Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Hollande, l’homme qui voulait "saigner à blanc" l’économie (...)

Hollande, l’homme qui voulait "saigner à blanc" l’économie française

jeudi 18 février 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Le but de Hollande, l’audacieux en paroles dès 2012, était de mettre en avant un misérable remake de l’idéologie communiste, en imposant l’émancipation socialo-populiste sans limite du peuple des chômeurs, des illettrés, des élus socialistes, des indignés, des délinquants, des intermiteux du spectacle, des migrants étrangers, des illégaux sans papiers, du Gender pour tous, des homosexuels, bi-, trans-, du lobby LGBT…
Quand le publiciste flagorneur et profiteur Séguéla traite Copé de "Walking Dead", il oublie que c’est Hollande qui personnifie le "cadavre qui marche" et que c’est la propagande de la république socialiste qui illustre la série macabre des dépôts de bilan des petites entreprises, après avoir "saigné à blanc" l’économie française. Hollande, l’homme de la dérision socialo-populiste, a remplacé la science de l’économie politique par l’idéologie socialiste vulgaire. C’est une espèce de spectre qui est revenu au plus bas dans les sondages.
Pour 2017, les frondeurs, qui proposent la primaire à gauche, se demandent ce qu’il vient de faire là avec son reni-maniment calculateur, minable et opportuniste, encore "du n’importe quoi avec n’importe qui" !
Avait-il besoin de déstructurer encore plus son électorat de gauche en plein désarroi ?
Le seul nom de l’opération de Hollande, l’homme qui voulait "saigner à blanc" l’économie française, a été prononcé par le candidat socialiste au Bourget : "Moi, (président) je n’aime pas la finance". C’est ce que le mouvement de la "Manif pour tous" et les familles ont traduit par le vieux slogan : "Familles, je vous hais !"
Dans la réalité, la non-politique du président de la normalitude oisive a été : "Moi, président, je n’aime pas la France !" C’était déjà tout un programme. Mais Hollande n’aime ni les français, ni les sans-dents, ni les chômeurs, ni les pauvres… C’est pourquoi il va échouer lamentablement et dissiper ses rêves de victoire et ceux du peuple de gauche en 2017. Après la défaite de Hollande qui a révolutionné la science de l’économie politique, l’idéologie socialiste a mis à bas les conditions de l’activité productrice de richesses de l’industrie, de l’agriculture et du commerce. Quand le ministère de l’économie change de main, on voit que Macron cumule les handicaps, dominé par la fonction du premier ministre Valls, soumis à l’idéologie inefficace de Hollande.
La guerre des chefs se profile à l’horizon pour 2017. Le risque des primaires lui paraît démesuré et il refuse l’idée de devoir se confronter. Il faut frapper l’imagination en priorité à la télé avec la mythologie de "l’Égalité réelle" ( ?) et les reflets de "l’imagination faussée du monde subjectif" de la députée socialiste.
Durant des mois, la non-politique de Hollande n’a fait aucun progrès dans la réalité. Quand les télés veulent faire croire aux électeurs que l’économie du pays avance, c’est sans aucun gain déterminant, alors que les pertes des entreprises s’accélèrent. Il est clair que les gens savent que le chômage va augmenter.
C’est pourquoi la résistance française contre les rêveries re-présidentielles de Hollande sera résolue.
En 2017, l’échec sera manifeste de Hollande sur le bûcher des vanités re-présidentielles ! Un péché d’orgueil qui révèle ses atermoiements et ses indécisions, comme le reni-maniement de Hollande ! Dans le même temps des rêveries de Hollande, l’évêque chaldéen Rabban Al Qas déclare officiellement que la plupart des migrants qui veulent passer en Europe sont des "fanatiques qui veulent imposer leur idéologie islamiste".


Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://ripostelaique.com/hollande-l...