Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Hollande, l’audacieux Don Quichotte combattant contre "l’absurdistan"

Hollande, l’audacieux Don Quichotte combattant contre "l’absurdistan"

mardi 24 novembre 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Avec les actes terroristes récents, commence une grande entreprise de mystification intégrale des esprits dans tous les médias intellos-bobos du "lobby politiquement correct", c’est-à-dire soumis à la tyrannie idéologique de la propagande socialo-populiste. Sans doute, n’est-il pas besoin de souligner l’importance politique d’une telle mystification. Jamais encore, l’intérêt des "mystificateurs du socialo-populisme" n’avait été aussi grand, dans les médias de la gauche des bobos libertaires, qui veulent détruire, idéologiquement et politiquement, toute forme d’esprit critique chez les citoyens-électeurs.
On sait que les mensonges de Hollande, l’audacieux inutile, constituent un complément indispensable à l’incompétence, à l’impuissance et à l’amateurisme du gouvernement de la république socialiste. En refusant d’expliquer la genèse des actes terroristes, et en refusant de préciser les raisons du suivisme absurde de la politique étrangère de Hollande et de Fabius, le royal propriétaire d’œuvres d’arts exemptées de l’impôt sur la fortune, le gouvernement de la république socialiste veut cacher la signification réelle et la portée des actes terroristes.
Les téléspectateurs voient se dérouler, devant leurs yeux, avec une violence étonnante, les moments les plus importants des "conséquences" des actes terroristes. Dans le même temps, les télés de la propagande compassionnelle s’efforcent de dissimuler les points les plus essentiels de la médiocrité et des négligences du politiquement correct, avec le déni de réalité de Hollande-je-suis-Charlie, en campagne.
Plus précieuse encore est l’histoire des réactions sur le web, à la suite des manipulations de France-Inter et du Monde, ces organes socialo-soumis à la propagande de désinformation officielle, comme l’AFP.
Sous les prétextes les plus variés, dans les divers débats foireux du vieux monde politico-médiatique à la télé, les intellos-bobos débattent dans le vide des principes essentiels touchant à la manière de présenter les actes terroristes, selon la doctrine politiquesocialiste du Padamalgam © politiquement correct.
Et comme l’époque socialisterécente, dominée par le terrorisme intellectuel des idéologues de l’État-PS, correspond justement à celle où la "classe des intellos-bobos" profite tant des privilèges de la social-démocratie bourgeoise, c’est aussi l’époque de la naissance d’un mouvement terroriste en France dans le monde réel. Hollande, le président normal-verbeux à Versailles, a réuni les élus de la "profitation" en Congrès de mascarade, faisant tout pour la parade, tout pour la galerie, en ignorant tout de la définition des bases, de la tactique et de la politique de lutte idéologique et de lutte armée contre le terrorisme.
Si l’on voulait définir, en un mot, la politique de lutte contre le terrorisme du président normal-verbeux, pour ainsi dire, le point politique central vers lequel converge toute la compréhension de Hollande se réduit au seul réseau d’idées exprimées par la novlangue du vide et du Padamalgam © socialiste.
De fait, en observant toute cette platitude des faux-débats politiquement corrects, on note tous les foyers de résistance contre la vérité et le déni de la réalité. C’est ce qui confirme la correspondance du terrorisme intellectuel de la gauche idéologique avec les phases principales du développement du terrorisme vrai en France. Quand on assiste à cette renaissance du terrorisme vrai en France, on observe que le déni manifeste de la réalité par Hollande n’ira pas "sans douleur" pour tous !
L’intérêt proprement politique, de la classe socialo-populiste au pouvoir, s’allie à une pratique politique opportuniste, attentiste, négligente et soi-disant démocratique, qui s’oppose à toute mise en œuvre de la lutte efficace contre "l’absurdistan" et le développement du communautarisme et du "terrorisme vrai" en France.
