconstruire cette dette particulière qui est utilisée comme un outil politique de destruction sociale massive du monde agricole.

Le monde agricole doit refuser la capitulation, et donc la poursuite des plans d’austérité imposés aux éleveurs, au nom de la dette insupportable vis-à-vis du Crédit Agricole. Il s’agit de desserrer l’étau qui étouffe les petites exploitations agricole pour "modifier le rapport de force" au sein du monde agricole, ce rapport de force qui profite si bien aux gros céréaliers et aux acteurs-profiteurs de l’industrie agro-alimentaire.


Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard