Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Hollande, le chômage et sa réélection, "suffisamment crédibles" (...)

Hollande, le chômage et sa réélection, "suffisamment crédibles" ?

mardi 28 juillet 2015, par Christian Scherer

À en croire Challenges.fr : "François Hollande s’est dit déterminé lundi 27 juillet à "agir jusqu’au bout" de son quinquennat, faisant fi de son impopularité, mais conditionnant de nouveau sa candidature en 2017 à ses résultats "contre" le chômage.

"En France, "même un président impopulaire peut agir avec "une grande capacité", une grande liberté… c’est ça qui fait la différence entre nos institutions et celles de nos pays voisins

"C’est dans l’année 2016 que cette baisse "crédible" doit apparaître". Il s’agit de "faire diminuer le chômage "suffisamment" longtemps pour que ce soit "suffisamment crédible", a-t-il martelé…"

Le HuffPost de gauche avec AFP a rapporté : "François Hollande a affirmé lundi soir qu’il ne serait candidat en 2017 que s’il y avait une baisse "crédible" du chômage en 2016…

"C’est dans l’année 2016 que cette baisse "crédible" doit apparaître"… Il s’agit de "faire diminuer le chômage "suffisamment" longtemps pour que ce soit "suffisamment crédible", a-t-il expliqué.

"Selon lui, les chiffres de Pôle emploi (3,55 millions de chômeurs en métropole), traduisent "un tassement du chômage, en tout cas au moins dans sa progression".

Ce problème que la novlangue du HuffPost de gauche traduit par : "Le chômage se stabilise en juin : 1300 demandeurs d’emploi supplémentaires par rapport à mai", selon A. Boudet qui poursuit : "Les données publiées lundi 27 juillet par le ministère du Travail ne sont pas aussi négatives que celles des premiers mois de l’année. Alors que l’augmentation du mois de mai avait été difficilement interprétable, celle de juin est la "moins importante" depuis mai 2012… Le chômage des jeunes "n’a pas augmenté" depuis 2 ans et demi…

"Dans son communiqué habituel, Rebsamen estime que "le ralentissement de l’évolution (en augmentation) du nombre de demandeurs d’emploi est un signe encourageant". Pourquoi, pour qui ?

Pour Challenges.fr : "Si le nombre de demandeurs d’emploi se stabilise en juin, ce chiffre ne peut "pas être comparé" avec ceux des mois précédents, Pôle emploi ayant "affiné" ses données. 3,55 millions de demandeurs d’emploi sans aucune activité ont été recensés en France en juin", selon Philippe Huguen.

Il poursuit : "Le chômage reste à "des sommets" : Pôle emploi recensait en juin 3,55 millions de chômeurs en métropole, une statistique obtenue à partir de données plus affinées que les mois précédents, "rendant toute comparaison impossible"… Il s’agit du deuxième mois consécutif où les chiffres de Pôle emploi ne sont "pas interprétables". En mai, ils avaient été entachés par un "événement inhabituel"… Cette anomalie a abouti à doubler… la hausse, selon le ministère du Travail, qui avait "refusé d’interpréter les chiffres"…

Le 14 juillet, Hollande "a répété que de l’inversion de la courbe du chômage dépendait sa candidature à un second mandat. "S’il n’y a pas de baisse du chômage, je l’ai dit plusieurs fois, je ne serai pas candidat"… sans préciser ce que signifiait une baisse du chômage."

"Pour le député Les Républicain Eric Ciotti, "il devrait s’engager à ramener le chômage au niveau de 2012 .Tout autre engagement relève de la supercherie !"

"Les aléas administratifs ne suffisent pas à expliquer la "hausse continue" enregistrée par Pôle emploi… (Avec) 630.000 chômeurs supplémentaires, depuis l’élection de Hollande (qui) continue d’attendre une éventuelle embellie venue de l’extérieur, en multipliant les contrats aidés", a dénoncé Philippe Vigier…"

L. Peillon écrit dans Libération : "Le chômage "officiellement" stable en juin. Officiellement, le nombre dinscrits en catégorie A est resté stable le mois dernier, avec une hausse de seulement 1 300 personnes, soit "0%", pour un nombre total d’inscrits de 3 553 500. Le nombre dinscrits en catégorie A n’a augmenté que de 1 300 le mois dernier. Mais sans "affinage méthodologique", la hausse aurait été de 11 000. Les statistiques du chômage deviennent de plus en plus difficiles à comparer dun mois sur lautre. Après le pataquès des chiffres en mai… anormalement élevés, ce sont ceux de juin qui risquent de prêter le flanc à la critique."

"Ce nouveau flou dans les chiffres n’a pas empêché le ministre du Travail de se féliciter : "Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A est "quasiment stable" au mois de juin"…

Thomas Wieder écrit dans Le Monde : "Hollande, cest bien connu, déteste se lier les mains. Doù son "art consommé des formules" apparemment précises, mais en réalité "suffisamment" floues, pour laisser prise aux exégèses les plus diverses. Il en va ainsi de son engagement, maintes fois répété depuis le printemps 2014, de conditionner sa candidature à un second mandat en 2017 à la baisse du chômage…"

Lu sur Le Point.fr : "La véritable inversion massive de la courbe du chômage ne se produira qu’avec un changement radical de politique économique", a déclaré Roger Karoutchi, sénateur Les Républicains… Stabilisation du chômage en juin ? Les Républicains ironisent : "Une hausse, plus faible que les précédentes, (et) nous voilà sauvés ?" a ironisé Roger Karoutchi après l’annonce des chiffres de juin".Philippe Huguen.

"De son côté, Éric Woerth, délégué général au projet Les Républicains a déclaré sur RTL : "Moi, je note surtout que dans les autres pays, de nos autres partenaires, le chômage baisse réellement depuis des mois et des mois. En France, "le chômage augmente", même s’il augmente moins ce mois-ci…"

C’est pourquoi, ce qu’on peut lire est "flou" comme toujours : "Chômage : la hausse indéchiffrable".

Le problème du candidat-président Hollande, en vue de sa réélection rêvée en 2017, n’est pas d’être un candidat-président "suffisamment crédible", mais de faire en sorte de rendre les statistiques du chômage indéchiffrables et "suffisamment crédibles", pour faire croire que le chômage officiel serait "officiellement" stable et une réalité, comme le "bilan globalement positif du PCUS" devait être une vérité incontournable !

C’est l’accumulation des "énormités méthodologiques" et des "mystifications socialistes habituelles", à propos des statistiques du chômage, rendues "suffisamment crédibles", et des conclusions mensongères qui en sont tirées, qui essayent de faire croire, aux électeurs, à cette très "mauvaise propagande socialiste".

La mystification des statistiques "suffisamment crédibles" et globalement positives du chômage, pour la réélection rêvée du candidat-président calamiteux Hollande, c’est le "marronnier des médias socialistes".

Jean-Pierre Perrin écrit dans Libé : "Les régimes dictatoriaux sont toujours fondés sur le mensonge… À lécole des grands bonimenteurs de lHistoire, il ( ?) est même parmi les premiers de la classe…"

Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://lagauchematuer.fr/2015/06/03...