Par ses bavardages, nous saisissons le "vide de la pensée" de Hollande. Dans ses discours, nous le voyons se débattre au milieu des mille difficultés de l’existence aventureuse du président normal-verbeux, lui le visiteur du soir de la rue du cirque socialiste. Incapable de résoudre les mille problèmes qui se posent à lui, d’anticipe et de réagir de manière adaptée aux événements et attaques terroristes, les citoyens découvrent l’inculture prodigieuse et l’ampleur de son ignorance en matière de science politique et économique.
Les jugements du Général de Gaulle, (tirés du livre d’Alain Peyrefitte : "C’était de Gaulle" © Fallois / Fayard, 1994, extrait du tome 2 du Livre de Poche) sont malheureusement sans appel :
"C’est un socialiste, un supra-national ; bref, un mythomane
"Les socialistes feront de la démagogie, ils videront les caisses et ils descendront la pente...
Les socialistes parlent "dans le vide, comme les coquecigrues de Rabelais
La France, depuis l’élection de Hollande "est un État sans ressort, qui ne sait pas où il va
Il faut "désaméricaniser la politique" de Hollande…
"Le problème, c’est toute cette maffia de supranationalistes… Le copinage socialiste… Ce sont tous des ennemis (de la France)… Ils passent leur temps à créer un état d’esprit hostile à la France. Comme ils l’ont fait partout. C’est la même engeance… non seulement apatride, mais anti-patrie
"Tout ça, c’est une écume dont il faut se débarrasser
Pour lutter contre "l’absurdistan" de Hollande, "il ne s’agit pas de savoir comment, mais pourquoi…
"Désormais, il faut faire sérieusement les choses sérieuses…"
On voit comment, dès le début de l’État-PS, l’élaboration d’une propagande socialo-populiste a été relayée par les "télés officielles soumises et dignes de la Corée du Nord". C’est la politique du "toujours plus" pour les migrants, les étrangers sans papiers, les clandestins et les assistés de la "social-providence", cela au détriment de ceux qui veulent pouvoir travailler sans être rackettés, notamment les classes moyennes qui veulent se comporter de manière responsable et honorable, pour vivre dignement et nourrir leur famille.
La situation de la classe laborieuseen Franceest pire depuis l’élection du président normal-verbeux.
Et aujourd’hui, les classes moyennes se sentent absolument anéanties par l’incompétence, l’impuissance et l’amateurisme de Hollande, l’impénitent bavard, l’audacieux inefficace et inutile. C’est pourquoi, on lit sur le net des formulations incontestables et des réalités beaucoup plus précises que dans les médias socialo-collabos, sur les attaques terroristes, sur les hommes, arrêtés, condamnés, et aussitôt relâchés par une justice laxiste.
Les médias du web s’expriment avec plus de liberté et de vigueur dans leurs analyses critiques, ce que les journaleux des médias socialo-collabos, inféodés et soumis à la censure de la dictature idéologique de l’État-PS, ne peuvent pas faire. Tout passe par le "filtre réducteur et le mensonge radical" de l’idéalisme faussé des intellos-bobos, au service de la propagande socialo-populiste.
Hollande, l’audacieux, incarne à la télé le type-même du combattant à la façon de Don Quichotte, le président normal-verbeux, qui se borne à imaginer la politique devant les foies gras de sa salle à manger de l’Élysée, mais toujours avec un verre de "grand Champagne" à portée de main ! (Chirac n’est pas loin !)
On est frappé, dans cet ordre d’idées, par la vivacité des critiques adressées sur le web à Hollande, l’audacieux inutile, l’addicted à la dette, à la gabegie socialiste et à la dépense publique, surtout quand il veut s’affranchir des contraintes de la réalité politique et économique. Lu sur Magistro :
"L’ambition dont on n’a pas les talents est un crime" Chateaubriand (Lettre à Madame Récamier)
Au total, Hollande, le président normal-verbeux, est incapable de comprendre et de développer une véritable "vision digne de la France" pour conduire une politique responsable, pour agir au sein d’une situation politique et économique concrète. C’est pourquoi le déni de réalité définit la philosophie de l’ensemble de la politique socialo-opportuniste de Hollande, l’audacieux Don Quichotte combattant contre "l’absurdistan".

Dr Thierry-Ferjeux MICHAUD-NÉRARD